FOI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'intelligence de la foi

Le 16 avril 1905, le philosophe Édouard Leroy avait publié dans les Cahiers de la Quinzaine un article intitulé : « Qu'est-ce qu'un dogme ? » Cet article engendra des controverses qui jouèrent un rôle central au cours de la crise moderniste. En 1907, sous le titre « Dogme et critique », l'auteur publiait de nouveau cet article en le faisant suivre de ses réponses aux objections. Étant donné qu'on appelle « dogme » toute doctrine faisant partie du « dépôt de la foi », la question posée par Leroy avait une portée très générale : qu'est-ce qu'une proposition théologique ? « Nous ne sommes plus au temps des hérésies partielles », écrivait-il ; il ne s'agit pas de savoir si tel ou tel dogme nous paraît acceptable ; il s'agit de savoir si les énoncés théologiques ont « un sens pensable », un contenu compréhensible. En les acceptant ou en les rejetant, pouvons-nous savoir ce que nous approuvons ou désapprouvons ? De quoi sont faits les jeux de langage que nous propose la religion ? La difficulté ne vient pas seulement du fait qu'ils utilisent souvent un vocabulaire désuet (celui des métaphysiques médiévales par exemple) ou des métaphores et autres formules allusives. Elle vient aussi de ce que les formulations religieuses tiennent un double langage déclaratif et normatif, mêlant de façon inextricable critères de vérité et légitimation d'une autorité, à mi-chemin entre la science et le droit, comme si l'on pouvait du même mouvement se prononcer sur ce qui existe en invoquant ce qui doit être. Les Anciens étaient moins sensibles que nous à ces façons de parler hybrides où l'on demande à l'existence de se conformer à l'idée plutôt que l'inverse. Dans la Bible, dans le Coran, dans n'importe quelle écriture sacrée, le vocabulaire de la religion apparaît partout multifonctionnel. En outre, la science des Anciens était totalisante ; elle prétendait expliquer globalement ce qu'elle était incapable de décrire analytiquement. Dans nos contrées, ce n'est guère qu'à partir du xviiie siècle que la littérature prit en charge l'une des fonctions de la religion, à savoir la connaissance du cœur humain, en même temps que l'universalité de la connaissance devenait la tâche infinie de la recherche scientifique.

En s'interrogeant sur le sens des énoncés théologiques, Édouard Leroy cherchait à concilier sa foi chrétienne avec l'honnêteté intellectuelle que requièrent les sciences de la nature et de l'histoire. Sa réponse était que les propositions théologiques ont une finalité pratique et ne doivent pas être traitées comme des énoncés scientifiques, au sens moderne du mot. Elles proposent à l'existence humaine une fin suprême. Mais celle-ci n'est pas donnée de l'extérieur comme un destin, elle est intérieure au devenir de la vie, elle se réfléchit dans une histoire en train de se faire. En effet, l'intelligence de la foi s'appuie sur une seule analogie fondamentale : le rapport de la créature à son créateur est analogue au rapport des hommes entre eux. Parler des êtres, c'est parler de leurs relations. Interpréter une proposition théologique consiste à établir une équivalence, au moins partielle, entre une phrase à l'indicatif et un ensemble de phrases à l'impératif. L'auteur expliquait ainsi que « la proposition „Dieu est un être personnel“ veut dire „comportez-vous dans vos relations avec Dieu comme dans vos relations avec une personne humaine“. Pareillement, „Jésus est ressuscité“ veut dire „soyez par rapport à lui comme vous auriez été avant sa mort, comme vous êtes vis-à-vis d'un contemporain“. De même, le dogme de la présence réelle veut dire qu'il faut avoir en face de l'hostie consacrée une attitude identique à celle qu'on aurait en face de Jésus devenu visible. Et ainsi de suite » (Dogme et critique). La répétition insistante des mots « veut dire » montre bien l'intention de l'auteur : il s'agit d'expliquer ce que le verbe « croire » veut dire. Cette intention ne fut pas bien comprise. Elle heurtait l'attitude naïvement apologétique de nombreux théologiens, habitués à plaider en faveur de « la vérité » d'une proposition. Mais, avant de savoir si une affirmation est vraie ou fausse, il faut s'entendre sur ce qu'elle veut dire. La méthode que proposait Leroy était de traiter les propositions théologiques non comme des proposition indépendantes mais comme des propositions complétives directes d'un verbe principal sous-entendu, le verbe croire, exactement comme dans le chant du Credo chaque article de foi est précédé du verbe principal : Credo in unum Deum, etc. En empruntant la terminologie de la philosophie analytique, nous dirions que Leroy interprétait la proposition théologique sur un mode pragmatique. Effectivement, de nombreux théologiens reprochèrent à Leroy son « pragmatisme ». Il y avait là une énorme équivoque, entretenue jusqu'à aujourd'hui par la célébrité de William James. Dans son livre sur Les Variétés de l'expérience religieuse, James voyait dans le pragmatisme une théorie de la vérité : est vrai, ce qui réussit. Cette formule est un sophisme (dit sophisme du modus ponens) qui suppose à tort que la vérité de la conclusion garantit la vérité des prémisses. Ce sophisme est un suicide intellectuel : en renonçant à chercher la raison de ce qui se produit, on abdique toute rationalité. Or le texte de Leroy cité plus haut montre qu'il se réfère à une tout autre conception, qui voit dans le mode pragmatique une théorie de la signification : « avoir un sens » porte à conséquence. Dans le domaine scientifique, on raisonne sur le mode pragmatique lorsqu'on s'interroge sur la signification ou la portée d'une hypothèse. Il s'agit alors d'explorer les conséquences de cette hypothèse pour savoir où elle mène. On suppose le problème résolu pour mieux analyser à quelles conditions il pourrait l'être.

Dans le domaine religieux, Leroy définit l'intelligence de la foi sur un mode exploratoire. Il explore la portée d'une affirmation religieuse en explicitant autant que possible ses conséquences pratiques, il explore la façon dont le rapport à Dieu se réfléchit dans le rapport entre les hommes. Toute affirmation religieuse pose deux sortes de problèmes : un problème de crédibilité et un problème de signification. Ces deux problèmes sont logiquement distincts, bien qu'ils réagissent psychologiquement l'un sur l'autre. La résurrection du Christ pose un problème de crédibilité qui relève de la critique historique des témoignages. Mais l'intelligence de la foi pose un problème de signification qui engage de multiples conséquences : cro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FOI  » est également traité dans :

ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « Un des premiers maîtres du dialogue entre la logique et la foi »  : […] Né à Aoste, d'un puissant lignage, Anselme est venu jeune à l'abbaye du Bec (Bec-Hellouin) en Normandie, dont l'abbé, Lanfranc, était son compatriote ; il y parcourut, selon la science et la foi de son temps, un cycle de fructueuses études sur la Bible, en logique et en patristique. Il y gravit les échelons des fonctions internes d'enseignement et de gouvernement. En 1063, pour sa trentaine, il es […] Lire la suite

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

APÔTRES SYMBOLE DES

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 350 mots

Appelé aussi Credo, le Symbole des Apôtres est l'énoncé de la foi chrétienne ; il est usité dans l'Église catholique, dans l'Église anglicane, ainsi que dans de nombreuses Églises protestantes ; il n'est pas reconnu officiellement par l'Église orthodoxe. Une tradition affirme qu'il a été composé par les douze Apôtres, mais il dérive en réalité des questionnaires utilisés aux premiers temps du chri […] Lire la suite

ATHÉISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 3 050 mots

Dans le chapitre « Les catégories théologiques »  : […] Nous avons dit que le mot « athéisme » est une appellation populaire qui ne s'est trouvée définie qu'indirectement par subsomption sous des catégories conceptuelles pourvues d'un statut canonique, officiel. La première de ces catégories juridico-théologiques est celle des crimes d'impiété. Le mot « religion », au sens institutionnel que nous lui donnons aujourd'hui, n'est pas tout à fait synonyme […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Toute la pensée de l'évêque d'Hippone est naturellement tournée vers Dieu, tendue vers lui. Mais comment l'atteindre ? Converti, Augustin ne se pose pas le problème d'un Dieu dont il faut démontrer l'existence, mais d'une foi qu'il faut acquérir à travers l'Écriture sainte et l'enseignement de l'Église. Non que cette priorité de la foi soit pour lui obscurcissement de la raison humaine : Intellig […] Lire la suite

BARTH KARL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 107 mots

Dans le chapitre « La foi cherchant sa propre intelligence »  : […] Rendu brusquement célèbre par son Épître aux Romains , le jeune pasteur-prophète du village suisse devient, dès 1921, apprenti-professeur de dogmatique à Göttingen, à Münster, puis à Bonn à partir de 1930. Sa question est désormais la suivante : est-il possible non seulement d'inscrire un point critique d'interrogation et d'exclamation dans les marges de la chrétienté, comme le firent au xix e si […] Lire la suite

BLONDEL MAURICE (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 877 mots

Dans le chapitre « L'action et l'infini »  : […] Blondel eut très vite le sentiment que la philosophie et la foi avaient en définitive tout à gagner dans l'approfondissement du conflit qui les opposait. De sa rigueur même devait surgir la solution. Si raison et foi semblaient incompatibles, c'est qu'on s'en tenait à des oppositions artificielles sans ramener l'une et l'autre à leur pureté originelle. Si on suit la genèse de la raison, on voit q […] Lire la suite

BONHOEFFER DIETRICH (1906-1945)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 404 mots

Dans le chapitre « La responsabilité coûteuse »  : […] L'arrivée de Hitler au pouvoir, le 30 janvier 1933, lance Bonhoeffer dans le combat de l'Église confessante allemande. Alors qu'il insistait précédemment sur les dimensions ecclésiastiques de la science théologique, il va sans relâche rappeler les dimensions « mondaines » de la responsabilité ecclésiastique. Le monde doit en son entier se restructurer en Christ. L'Église ne saurait donc se limite […] Lire la suite

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

La vie et la carrière du grand exégète et théologien protestant que fut Rudolf Bultmann tiennent en quelques lignes. Il commença ses études au lycée d'Oldenburg et les poursuivit dans les universités de Tübingen, de Berlin et de Marburg. Privatdozent en 1912 à Marburg, il devint ensuite professeur extraordinaire à Breslau (1916-1920), puis professeur ordinaire à Giessen (1920-1921) et à Marburg (1 […] Lire la suite

CARLSTADT ANDREAS RUDOLF BODENSTEIN dit ANDREAS (1480 env.-1541)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 545 mots

Née des querelles d'interprétation que la traduction des textes sacrés avait suscitées, la doctrine de Carlstadt traduit surtout la volonté d'indépendance qui se manifeste au début du xvi e siècle, en Allemagne, contre le formalisme et l'intransigeance du parti luthérien. Bien qu'il restât attaché au respect de l'ordre, ne prenant parti ni pour les iconoclastes ni pour Thomas Münzer, qu'il fréque […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 juillet 2021 France – États-Unis. Condamnation de Google au sujet de l'application du droit voisin.

foi » avec les médias français au sujet de la rémunération de la reprise d’extraits de leurs contenus, en application du droit voisin. En janvier, l’Alliance de la presse d’information générale avait conclu avec Google, à ce sujet, un contrat de 25 millions d’euros annuels.  […] Lire la suite

20-27 juin 2021 France. Élections régionales et départementales.

foi et des bulletins de vote, confiée à La Poste et, pour la première fois, à une entreprise privée, Adrexo. Le 27, le second tour enregistre de nouveau un taux d’abstention élevé – 65,3 % aux régionales, 65,6 % aux départementales. La droite, principalement LR, conserve le contrôle de sept régions métropolitaines, et la gauche socialiste de cinq. […] Lire la suite

6-14 juin 2021 Canada. Attaque terroriste contre une famille musulmane.

foi musulmane ». Le président du Conseil national des musulmans canadiens, Mustafa Farooq, estime qu’« il s’agit d’une attaque terroriste en sol canadien et [qu’]elle doit être traitée comme telle ». Le 8, le Premier ministre Justin Trudeau dénonce devant la Chambre des communes un « attentat terroriste ». Le 14, l’auteur de l’attaque, Nathaniel  […] Lire la suite

17-20 janvier 2021 France. Élaboration d'une charte des imams au sein du Conseil français du culte musulman.

Foi et pratique, annoncent dans un communiqué commun leur refus de signer la charte, estimant que certaines de ses dispositions « sont de nature à fragiliser les liens de confiance entre les musulmans de France et la nation ». Elles indiquent qu’une quatrième fédération, celle de la Grande Mosquée de Saint-Denis de la Réunion, y est également opposée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Edmond ORTIGUES, « FOI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/