EXISTENCE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce n’est qu’au xxe siècle que la notion d’existence a pris une place centrale en philosophie avec le courant « existentialiste », dont la thèse a été formulée de façon particulièrement elliptique par Jean-Paul Sartre (1905-1980) : « L’existence précède l’essence. » Mais si cette thèse est aussi révolutionnaire que Jean-Paul Sartre l’a prétendu, les philosophes antérieurs auraient dû affirmer que l’essence précédait l’existence et se proclamer « essentialistes ». Or tel n’a pas été le cas. Pourquoi l’étiquette « essentialiste » est-elle absente des catégories philosophiques tandis que l’étiquette « existentialiste » n’a plus quitté notre vocabulaire ?

Peut-être tout simplement parce que tous les philosophes étant essentialistes avant le xxe siècle, nul ne les qualifiait ainsi : on ne crée en effet une étiquette que pour caractériser une école philosophique et la différencier des autres.

L’existence, forme appauvrie de l’essence

« L’essence précède l’existence » était donc le présupposé non formulé de tous les philosophes avant le xxe siècle – ou peut-être avant le xixe siècle, si l’on considère Søren Kierkegaard (1813-1855) comme le premier existentialiste. Jean Beaufret (1907-1982) montre comment le mot latin essentia, qui vient du verbe esse (être), et qui aurait dû désigner logiquement l’existence de quelque chose, a fini par désigner l’essence, autrement dit les qualités essentielles de ladite chose. Dans son Introduction aux philosophies de l’existence (1971), il résume en ces termes ce changement : « Le mot essentia, qui, à l’origine disait l’être lui-même, s’est de plus en plus spécialisé dans la tâche de dire ce que les choses sont, par opposition au fait qu’elles sont. Ce qu’est une chose, c’est la manière dont on peut en donner une définition [...] Mais, quelque parfaite que soit la définition, elle [...] nous laisse, comme on dit, au niveau du possible. Reste à passer du possible à l’être. »

Toujours selon Jean Beaufret, l’origine de ce que les penseurs existentialistes considèrent comme une « erreur » de leurs prédécesseurs remonterait à Platon qui « a cru pouvoir essentialiser le réel. Ce fut son illusion. L’essence n’est jamais que seconde, et c’est l’existence [...] qui est première ». Cette « erreur » platonicienne fut reprise par les Pères de l’Église, qui intégrèrent dans leur conception de la Création la thèse essentialiste. Le Créateur aurait « pensé » les créatures avant de leur donner l’existence.

Adversaire tardif de Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.), Nietzsche (1844-1900) reprend cette dénonciation de l’essentialisme dans l’un de ses écrits de jeunesse. Il ajoute une dimension importante : si l’idée d’un existant est antérieure à cet existant lui-même, celui-ci sera inévitablement jugé inférieur à l’idée qui l’a précédé. L’existence apparaîtra ainsi comme une forme appauvrie, dégradée de l’essence. Nietzsche prend l’exemple de la feuille de l’arbre : le concept de feuille « fait naître l’idée qu’il y aurait dans la nature, indépendamment des feuilles, quelque chose comme “la feuille”, une forme en quelque sorte originelle, d’après laquelle toutes les feuilles seraient tissées, découpées [...] mais par des mains si malhabiles qu’aucun exemplaire n’en sortirait assez convenable ni fidèle pour être une copie conforme de l’original ». Qu’un tel raisonnement soit appliqué aux feuilles des arbres n’a guère d’importance, mais qu’on l’applique à l’homme et à ses qualités prétendument universelles entraîne selon Nietzsche des conséquences catastrophiques. Il pousse à conclure que l’individu unique n’est rien d’autre que « la copie multipliée et diversifiée d’une image originelle, celle de l’homme ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23-27 septembre 2011 Israël – Autorité palestinienne. Présentation de la demande d'adhésion d'un État palestinien à l'O.N.U.

d'un État palestinien « sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale ». Les États-Unis ont menacé d'opposer leur veto à cette demande au sein du Conseil de sécurité, ce qui l'empêcherait d'aboutir. Mahmoud Abbas se déclare prêt à reprendre immédiatement les négociations avec Israël sur la base des frontières de 1967 et après l'arrêt total de la colonisation juive dans les territoires occupés. […] Lire la suite

1er-29 octobre 2009 Iran. Reprise des négociations sur le programme nucléaire iranien

) un accès au site d'enrichissement d'uranium de Qom, dont l’existence a été révélée en septembre, sous « deux semaines » et accepterait qu'une partie de l'uranium iranien à usage civil, faiblement enrichi, soit transférée à l'étranger où il serait davantage enrichi puis transformé en combustible et utilisé dans un réacteur de recherche basé à Téhéran. […] Lire la suite

9-30 septembre 2006 Israël – Autorité palestinienne. Annonce sans suite de la formation d'un gouvernement de coalition palestinien

Son programme prévoit de circonscrire la lutte armée aux seuls territoires palestiniens de Cisjordanie et de Gaza et d'y créer un État palestinien – ce qui constitue une reconnaissance implicite de l'existence d'Israël. Le 17, le gouvernement israélien décide la création d'une commission d'enquête gouvernementale sur les manquements constatés dans la conduite de l'opération militaire contre le Hezbollah libanais. […] Lire la suite

6-28 septembre 2006 États-Unis. Nouvelle législation concernant les prisonniers suspects de terrorisme

Bush annonce dans un discours le transfert sur la base de Guantanamo de quatorze membres d'Al-Qaida jusqu'alors détenus à l'étranger, dont le «cerveau» des attentats du 11 septembre 2001, Khaled Cheikh Mohammed. Il reconnaît ainsi l'existence des prisons secrètes de la C.I.A., permettant de détenir et d'interroger des «ennemis combattants» en dehors du territoire américain. […] Lire la suite

4-28 mai 2006 Israël – Autorité palestinienne. Affrontements entre le Hamas et le Fatah à Gaza

Publié le 10 par des responsables palestiniens emprisonnés en Israël, le programme prévoit la création d'un État palestinien à Gaza et en Cisjordanie et limite la lutte armée aux territoires palestiniens; il reconnaît implicitement l'existence de l'État hébreu. Le 26, le Hamas annonce le retrait de ses miliciens des rues de Gaza. Le 28, Israël bombarde des positions du Hezbollah et plusieurs localités du sud du Liban en riposte au tir de roquettes sur une base aérienne du nord du pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « EXISTENCE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/existence-notions-de-base/