BEAUFRET JEAN (1907-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom du philosophe Jean Beaufret demeure lié à celui de Martin Heidegger. La rencontre entre les deux hommes décida d'un dialogue lui-même décisif pour la pensée de notre temps. Jean Beaufret naquit à Auzances dans la Creuse. Après l'école communale et le lycée de Montluçon, il vint à Paris pour préparer le concours de l'École normale supérieure, où il entre en 1928. Il commence son métier de professeur en 1933. L'insatisfaction grandissante qu'il y éprouve le conduit à douter de l'enseignement qu'il a reçu et de la tradition philosophique française. Si la guerre est pour lui, dès 1942, le combat au sein de la Résistance, elle est aussi le moment où il franchit d'abord le pas de Descartes à Husserl, puis de celui-ci à Heidegger, dont la lecture inaugure son destin de penseur. À la fin de la guerre, alors qu'il cherche à se situer par rapport à l'existentialisme tout autant qu'au marxisme, c'est de la pensée phénoménologique de Heidegger que lui vint la lueur. La rencontre personnelle de Beaufret et de Heidegger a lieu en 1946. Acte de naissance d'une « amitié stellaire », elle fut, pour le premier, comme il le dira bien des années après (1978), « la révélation de l'autorité pédagogique » et, pour le second, l'occasion de l'hommage de la Lettre sur l'humanisme, qui marquait tout à la fois la fin d'un silence de dix ans et l'ouverture du dialogue nécessaire à la pensée. Fertilisée par ce dialogue, la pensée de Jean Beaufret se tient désormais là où se font écho la parole et l'écrit. Durant trente ans, à l'École normale supérieure et dans deux khâgnes (dont surtout celle du lycée Condorcet), se manifeste avec force la grâce souriante de sa propre autorité pédagogique. Ses écrits tracent, dans l'attachement d'une amitié toujours plus fidèle à Heidegger, le chemin d'une pensée originale, à la sérénité toujours plus endurante.

Jean Beaufret perçoit d'emblée l'ébranlement de tout le sol philosophique qui se produit avec Sein und Zeit, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BEAUFRET JEAN (1907-1982)  » est également traité dans :

EXISTENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « L’existence, forme appauvrie de l’essence »  : […] « L’essence précède l’existence » était donc le présupposé non formulé de tous les philosophes avant le xx e  siècle – ou peut-être avant le xix e  siècle, si l’on considère Søren Kierkegaard (1813-1855) comme le premier existentialiste. Jean Beaufret (1907-1982) montre comment le mot latin essentia , qui vient du verbe esse (être), et qui aurait dû désigner logiquement l’existence de quelque […] Lire la suite

Les derniers événements

18 juin 2003 France. Jugement dans l'affaire des comptes du Crédit lyonnais

Jean-Claude Trichet, actuel gouverneur de la Banque de France et directeur du Trésor au moment des faits, ainsi que Jacques de Larosière, ancien gouverneur de la banque centrale, et Jean-Pascal Beaufret, ancien chef de service à la direction du Trésor et administrateur du Crédit lyonnais. Jean-Claude Trichet devrait ainsi pouvoir accéder à la présidence […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean LAUXEROIS, Claude ROËLS, « BEAUFRET JEAN - (1907-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-beaufret/