EXISTENCE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fin des grands systèmes philosophiques

Un siècle avant l’essor de l’athéisme, Emmanuel Kant (1724-1804), à la fin du xviiie siècle, et bien que croyant convaincu, porta un coup fatal aux thèses essentialistes en réfutant la célèbre preuve ontologique de l’existence de Dieu. Cette « preuve », attribuée à saint Anselme (1033-1109) et reprise par toute la philosophie classique, faisait de l’existence une perfection. L’Être suprême étant doté de toutes les perfections, et l’existence étant une perfection, il serait contradictoire de nier l’existence de Dieu défini comme l’être possédant toutes les perfections possibles.

Kant raisonne en prenant comme exemple une somme exprimée dans la monnaie de l’époque : la somme de cent thalers. S’il y avait davantage dans cent thalers réels (sous la forme d’un billet présent sous mes yeux) que dans le concept de cent thalers, cela signifierait que mon concept de cent thalers est incomplet. L’existence ne saurait donc être une propriété supplémentaire s’ajoutant aux autres qualités du billet (forme, couleur, etc.). Elle n’est en rien une propriété du concept, mais le surgissement dans le réel de l’objet imaginé avec toutes ses propriétés.

Cette démonstration permet de considérer la naissance de l’existentialisme au siècle suivant chez le penseur chrétien Søren Kierkegaard comme autre chose qu’un paradoxe. Que la majorité des philosophes existentialistes du xxe siècle se réclament de l’athéisme ne doit pas faire oublier en effet qu’il n’y a aucun lien nécessaire entre athéisme et existentialisme. C’est par son opposition à la dernière grande philosophie essentialiste, celle de G. W. F. Hegel (1770-1831), c’est par sa condamnation radicale des « systèmes » philosophiques, que Søren Kierkegaard a posé les fondements des existentialismes athées qui s’affirmeront au siècle suivant. Alors que dans le système hégélien, « le réel est rationnel » et que « rien n’arrive sans raison », Søren Kierkegaard nous place face au non-sens de notre existence. Lorsqu’un siècle plus tard, Jean-Paul Sartre écrit que « tout existant naît sans raison », il se réclame de Søren Kierkegaard. Il est alors évident qu’une dimension d’« angoisse » se love alors au cœur de la condition humaine. Parce que je suis un individu « sans raison », je dois affronter le sentiment de l’angoisse qui n’a rien d’une faiblesse coupable, mais qui témoigne au contraire de ma capacité à affronter ma condition sans chercher à me dérober à ma responsabilité. Ce sentiment d’angoisse sera quelques décennies plus tard au centre de nombreux développements proposés par Martin Heidegger (1889-1976).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23-27 septembre 2011 Israël – Autorité palestinienne. Présentation de la demande d'adhésion d'un État palestinien à l'O.N.U.

d'un État palestinien « sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale ». Les États-Unis ont menacé d'opposer leur veto à cette demande au sein du Conseil de sécurité, ce qui l'empêcherait d'aboutir. Mahmoud Abbas se déclare prêt à reprendre immédiatement les négociations avec Israël sur la base des frontières de 1967 et après l'arrêt total de la colonisation juive dans les territoires occupés. […] Lire la suite

1er-29 octobre 2009 Iran. Reprise des négociations sur le programme nucléaire iranien

) un accès au site d'enrichissement d'uranium de Qom, dont l’existence a été révélée en septembre, sous « deux semaines » et accepterait qu'une partie de l'uranium iranien à usage civil, faiblement enrichi, soit transférée à l'étranger où il serait davantage enrichi puis transformé en combustible et utilisé dans un réacteur de recherche basé à Téhéran. […] Lire la suite

9-30 septembre 2006 Israël – Autorité palestinienne. Annonce sans suite de la formation d'un gouvernement de coalition palestinien

Son programme prévoit de circonscrire la lutte armée aux seuls territoires palestiniens de Cisjordanie et de Gaza et d'y créer un État palestinien – ce qui constitue une reconnaissance implicite de l'existence d'Israël. Le 17, le gouvernement israélien décide la création d'une commission d'enquête gouvernementale sur les manquements constatés dans la conduite de l'opération militaire contre le Hezbollah libanais. […] Lire la suite

6-28 septembre 2006 États-Unis. Nouvelle législation concernant les prisonniers suspects de terrorisme

Bush annonce dans un discours le transfert sur la base de Guantanamo de quatorze membres d'Al-Qaida jusqu'alors détenus à l'étranger, dont le «cerveau» des attentats du 11 septembre 2001, Khaled Cheikh Mohammed. Il reconnaît ainsi l'existence des prisons secrètes de la C.I.A., permettant de détenir et d'interroger des «ennemis combattants» en dehors du territoire américain. […] Lire la suite

4-28 mai 2006 Israël – Autorité palestinienne. Affrontements entre le Hamas et le Fatah à Gaza

Publié le 10 par des responsables palestiniens emprisonnés en Israël, le programme prévoit la création d'un État palestinien à Gaza et en Cisjordanie et limite la lutte armée aux territoires palestiniens; il reconnaît implicitement l'existence de l'État hébreu. Le 26, le Hamas annonce le retrait de ses miliciens des rues de Gaza. Le 28, Israël bombarde des positions du Hezbollah et plusieurs localités du sud du Liban en riposte au tir de roquettes sur une base aérienne du nord du pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « EXISTENCE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/existence-notions-de-base/