EXISTENCE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il n’y a d’existence qu’individuelle

Les individus ne pouvant trouver la moindre excuse dans une quelconque « essence » de l’homme, chacun se retrouve enfermé dans la solitude de ses choix. « Nous sommes seuls, sans excuses », écrit Jean-Paul Sartre. Un individualisme radical, déjà perceptible chez Kierkegaard, semble donc caractériser toutes les formes de l’existentialisme. Cette forme d’individualisme est également présent dans un autre courant philosophique dont se sont réclamés de nombreux existentialistes tels que Jean-Paul Sartre : la phénoménologie.

Le credo de la phénoménologie est le suivant : avant toute connaissance, avant toute mise en évidence d’une quelconque essence, il y a le primat de l’expérience individuelle. Ce qu’Edmund Husserl (1859-1938), le fondateur de ce courant de pensée, caractérisait par « un retour aux choses mêmes ». Je ne puis comprendre ce que me disent les savants quand ils affirment que la longueur d’onde du jaune est de 590 millimicrons que parce j’ai d’abord vécu l’expérience de la perception du jaune. Les constructions de la science ou de la métaphysique ne sauraient être premières, elles ne sont que des édifices de seconde main reposant sur le primat de l’expérience individuelle.

Un philosophe se réclamant du courant phénoménologique, Michel Henry (1922-2002), a particulièrement insisté sur l’unicité des individus que nous sommes. Il y a d’abord l’expérience sensible irréfutable de l’individu. Selon lui, en affirmant « Je pense », René Descartes aurait voulu en réalité dire « J’éprouve », car c’est bien cette épreuve individuelle qui est la seule vérité indubitable que nous rencontrons au cours de nos vies. Pour Michel Henry, être un individu, être un existant, c’est en définitive être un vivant, car seule la vie éprouve. « La vie se sent et s’éprouve soi-même en sorte qu’il n’y a rien en elle qu’elle n’éprouve ni ne sente. Et cela parce que le fait de se sentir soi-même est justement ce qui fait d’elle la vie », pouvons-nous lire dans La Barbarie (1987). Être un existant, c’est être un individu enfermé dans les limites de sa subjectivité.

Nous retrouvons chez Michel Henry une variante intéressante de cet individualisme radical qui caractérise les différentes formes de l’existentialisme. « Je suis l’unique, non pas parce que j’ai décidé de l’être [...] mais tout simplement parce que je sens. “On” ne sent pas [...] Sentir, c’est faire l’épreuve, dans l’individualité de sa vie unique, de la vie universelle de l’univers, c’est être déjà “le plus irremplaçable des êtres” » (Philosophie et phénoménologie du corps, 1965).

La thèse sartrienne d’une liberté radicale est porteuse de conséquences que Jean-Paul Sartre s’est efforcé d’atténuer par la suite. Le philosophe se rend compte en effet que si seule la mauvaise foi est condamnable, au nom de quoi pourrait-on condamner un « salaud » (mot très présent dans les écrits sartriens) qui se choisirait salaud en toute lucidité ? Sartre a tenu à corriger ce qu’il a perçu lui-même comme un danger de sa doctrine en mettant l’accent sur la notion d’« engagement ». Malgré l’absence d’une nature humaine, j’engage par mes choix l’humanité entière, ce qui rend contradictoires certains projets. Parce qu’« en me choisissant je choisis tous les hommes », et parce que « je ne puis prendre ma liberté pour but que si je prends également celle des autres pour but », se choisir « salaud » ne pourrait dès lors qu’être un choix effectué « de mauvaise foi ».

Mais n’ouvre-t-on pas cependant la voie à des doctrines très contestables en niant aussi radicalement l’idée de nature humaine ? Que cette idée ait pu être instrumentalisée par les pires idéologies, et que Sartre comme ses contemporains aient voulu attaquer dans leurs racines mêmes des idéologies « naturalistes » conduisant au racisme, peut nous apparaître légitime. Ne sommes-nous pas en mesure aujourd’hui de percevoir, par exemple au travers de certaines « théories du genre » qui vont jusqu’à nier le caractère naturel de la dualité des sexes, à quelles extrémités peut conduire cette élimination ? Et comment concilier l’élimination de tout « naturel » avec la nécessité de respecter des écosystèmes que notre volontarisme technicien aurait scandaleusement perturbés ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23-27 septembre 2011 Israël – Autorité palestinienne. Présentation de la demande d'adhésion d'un État palestinien à l'O.N.U.

base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale ». Les États-Unis ont menacé d'opposer leur veto à cette demande au sein du Conseil de sécurité, ce qui l'empêcherait d'aboutir. Mahmoud Abbas se déclare prêt à reprendre immédiatement les négociations avec Israël sur la base des frontières de 1967 et après l'arrêt total de la colonisation […] Lire la suite

1er-29 octobre 2009 Iran. Reprise des négociations sur le programme nucléaire iranien

l’existence a été révélée en septembre, sous « deux semaines » et accepterait qu'une partie de l'uranium iranien à usage civil, faiblement enrichi, soit transférée à l'étranger où il serait davantage enrichi puis transformé en combustible et utilisé dans un réacteur de recherche basé à Téhéran. Le 4, le directeur de l'A.I.E.A. Mohamed ElBaradei, en […] Lire la suite

9-30 septembre 2006 Israël – Autorité palestinienne. Annonce sans suite de la formation d'un gouvernement de coalition palestinien

l'existence d'Israël. Le 17, le gouvernement israélien décide la création d'une commission d'enquête gouvernementale sur les manquements constatés dans la conduite de l'opération militaire contre le Hezbollah libanais. Le 22, le Hamas déclare qu'il ne participera pas à un gouvernement d'union nationale qui reconnaîtrait l'existence d'Israël. Le 26 […] Lire la suite

6-28 septembre 2006 États-Unis. Nouvelle législation concernant les prisonniers suspects de terrorisme

base de Guantanamo de quatorze membres d'Al-Qaida jusqu'alors détenus à l'étranger, dont le «cerveau» des attentats du 11 septembre 2001, Khaled Cheikh Mohammed. Il reconnaît ainsi l'existence des prisons secrètes de la C.I.A., permettant de détenir et d'interroger des «ennemis combattants» en dehors du territoire américain. Le 28, le Sénat adopte […] Lire la suite

4-28 mai 2006 Israël – Autorité palestinienne. Affrontements entre le Hamas et le Fatah à Gaza

l'existence de l'État hébreu. Le 26, le Hamas annonce le retrait de ses miliciens des rues de Gaza. Le 28, Israël bombarde des positions du Hezbollah et plusieurs localités du sud du Liban en riposte au tir de roquettes sur une base aérienne du nord du pays. Il s'agit de l'opération militaire la plus importante au Liban depuis le retrait israélien  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « EXISTENCE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/existence-notions-de-base/