EXISTENCE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’existant et la mort

À tort ou à raison, Jean-Paul Sartre s’est réclamé de Martin Heidegger (qui a formellement contesté cette filiation). Dans son premier ouvrage Sein und Zeit (Être et Temps, 1927), Heidegger a réfuté la définition cartésienne de l’homme reprise par tout le courant humaniste. L’homme n’est nullement un existant privilégié dont la vocation serait de dominer la nature, c’est un existant conscient de sa finitude : Martin Heidegger fait de lui un « être-pour-la-mort ». Cette formulation n’a rien de morbide. Elle met simplement en évidence que l’homme, seul animal conscient de sa finitude, vit son existence dans l’horizon de la mort, limite absolue et en même temps impensable de sa vie. En fonction de cet horizon indépassable, il vit dans la dimension du « souci ». Pour lui, le temps ne s’écoule pas du passé vers le futur, c’est le futur qui est la première des trois dimensions du temps. Parce qu’il est soucieux de l’avenir, l’homme agit dans le présent et instrumentalise son passé. « En charge de son être », l’homme est un animal unique, mais il fuit le plus souvent cette charge en se repliant dans la dimension de l’« inauthenticité ». Martin Heidegger, dans des descriptions qui ne sont pas sans rappeler le thème pascalien du « divertissement », signifie par le mot « inauthenticité » le fait que l’homme, au lieu d’assumer sa condition spécifique, se réfugie dans l’affairement quotidien et dans l’anonymat du groupe, dans cette dimension grégaire à laquelle Heidegger donne le nom de « On ».  ll fuit ses propres capacités et en quelque sorte s’« animalise » en s’enfermant dans la sphère réduite des préoccupations quotidiennes.

Ainsi, quelle que soit la façon dont il existe, que ce soit sur le mode inauthentique du divertissement ou sur le mode authentique d’une liberté consciente de sa finitude, l’homme, en se jetant dans le monde et en se construisant dans le temps, rencontre nécessairement la mort par rapport à laquelle il se situe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23-27 septembre 2011 Israël – Autorité palestinienne. Présentation de la demande d'adhésion d'un État palestinien à l'O.N.U.

d'un État palestinien « sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale ». Les États-Unis ont menacé d'opposer leur veto à cette demande au sein du Conseil de sécurité, ce qui l'empêcherait d'aboutir. Mahmoud Abbas se déclare prêt à reprendre immédiatement les négociations avec Israël sur la base des frontières de 1967 et après l'arrêt total de la colonisation juive dans les territoires occupés. […] Lire la suite

1er-29 octobre 2009 Iran. Reprise des négociations sur le programme nucléaire iranien

) un accès au site d'enrichissement d'uranium de Qom, dont l’existence a été révélée en septembre, sous « deux semaines » et accepterait qu'une partie de l'uranium iranien à usage civil, faiblement enrichi, soit transférée à l'étranger où il serait davantage enrichi puis transformé en combustible et utilisé dans un réacteur de recherche basé à Téhéran. […] Lire la suite

9-30 septembre 2006 Israël – Autorité palestinienne. Annonce sans suite de la formation d'un gouvernement de coalition palestinien

Son programme prévoit de circonscrire la lutte armée aux seuls territoires palestiniens de Cisjordanie et de Gaza et d'y créer un État palestinien – ce qui constitue une reconnaissance implicite de l'existence d'Israël. Le 17, le gouvernement israélien décide la création d'une commission d'enquête gouvernementale sur les manquements constatés dans la conduite de l'opération militaire contre le Hezbollah libanais. […] Lire la suite

6-28 septembre 2006 États-Unis. Nouvelle législation concernant les prisonniers suspects de terrorisme

Bush annonce dans un discours le transfert sur la base de Guantanamo de quatorze membres d'Al-Qaida jusqu'alors détenus à l'étranger, dont le «cerveau» des attentats du 11 septembre 2001, Khaled Cheikh Mohammed. Il reconnaît ainsi l'existence des prisons secrètes de la C.I.A., permettant de détenir et d'interroger des «ennemis combattants» en dehors du territoire américain. […] Lire la suite

4-28 mai 2006 Israël – Autorité palestinienne. Affrontements entre le Hamas et le Fatah à Gaza

Publié le 10 par des responsables palestiniens emprisonnés en Israël, le programme prévoit la création d'un État palestinien à Gaza et en Cisjordanie et limite la lutte armée aux territoires palestiniens; il reconnaît implicitement l'existence de l'État hébreu. Le 26, le Hamas annonce le retrait de ses miliciens des rues de Gaza. Le 28, Israël bombarde des positions du Hezbollah et plusieurs localités du sud du Liban en riposte au tir de roquettes sur une base aérienne du nord du pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « EXISTENCE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/existence-notions-de-base/