EUROPEHistoire de l'idée européenne

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ère des nationalités (1789-1919)

Au moment où les États ne se souciaient que de balance of power et où les intellectuels pratiquaient le cosmopolitisme, on vit apparaître, d'abord en Europe occidentale, puis en Europe centrale et enfin dans les Balkans, une tendance nouvelle qui devait, aux xixe et xxe siècles, gagner le monde entier : le sentiment national. Certes, le patriotisme est de toutes les époques ; on aime le pays de ses pères et on cherche à en expulser les envahisseurs étrangers. Mais, dans la seconde moitié du xviiie siècle, ce sentiment fruste se transforme en un concept élaboré : celui selon lequel chaque État, au lieu d'être délimité selon le hasard de la légitimité dynastique, doit coïncider avec une vaste communauté, la «  nation ». Du principe des nationalités va surgir le « nationalisme » (le mot apparaît pour la première fois en 1798 dans un texte de l'abbé Barruel). Pour le nationaliste absolu, la nation devient la valeur suprême (et non l'humanité, ni une religion, ni évidemment l'Europe). Donc le souci de chaque nation est d'accroître sa puissance, même au détriment des autres, considérées comme inférieures. Si le principe des nationalités s'adapte fort bien à l'idée d'une communauté européenne, il est évident que le nationalisme constitue pour l'Europe une force de dissociation, un ferment de guerres d'autant plus puissant que les opinions publiques prennent conscience d'elles-mêmes et que de grandes passions collectives enveniment les conflits déclenchés par les princes.

Même sans volonté d'impérialisme, le principe des nationalités est générateur de luttes car il a des sources diverses. Avec Herder, puis Fichte, Jahn, Arndt, en Allemagne, l'idée de nation est fondée sur la langue et les traditions populaires. Avec la notion britannique de la self-determination, utilisée par les colons américains en 1776 pour réclamer leur indépendance, avec les principes de la Révolution française, la nation est déterminée par la volonté collective des habitants. Ainsi l'Alsace, de dialecte germanique, est allemande pour le premier principe (dit allemand ou romantique). Elle est française selon le second, car ses habitants ont clairement manifesté leur volonté d'être français.

Légitimité et nationalité sous la Révolution française

Pendant plus d'un siècle, de 1789 à 1919, l'idée d'Europe va se trouver aux prises avec un bouleversement révolutionnaire du droit international.

Selon le principe de la légitimité, un territoire appartient à un souverain, lequel a le droit, par traité en bonne et due forme, de le céder à un autre souverain. Les adversaires de la France révolutionnaire, puis impériale, les traditionalistes ont lutté pour le maintenir. Leur plus brillant théoricien, l'Anglais Edmund Burke, estime que les « prétendus droits de l'homme » et les tentatives faites « pour les introduire dans toutes les nations d'Europe » risquent de briser la légitimité et l'équilibre. La France n'annexe-t-elle pas des territoires sans traités, sous prétexte qu'elle obéit aux vœux des populations ? On ne peut négocier avec une telle France. Il faut qu'elle revienne à « l'ensemble de la politique et de l'économie de tous les pays de l'Europe », c'est-à-dire qu'on y restaure la monarchie. Alors, il ne faudra pas trop la diminuer, car elle est indispensable à l'équilibre européen.

Au contraire, les révolutionnaires et leurs partisans veulent faire accéder tous les peuples à la « liberté » contre les tyrans. La première annexion, opérée en 1791, est typique : Avignon et le comtat Venaissin, qui appartenaient au pape, sont réunis à la France à la suite non d'un traité, mais d'un plébiscite. Toutefois, en promettant de « porter fraternité et secours à tous les peuples désireux de recouvrer leur liberté » (décret du 19 novembre 1792), la France se lance dans une guerre qui devient bientôt une guerre d'« expansion révolutionnaire ». Sous prétexte d'apporter la liberté à certains peuples, on les annexe à la France, la « grande nation ». De même apparaît dans un discours de Danton du 31 janvier 1793 l'idée ambiguë de « frontières naturelles ». Or « l'agrandissement d'une nation excite l'envie et la haine » (F. Pagès, Histoire secrète de la Révolution français [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EUROPE  » est également traité dans :

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

L'usage fait de l'Europe un continent ; en réalité, celle-ci constitue une partie de l'Eurasie, avec laquelle elle est en continuité de l'Ancien Monde – puisque l'Afrique n'est pas complètement séparée de l'Eurasie –, et nombre de ses affinités sont avec le Nouveau Monde, par-delà l'Atlantique. Son histoire géologique complexe rend compte de ces ambiguïtés.Malgré ses faibles dimensions – avec une […] Lire la suite

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 360 mots
  •  • 12 médias

Modeste péninsule de l'immense masse continentale eurasiatique, l'Europe n'a pas de limites claires à l'est. Pour les géographes de la Grèce antique et leurs successeurs, elle ne s'étendait pas au-delà du Bosphore et des rives occidentales de la mer Noire et, plus au nord, se perdait dans l'espace flou des steppes et des peuples nomades. Au […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Les polémiques déclenchées par la proposition de faire une mention explicite des « racines chrétiennes » de l'Europe dans le Préambule du projet de Constitution en 2004 et 2005, ou encore certains aspects – réels ou supposés – du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, ont eu le mérite d'attirer […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les enjeux de politique intérieure »  : […] Le développement des liaisons ferroviaires et routières entre la Chine et ses voisins permet à Pékin de développer et d’intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan, Xinjiang notamment) pour en faire des plateformes, des points de contact entre la République populaire et le reste du continent eurasiatique. Aux intérêts économiques et stratégiques se greffent dès lors des enjeux de pol […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « Grand Tour », ancêtre le plus direct du tourisme »  : […] Ces approches commettent de spectaculaires anachronismes, car on ne peut comprendre la dynamique touristique comme fait social de très grande ampleur impliquant une majorité d’individus et un grand nombre d’institutions sans partir de la société anglaise qui l’a engendrée et codifiée dans la seconde moitié du xviii e  siècle. Ce lieu et ce moment éclairent la diffusion spatiale et sociale du touri […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Le 9 également, le président français Emmanuel Macron, lors de la clôture de la Conférence sur l’avenir de l’Europe au Parlement de Strasbourg comme lors de sa rencontre avec le chancelier allemand Olaf Scholz à Berlin, prend ses distances avec l’idée émise par certains à Washington d’affaiblir la Russie à l’occasion du conflit ukrainien. Il continue de plaider pour « une paix négociée » avec Moscou, aux conditions définies par Kiev, et déclare : « Notre positionnement est d’être aux côtés de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ukrainienne. […] Lire la suite

15-20 janvier 1990 C.E.E. Les Douze face à l'évolution de l'Europe de l'Est

Le 20, réunis à Dublin, les ministres des Affaires étrangères des Douze sont loin de se montrer unanimes sur cette idée d'adhésion est-allemande. Mais ils tombent d'accord pour accorder une aide alimentaire d'urgence à la Roumanie (40 millions d'écus, soit 280 millions de francs) ainsi qu'à la Pologne (28,8 millions d'écus, soit 200 millions de francs). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Baptiste DUROSELLE, Alfred GROSSER, « EUROPE - Histoire de l'idée européenne », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/