EUROPEHistoire de l'idée européenne

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le drame de l'Europe (1920-1945)

La guerre, a dit Romain Rolland en septembre 1914, est un « crime contre l'Europe ». De fait, la guerre, les traités, l'après-guerre sont le signe de son déclin. La guerre, parce que les Européens s'entre-tuent, se ruinent et ont besoin de l'intervention américaine pour trancher leur épuisante querelle. Les traités, parce que le président américain Wilson y impose la substitution d'un organisme mondial, la Société des Nations, au vieux « concert européen » générateur de guerre. L'après-guerre, parce que rien n'est fait pour empêcher le nationalisme allemand de chercher une revanche. La Russie, devenue bolchevique en 1917, est tenue à l'écart et ne cache d'ailleurs pas qu'elle veut détruire les régimes bourgeois. Une terrible crise économique, de 1929 à 1933, achève de renfermer les peuples d'Europe dans un égoïsme peureux, ou suscite des régimes de violence, en particulier celui de Hitler, qui arrive au pouvoir le 30 janvier 1933.

Les intellectuels et le déclin de l'Europe

De ce déclin, tout le monde est conscient. C'est le « crépuscule de la civilisation », écrit Jacques Maritain. Des hommes aussi divers que Jules Romains, Julien Benda, Henri Massis, Pierre Drieu La Rochelle, Lucien Romieu en France, Huizinga aux Pays-Bas, Guglielmo Ferrero en Italie, Ziegler dans les pays de langue allemande, sir Arthur Salter et Hilaire Belloc au Royaume-Uni décrivent la décadence et, pour la plupart, ne voient le salut que dans une union européenne.

Mais, sur le plan politique, on a des vues moins larges. Certes, Aristide Briand parle, en juillet 1929, d'« États-Unis d'Europe », et tente, en 1929-1930, de créer « une sorte d'union fédérale » des vingt-sept États européens membres de la S.D.N. Mais en aucun cas, dit-il, les États ne perdront leur souveraineté. Et d'ailleurs, si modeste soit-il, son projet échoue, principalement devant les résistances anglaises. De même, le comte Coudenhove-Kalergi, diplomate autrichien, lance l'idée d'une « Paneurope » qui groupe de nombreux parlementaires. L'avènement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EUROPE  » est également traité dans :

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 012 mots
  •  • 6 médias

L'usage fait de l'Europe un continent ; en réalité, celle-ci constitue une partie de l'Eurasie, avec laquelle elle est en continuité de l'Ancien Monde – puisque l'Afrique n'est pas complètement séparée de l'Eurasie –, et nombre de ses affinités sont avec le Nouveau Monde, par-delà l'Atlantique. Son histoire géologique complexe rend compte de ces ambiguïtés.Malgré ses faibles dimensions – avec une […] Lire la suite

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 354 mots
  •  • 12 médias

Modeste péninsule de l'immense masse continentale eurasiatique, l'Europe n'a pas de limites claires à l'est. Pour les géographes de la Grèce antique et leurs successeurs, elle ne s'étendait pas au-delà du Bosphore et des rives occidentales de la mer Noire et, plus au nord, se perdait dans l'espace flou des steppes et des peuples nomades. Au […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 280 mots
  •  • 3 médias

Les polémiques déclenchées par la proposition de faire une mention explicite des « racines chrétiennes » de l'Europe dans le Préambule du projet de Constitution en 2004 et 2005, ou encore certains aspects – réels ou supposés – du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, ont eu le mérite d'attirer […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 916 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les enjeux de politique intérieure »  : […] Le développement des liaisons ferroviaires et routières entre la Chine et ses voisins permet à Pékin de développer et d’intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan, Xinjiang notamment) pour en faire des plateformes, des points de contact entre la République populaire et le reste du continent eurasiatique. Aux intérêts économiques et stratégiques se greffent dès lors des enjeux de pol […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 749 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « Grand Tour », ancêtre le plus direct du tourisme »  : […] Ces approches commettent de spectaculaires anachronismes, car on ne peut comprendre la dynamique touristique comme fait social de très grande ampleur impliquant une majorité d’individus et un grand nombre d’institutions sans partir de la société anglaise qui l’a engendrée et codifiée dans la seconde moitié du xviii e  siècle. Ce lieu et ce moment éclairent la diffusion spatiale et sociale du touri […] Lire la suite

Les derniers événements

C.E.E. Les Douze face à l'évolution de l'Europe de l'Est. 15-20 janvier 1990

Les 15 et 16, les représentants des trente-quatre États intéressés par la mise en place de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (B.E.R.D.) se réunissent à Paris, sous la présidence de Jacques Attali, conseiller spécial du président de la République. La France avait […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Baptiste DUROSELLE, Alfred GROSSER, « EUROPE - Histoire de l'idée européenne », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/