EUROPEHistoire de l'idée européenne

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « Europe » a fait son apparition, dans un sens géographique, dès le viie siècle avant J.-C. Simple péninsule de l'Asie, ses limites orientales restent arbitraires. On peut même discuter de ses limites occidentales et accepter ou non d'y rattacher certaines îles. Mais ces débats de frontières resteraient académiques si, au cours des siècles, le concept d'Europe ne s'était pas chargé d'idées et de passions politiques. Parler de l'« idée européenne », c'est évoquer le problème de savoir si, au-dessus des peuples, des langues, des religions, des États, il n'existe pas une « communauté supérieure », distinguant des continents massifs qui, de près ou de loin, l'entourent, la petite presqu'île découpée par les mers.

Les Grecs dispersés sur trois continents se considéraient comme différents des « barbares ». L'unité de l'Empire romain était la Méditerranée et non l'Europe. Les Arabes, en envahissant l'Espagne, l'Italie du Sud et la Gaule, auraient pu, comme les Romains, dominer le pourtour méditerranéen. C'est leur reflux, de la bataille de Poitiers (732) à la Reconquista espagnole (achevée au xve siècle), qui a mis en lumière une idée « politique » de l'Europe, fondée sur la Chrétienté. Une seule fois, sous Charlemagne, une unité politique a coïncidé pratiquement avec la zone d'influence de l'Église romaine. Pendant le reste du Moyen Âge, le rêve a persisté d'unifier l'Europe sous la direction soit de l'empereur, soit du pape.

L'apparition, dès le xve siècle, d'États modernes structurés a détruit les perspectives d'unité par la religion. L'idée européenne a alors pris – jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale – trois formes principales : Europe de l'équilibre ou du « concert », admettant l'indépendance des États (surtout des grands), garantie par l'observation du droit des gens et de règles traditionnelles (balance of power) ; Europe unifiée par la conquête : tel a été l'objet des deux entreprises fort différentes de Napoléon et de Hitler ; Europe volontairement unifiée, mais celle-ci n'a pas dépassé le stade des projets et des rêves : c'est tardivement, au xxe siècle, que des hommes politiques ont paru admettre la perspective d'une unification concertée.

La fin de la Seconde Guerre mondiale marque une coupure absolue. Le monde est devenu « bipolaire » et la puissance s'est concentrée en deux États dont l'un est partiellement européen et l'autre peuplé pour 90 p. 100 par l'immigration européenne. Les « puissances » européennes, à force de s'être combattues, ont perdu une prépondérance technique et politique qui leur avait permis de conquérir en quatre siècles la quasi-totalité du monde. L'idée d'unité cesse alors d'être affaire d'écrivains pour devenir l'une des préoccupations essentielles des hommes d'État. Robert Schuman, Alcide De Gasperi, Konrad Adenauer, souvent inspirés par Jean Monnet, appuyés par les États-Unis et en opposition avec l'U.R.S.S., ont réussi à créer des institutions communautaires, soit pour l'ensemble de l'Europe non communiste, soit, sur le plan économique, pour six pays occidentaux. De l'unification économique, passerait-on à l'unification politique ? On se heurtait là à des résistances imprévues, dont le général de Gaulle, et plus tard Margaret Thatcher, tous deux hostiles à l'« intégration », ont été le symbole. Après l'effondrement du bloc soviétique et les élargissements à l'Est qu'il a permis, ce problème politique s’est posé, avec encore plus d'acuité.

Jean Monnet, 1947

Photographie : Jean Monnet, 1947

Jean Monnet (1888-1979), commissaire général au Plan pour la reconstruction de la France de 1947 à 1952, deviendra le premier président de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (C.E.C.A.), avant de présider, à partir de 1956, le Comité d'action pour les États-Unis d'Europe. 

Crédits : Bert Hardy/ Getty Images

Afficher

L'Europe « géographique » de l'Antiquité

L'Europe est une héroïne mythologique, l'une des trois mille Océanides ou une Phénicienne enlevée par Zeus qui avait pris pour la séduire la forme d'un taureau. Pourquoi son nom a-t-il été donné à un territoire ? Hérodote, au ve siècle avant J.-C., se posait déjà la question : « Le plus curieux, c'est que la Tyrienne Europe était de naissance asiatique et n'est jamais venue sur cette terre que les Grecs appellent maintenant Europe. » Et, conclut-il avec philosophie, « nous utiliserons les noms établis par la coutume » (Histoires, VII, 185).

Le mystère n'a pas été percé. Dès la fin du viie siècle, un contemporain d'Hésiode, dans le poème À Apollon pythien, évoque « ceux qui vivent dans le riche P [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EUROPE  » est également traité dans :

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

L'usage fait de l'Europe un continent ; en réalité, celle-ci constitue une partie de l'Eurasie, avec laquelle elle est en continuité de l'Ancien Monde – puisque l'Afrique n'est pas complètement séparée de l'Eurasie –, et nombre de ses affinités sont avec le Nouveau Monde, par-delà l'Atlantique. Son histoire géologique complexe rend compte de ces ambiguïtés.Malgré ses faibles dimensions – avec une […] Lire la suite

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 360 mots
  •  • 12 médias

Modeste péninsule de l'immense masse continentale eurasiatique, l'Europe n'a pas de limites claires à l'est. Pour les géographes de la Grèce antique et leurs successeurs, elle ne s'étendait pas au-delà du Bosphore et des rives occidentales de la mer Noire et, plus au nord, se perdait dans l'espace flou des steppes et des peuples nomades. Au […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Les polémiques déclenchées par la proposition de faire une mention explicite des « racines chrétiennes » de l'Europe dans le Préambule du projet de Constitution en 2004 et 2005, ou encore certains aspects – réels ou supposés – du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, ont eu le mérite d'attirer […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les enjeux de politique intérieure »  : […] Le développement des liaisons ferroviaires et routières entre la Chine et ses voisins permet à Pékin de développer et d’intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan, Xinjiang notamment) pour en faire des plateformes, des points de contact entre la République populaire et le reste du continent eurasiatique. Aux intérêts économiques et stratégiques se greffent dès lors des enjeux de pol […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « Grand Tour », ancêtre le plus direct du tourisme »  : […] Ces approches commettent de spectaculaires anachronismes, car on ne peut comprendre la dynamique touristique comme fait social de très grande ampleur impliquant une majorité d’individus et un grand nombre d’institutions sans partir de la société anglaise qui l’a engendrée et codifiée dans la seconde moitié du xviii e  siècle. Ce lieu et ce moment éclairent la diffusion spatiale et sociale du touri […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Le 9 également, le président français Emmanuel Macron, lors de la clôture de la Conférence sur l’avenir de l’Europe au Parlement de Strasbourg comme lors de sa rencontre avec le chancelier allemand Olaf Scholz à Berlin, prend ses distances avec l’idée émise par certains à Washington d’affaiblir la Russie à l’occasion du conflit ukrainien. Il continue de plaider pour « une paix négociée » avec Moscou, aux conditions définies par Kiev, et déclare : « Notre positionnement est d’être aux côtés de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ukrainienne. […] Lire la suite

15-20 janvier 1990 C.E.E. Les Douze face à l'évolution de l'Europe de l'Est

Le 20, réunis à Dublin, les ministres des Affaires étrangères des Douze sont loin de se montrer unanimes sur cette idée d'adhésion est-allemande. Mais ils tombent d'accord pour accorder une aide alimentaire d'urgence à la Roumanie (40 millions d'écus, soit 280 millions de francs) ainsi qu'à la Pologne (28,8 millions d'écus, soit 200 millions de francs). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Baptiste DUROSELLE, Alfred GROSSER, « EUROPE - Histoire de l'idée européenne », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/