EUCHARISTIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Analyse des thèmes et recherche de synthèse

Le mémorial

Ce concept biblique représente l'idée-mère d'où naissent de façon organique tous les autres thèmes. Quand Jésus a dit « faites ceci en mémoire de moi », il ne prescrivait pas quelque chose de radicalement neuf, mais il demandait d'accomplir en souvenir de lui un geste que l'on était déjà accoutumé à faire : repas pascal ou repas de communauté à portée religieuse. Il importe au fond assez peu de savoir si la Cène fut ou non un véritable repas pascal : aussi bien dans les Évangiles synoptiques que dans celui de Jean, Jésus est la pâque nouvelle ; au reste, tout repas ordinaire se déroulait dans une atmosphère pascale, celle du mémorial.

Selon la Bible, « faire quelque chose en mémorial » c'est rappeler un événement de l'histoire du salut, en ayant conscience de son actualité et de la participation réelle à laquelle on accède ; un événement jadis accompli, non réitéré, mais partout et toujours présent dans la parole et le rite (Ex., xii, 14 et xiii, 9 : c'est le couple classique mythe-rite ; mais, paradoxalement, dans le judaïsme et dans le christianisme, les événements fondateurs sont historiques). Le mémorial de la Pâque est rappel de la délivrance, conviction qu'on la revit par le rite et que l'on y participe ; il se complète par l'action de grâces et la louange. À travers le récit de la Cène et les anamnèses liturgiques, auxquelles est intimement liée l'offrande, l'objet du mémorial apparaît clairement : ce que l'on rappelle aux hommes, c'est la pâque du Seigneur, la nouvelle alliance, sa mort-résurrection. Si le mémorial est la forme originaire à partir de laquelle se déploient les autres valeurs – et c'est pourquoi il faut partir de lui –, la Pâque en est le contenu, qui permettra, au terme, d'en synthétiser toutes les données partielles. Le mémorial inclut encore un rappel à Dieu : qu'il se souvienne, lui aussi, de l'homme (Ex., xxxii, 43). On remarque donc dans le mémorial une présence de l'intercession qui se retrouvera dans toutes les liturgies chrétiennes : que Dieu poursuive l'œuvre de salut dont on fait mémoire et qui devient actuelle pour l'assemblée ! Cela fait découvrir également une ouverture vers l'avenir : le royaume de Dieu est manifesté dans l'eucharistie, mais il est aussi absent, et la supplication se nuance d'attente du retour du Christ, accomplissement ultime attendu de l'action de l'Esprit.

L'action de grâces

L'action de grâces est l'acte religieux typique du judéo-christianisme, elle est l'expression affective et culturelle de la foi. Comme cette dernière est réponse existentielle à l'interpellation de la Parole, l'action de grâces est assentiment joyeux, commun, liturgique, à l'actualisation de la Parole dans la communauté. Elle présente donc un lien originaire avec le mémorial : on fait mémoire et on rend grâces ; elle fait suite à l'écoute, elle est consentement à l'initiative divine, elle est – comme toute prière chrétienne – dialogue, parce que réponse à la Parole définitive de Dieu en Jésus-Christ. En ce sens, elle est reconnaissance pour les bienfaits divins, gratitude. Mais plus fondamentalement encore, elle est louange, célébration de la puissance glorieuse et bienfaisante de Dieu, proclamation joyeuse et admirative de sa grandeur ; elle traverse le bienfait pour célébrer sa source. Finalement, elle est, comme toute louange, gratuite et aimante. De même que le mémorial a suscité chez les chrétiens une expression liturgique spécifique (l'anamnèse au sens strict), tout en la débordant, de même l'action de grâces avait donné naissance à une forme d'expression très ample, la berâkhâh ou bénédiction adressée à Dieu, genre littéraire qui commande toute la liturgie juive et dont la prière eucharistique relève encore. Mais l'action de grâces devient une atmosphère générale de la célébration entière. Il lui est essentiel d'être commune, et cette dimension communautaire, constitutive de l'eucharistie, fait découvrir que l'Église est le sujet intégral de l'action liturgique. Il lui est naturel aussi de trouver son expression exultante dans la beauté de la célébration : musique, vêtements, expression plastique et architecturale. On pourrait insister longuement sur le caractère de fête qu' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : docteur en théologie, dominicain, directeur du centre de formation théologique du Saulchoir, directeur de la revue La Vie spirituelle

Classification

Autres références

«  EUCHARISTIE  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 127 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine du genre »  : […] La Fête-Dieu, solennité printanière propice aux représentations de plein air, était, bien avant 1580, l'occasion de spectacles populaires, comiques ou dévots, plus ou moins liés au culte du Saint-Sacrement. Les foules étaient attirées ce jour-là par une procession joyeuse que les corporations animaient de leurs « inventions » dans les villes populeuses. Certaines pièces montrent déjà un souci de […] Lire la suite

BÉRENGER DE TOURS (999?-1088)

  • Écrit par 
  • André CANTIN
  •  • 605 mots

Écolâtre de Tours qui provoqua dans l'Église, au milieu du xi e siècle, par son enseignement sur l'eucharistie, une très importante controverse, contribuant, avant Anselme du Bec, au progrès du raisonnement dans les questions sacrées. Né, au tout début du xi e siècle, dans une famille tourangelle fortunée, Bérenger acquiert une solide formation grammaticale et dialectique à l'école de Chartres, […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Église peuple de Dieu »  : […] Nouvelle caractéristique importante du calvinisme : sa doctrine de la sainte cène. On sait que ce sacrement d'union, de communion, est celui sur lequel les Églises chrétiennes sont le plus divisées. Alors que la doctrine catholique enseigne qu'au moment de la consécration le pain est transformé en corps de Jésus-Christ et le vin en son sang ( transsubstantiation), la doctrine luthérienne admet la […] Lire la suite

CHRIST CORPS MYSTIQUE DU

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 250 mots

Parmi les nombreuses images dont les chrétiens se servent pour décrire l'Église, trois ont une particulière importance : celle de « peuple de Dieu le Père », celle de « corps mystique du Christ » et celle de « temple de l'Esprit saint ». Elles renvoient, en effet, au mystère du Dieu unique, Père, Fils et Saint-Esprit, de qui l'Église tire son existence. L'image de corps du Christ, particulièrement […] Lire la suite

CONFESSION HELVÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 832 mots

On connaît deux « confessions helvétiques », la Confessio helvitica de 1536 et la Confession helvétique postérieure de 1566. La première Confession helvétique , ou deuxième Confession bâloise , est rédigée en janvier 1536, en particulier par H. Bullinger, Myconius et Grynæus, théologiens protestants zurichois et bâlois. Elle est aussitôt traduite en allemand par Leo Jud. Acceptée en mars 1536 pa […] Lire la suite

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 851 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les laïcs dans les images liturgiques »  : […] Les nombreuses représentations de laïcs – rois, princes ou simples fidèles – en dévotion devant l'image du Christ, de la Vierge ou d'un saint, participent dans une certaine mesure à la codification visuelle d'un rite – la prière privée – pour lequel il n'existe pas de consigne écrite dans les ordines liturgiques. En revanche, plusieurs passages de chroniques, manuel de piété, etc., insistent sur […] Lire la suite

ÉPICLÈSE

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 358 mots

Grande prière eucharistique adressée au Saint-Esprit au moment où le célébrant rapporte le récit de la Cène et prononce les paroles dites consécratoires, l'épiclèse (du grec epiklêsis , invocation) a toujours tenu une place centrale dans les liturgies orientales, qui suivent ainsi saint Jean Damascène : « Le changement du pain dans le corps du Christ s'effectue par la seule puissance du Saint-Espr […] Lire la suite

FÊTE-DIEU ou FÊTE DU SAINT-SACREMENT

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 338 mots

Fête mobile de l'Église chrétienne catholique, la Fête-Dieu ou fête du Saint-Sacrement est encore parfois appelée fête du Corpus (ou Corpus Christi , son nom catholique latin étant solemnitas Sanctissimi Corporis et Sanguinis Christi ). Elle célèbre la présence réelle du Christ dans l'hostie et le vin consacrés lors de la communion eucharistique. Sa date est fixée le jeudi (ou le dimanche, dans […] Lire la suite

LITURGIE CATHOLIQUE DE L'EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël BEZANÇON
  •  • 2 120 mots

L' eucharistie (du grec eucharistein , « rendre grâce, dire merci ») est l'acte majeur de la liturgie des chrétiens. Les catholiques l'appellent habituellement la « messe » (du latin missa , désignant dans les premiers siècles la seconde partie de la célébration, celle qui se passait après le renvoi des non-baptisés). Nous nous limiterons ici à l'Église catholique en Occident, de rite latin : il […] Lire la suite

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mise en œuvre du programme de la Réforme »  : […] À son retour de Worms, Luther fut mis en sûreté par l'Électeur Frédéric pour dix mois à la Wartburg, près d'Eisenach. Dans cette retraite, il écrivit divers ouvrages de polémique, notamment sa réponse à la condamnation qu'à son tour la Sorbonne avait prononcée contre lui et une réfutation de l'obligation de se confesser, la confession étant cependant maintenue, mais laissée à la liberté du croyan […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-19 août 1985 Vatican – Afrique. Troisième voyage du pape Jean-Paul II en Afrique

En clôturant le 43e Congrès eucharistique international, réuni pour la première fois en Afrique noire, à Nairobi, sur le thème « L'Eucharistie et la famille chrétienne », il dénonce la polygamie comme contraire à la dignité de la personne humaine. En présence de mère Teresa, Prix Nobel de la paix, Jean-Paul II insiste sur le besoin d'assistance des pays touchés par la famine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre JOSSUA, « EUCHARISTIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eucharistie/