EUCHARISTIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Questions ouvertes

Les questions de la Réforme

Dans les pages qui précèdent, les réclamations des réformateurs du xvie siècle ont été dans une certaine mesure entendues. Il est certain aussi que l'admirable tradition liturgique orthodoxe aurait à faire valoir plus d'un point de vue complémentaire, en particulier par sa doctrine de l'Esprit-Saint. Il faut cependant donner priorité au rappel de deux débats qui ont divisé les confessions chrétiennes pendant des siècles. Sauvegarder l'unicité du sacrifice sauveur de la croix, s'opposer à une offrande de la messe considérée comme une « œuvre » humaine qui offusque la gratuité de la justification, tenter de rétablir l'importance primordiale de la communion alors désertée ont conduit Luther et Calvin à nier, sinon tout aspect sacrificiel de la messe, du moins l'idée de sacrifice propitiatoire. Sur ce point, on peut noter une réelle convergence actuelle des théologies protestantes (Leenhardt, Thurian), anglicanes (Dix) et catholiques (Vonier, Bouyer), grâce à l'idée du sacrifice sacramentel, du sacrifice en mémorial.

Plus délicate est la divergence qui porte sur la présence du Christ. Calvin notamment a rejeté la position « spiritualiste » de Zwingli et retrouvé, contre la consubstantiation, les arguments de Thomas d'Aquin ; il écarte aussi la transsubstantiation qu'il comprend comme une sorte d'annihilation du pain et du vin. Il envisage donc une présence spirituelle et cependant réelle, où pain et vin « sont tellement signes que la vérité est jointe avec ». L'accent porte sur la foi, sans laquelle il n'y a pas de présence, car il n'y a pas de lien ontologique entre corps et sang du Christ, d'une part, et pain et vin, de l'autre ; si l'on mange et boit avec foi, on reçoit aussi le don spirituel. La présence ne dépasse donc pas le temps de la cène. Dans les termes anciens, le débat est sans issue. L'est-il dans une problématique renouvelée de part et d'autre, revivifiée à sa source biblique et consentant à de nouvelles voies d'approche ?

Vers une nouvelle formulation

Que dit, pour l'essentiel, le concile de Trente ? Dans l'eucharistie, il s'agit bien d'une présence réelle, mais d'un type original par rapport à celle des autres sacrements : accessible à la foi et cependant donnée pour sa condamnation à celui qui ne la discerne pas ; n'entraînant pas de disparition de la réalité sensible qui la porte et donc vraiment sacramentelle. Cela, Trente l'exprime en un certain langage et dans un contexte donné. Peut-on maintenir le sens de son affirmation dans un autre système ? La question se pose, parce que la position scolastique est aujourd'hui critiquée. La présence est en vue du don, dans une rencontre de personnes ; or, à force de vouloir la penser indépendante de la relation à l'homme, on la déshumanise : on croit la rehausser en la disant « ontologique », mais on la situe dans le domaine le moins personnel, donc le moins réel. Le monde réel, c'est en effet celui de l'homme, de sa relation aux êtres et aux choses. D'autre part, il n'est pas besoin d'être kantien pour que l'idée « d'une substance de ce morceau de pain » apparaisse inintelligible. Ce pain est un conglomérat sans unité essentielle, un fragment de continuum sans unité substantielle ; y a-t-il un contenu mystérieux, « derrière » le physico-chimique ? Dès lors, on a cherché à reformuler la vieille doctrine en termes de présence fonctionnelle, à partir du sens de l'aliment, de sa fonction, de sa finalité, de sa valeur de signe. Cela est bien réel et substantiel : quand il s'agit du monde humain, tout se réévalue ; ce qui n'est qu'un agrégat accidentel devient par sa fonction quelque chose de substantiel, une nourriture pour l'homme. Mais il peut devenir aussi un moyen de communication, un signe entre les hommes ; quoi de plus réel ? Le Christ change totalement cette fonction du pain : non seulement celui-ci est chargé d'une fonction nouvelle – celle de la rencontre et du don du Christ, unifiant les croyants –, mais il n'est plus destiné à nourrir les corps, il est devenu un nouvel objet. La présence mystérieusement offerte sous les apparences inchangées, se substituant à la fonction, et donc à la réalité, du pain et du vin comme nourriture corporelle ou communication simplement humaine, c'est le corps du Seigneur et son sang. Une voie de recherche renouve [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : docteur en théologie, dominicain, directeur du centre de formation théologique du Saulchoir, directeur de la revue La Vie spirituelle

Classification

Autres références

«  EUCHARISTIE  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 127 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine du genre »  : […] La Fête-Dieu, solennité printanière propice aux représentations de plein air, était, bien avant 1580, l'occasion de spectacles populaires, comiques ou dévots, plus ou moins liés au culte du Saint-Sacrement. Les foules étaient attirées ce jour-là par une procession joyeuse que les corporations animaient de leurs « inventions » dans les villes populeuses. Certaines pièces montrent déjà un souci de […] Lire la suite

BÉRENGER DE TOURS (999?-1088)

  • Écrit par 
  • André CANTIN
  •  • 605 mots

Écolâtre de Tours qui provoqua dans l'Église, au milieu du xi e siècle, par son enseignement sur l'eucharistie, une très importante controverse, contribuant, avant Anselme du Bec, au progrès du raisonnement dans les questions sacrées. Né, au tout début du xi e siècle, dans une famille tourangelle fortunée, Bérenger acquiert une solide formation grammaticale et dialectique à l'école de Chartres, […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Église peuple de Dieu »  : […] Nouvelle caractéristique importante du calvinisme : sa doctrine de la sainte cène. On sait que ce sacrement d'union, de communion, est celui sur lequel les Églises chrétiennes sont le plus divisées. Alors que la doctrine catholique enseigne qu'au moment de la consécration le pain est transformé en corps de Jésus-Christ et le vin en son sang ( transsubstantiation), la doctrine luthérienne admet la […] Lire la suite

CHRIST CORPS MYSTIQUE DU

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 250 mots

Parmi les nombreuses images dont les chrétiens se servent pour décrire l'Église, trois ont une particulière importance : celle de « peuple de Dieu le Père », celle de « corps mystique du Christ » et celle de « temple de l'Esprit saint ». Elles renvoient, en effet, au mystère du Dieu unique, Père, Fils et Saint-Esprit, de qui l'Église tire son existence. L'image de corps du Christ, particulièrement […] Lire la suite

CONFESSION HELVÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 832 mots

On connaît deux « confessions helvétiques », la Confessio helvitica de 1536 et la Confession helvétique postérieure de 1566. La première Confession helvétique , ou deuxième Confession bâloise , est rédigée en janvier 1536, en particulier par H. Bullinger, Myconius et Grynæus, théologiens protestants zurichois et bâlois. Elle est aussitôt traduite en allemand par Leo Jud. Acceptée en mars 1536 pa […] Lire la suite

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 851 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les laïcs dans les images liturgiques »  : […] Les nombreuses représentations de laïcs – rois, princes ou simples fidèles – en dévotion devant l'image du Christ, de la Vierge ou d'un saint, participent dans une certaine mesure à la codification visuelle d'un rite – la prière privée – pour lequel il n'existe pas de consigne écrite dans les ordines liturgiques. En revanche, plusieurs passages de chroniques, manuel de piété, etc., insistent sur […] Lire la suite

ÉPICLÈSE

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 358 mots

Grande prière eucharistique adressée au Saint-Esprit au moment où le célébrant rapporte le récit de la Cène et prononce les paroles dites consécratoires, l'épiclèse (du grec epiklêsis , invocation) a toujours tenu une place centrale dans les liturgies orientales, qui suivent ainsi saint Jean Damascène : « Le changement du pain dans le corps du Christ s'effectue par la seule puissance du Saint-Espr […] Lire la suite

FÊTE-DIEU ou FÊTE DU SAINT-SACREMENT

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 338 mots

Fête mobile de l'Église chrétienne catholique, la Fête-Dieu ou fête du Saint-Sacrement est encore parfois appelée fête du Corpus (ou Corpus Christi , son nom catholique latin étant solemnitas Sanctissimi Corporis et Sanguinis Christi ). Elle célèbre la présence réelle du Christ dans l'hostie et le vin consacrés lors de la communion eucharistique. Sa date est fixée le jeudi (ou le dimanche, dans […] Lire la suite

LITURGIE CATHOLIQUE DE L'EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël BEZANÇON
  •  • 2 120 mots

L' eucharistie (du grec eucharistein , « rendre grâce, dire merci ») est l'acte majeur de la liturgie des chrétiens. Les catholiques l'appellent habituellement la « messe » (du latin missa , désignant dans les premiers siècles la seconde partie de la célébration, celle qui se passait après le renvoi des non-baptisés). Nous nous limiterons ici à l'Église catholique en Occident, de rite latin : il […] Lire la suite

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mise en œuvre du programme de la Réforme »  : […] À son retour de Worms, Luther fut mis en sûreté par l'Électeur Frédéric pour dix mois à la Wartburg, près d'Eisenach. Dans cette retraite, il écrivit divers ouvrages de polémique, notamment sa réponse à la condamnation qu'à son tour la Sorbonne avait prononcée contre lui et une réfutation de l'obligation de se confesser, la confession étant cependant maintenue, mais laissée à la liberté du croyan […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-19 août 1985 Vatican – Afrique. Troisième voyage du pape Jean-Paul II en Afrique

En clôturant le 43e Congrès eucharistique international, réuni pour la première fois en Afrique noire, à Nairobi, sur le thème « L'Eucharistie et la famille chrétienne », il dénonce la polygamie comme contraire à la dignité de la personne humaine. En présence de mère Teresa, Prix Nobel de la paix, Jean-Paul II insiste sur le besoin d'assistance des pays touchés par la famine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre JOSSUA, « EUCHARISTIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eucharistie/