ROYAUME DE DIEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'après les évangiles synoptiques, l'annonce de la proximité du Royaume de Dieu (ou « des cieux », selon Matthieu) tient la première place dans la prédication de Jésus. Une expression synthétique s'en trouve dans Marc, i, 15 : « Le Royaume de Dieu est tout proche ; reconsidérez votre vie et croyez en la bonne nouvelle. » Jamais Jésus ne définit à proprement parler ce Royaume, réalité familière à ses auditeurs, semble-t-il ; on peut pourtant le décrire. Il ne s'agit pas du règne permanent de Dieu sur le monde au titre de la création, mais du règne que Jésus inaugure et qui atteindra sa plénitude à la fin des temps comme salut définitif du peuple : c'est une réalité eschatologique.

Ce règne de Dieu passe par la conversion du cœur de l'homme, se distinguant par là du messianisme politique de l'Ancien Testament. Ce sera avant tout un événement de salut pour les pécheurs, les publicains, les samaritains, les filles publiques : c'est la bonne nouvelle. Bien que l'accès au Royaume suppose une décision radicale par laquelle on opte pour Dieu, il n'est nullement au terme des efforts de l'homme : l'homme ne le construit pas. Au contraire, c'est un don gratuit de Dieu, que l'on demande dans la prière (« que ton règne vienne »), que l'on accueille avec une âme de pauvre (Matthieu, v, 3), comme un enfant (Luc, x, 15), mais dans la vigilance (parabole des serviteurs attendant le retour du Maître, celle des vierges sages et des vierges folles), car il ne suffira pas de faire partie du peuple élu pour y accéder : un tri sera fait entre l'ivraie et le bon grain (Matthieu, xiii, 24-30) et des comptes seront demandés (Matthieu, xxv, 1-13).

Le Royaume de Dieu n'est pas un idéal, mais une décision historique de Dieu que Jésus annonce, et surtout qu'il accomplit en sa propre personne. Reconnaître que le Christ est le roi du Royaume de Dieu, à travers sa mort et sa résurrection, a deux conséquences au moins pour le chrétien : par là, ce dernier devient fondamentalement libre à l'égard de toute royauté (ou puissance) terrestre ; d'autre part, il ne saurait identifier l'Église au Royaume à venir, même si elle l'annonce, le sert, y communie.

—  Hervé LEGRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROYAUME DE DIEU  » est également traité dans :

COMMUNISMES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « Communisme religieux et socialismes utopiques »  : […] L'Allemagne, au début du xix e  siècle, connaît aussi une telle fermentation : « en dépit de toutes les persécutions, certaines sectes chrétiennes s'étaient maintenues en Allemagne [...] où elles enseignaient un communisme primitif conforme à l'esprit des premiers chrétiens »... (Menchen-Helfen et Nicolaïewski). W.  Weitling, le fondateur, selon K […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communismes-religieux/#i_3890

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 742 mots

Dans le chapitre « Église et royaume de Dieu »  : […] Les exégètes contemporains (depuis J. Weiss et A. Schweitzer) ont rappelé le lien qui existe dans le Nouveau Testament entre l'Église et le Royaume de Dieu, notion beaucoup plus largement présente dans la prédication de Jésus que celle d'Église. Appréciant le constat et forçant un peu les choses, Alfred Loisy écrivait vers 1900 : « Jésus annonçait le Royaume, et c'est l'Église qui est venue » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/#i_3890

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Pour exprimer les rapports de l'homme avec Dieu, Jésus n'a donné aucune définition métaphysique de Dieu ni parlé le langage de la mystique. Il n'a pas cherché à dire ce qu'était Dieu en soi, mais il a exprimé ce que, selon lui, Dieu était pour l'homme. Il l'a fait notamment en montrant Dieu comme un Maître, dont les hommes sont les serviteurs, et comme le Père, dont l'amour entoure sans cesse ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_3890

MESSIANISME

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 7 914 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prémillénarisme et postmillénarisme »  : […] La distinction entre prémillénarisme et postmillénarisme alimenta des controverses copieuses. Elle connote approximativement deux caractéristiques concernant respectivement un processus social d'intervention et une conception théologique de la grâce. Dans le prémillénarisme, le royaume de Dieu intervient ex abrupto par un processus révolutionnaire, rompant la chaîne des caus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messianisme/#i_3890

TILLICH PAUL (1886-1965)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « La « Théologie systématique » »  : […] La réflexion concernant le Christ commence par une analyse de la situation de l'homme, que Tillich, à la suite de Marx, décrit comme une situation d'aliénation et d'autodestruction. L'homme tel qu'il existe ne réalise jamais son essence propre, il est aliéné à son être véritable. Néanmoins, l'homme aliéné n'est pas séparé de l'être véritable. Il continue à appartenir à Dieu, dont il est séparé. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-tillich/#i_3890

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « ROYAUME DE DIEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-de-dieu/