ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'appellation de ces substances dérive du terme œstrus (ou estrus) qui désigne, chez les mammifères femelles, la période où l'ovulation et la réceptivité vis-à-vis du mâle coïncident. Les estrogènes naturels sont des hormones stéroïdes à dix-huit atomes de carbone ; il s'agit principalement de l'estradiol (estra triène-1,3,5 diol-3,17), de l'estrone (estra triène-1,3,5 ol-3 one-17) et de l'estriol (estra triène-1,3,5 triol-3,6,17).

Une hydroxylation en position 2 ou 4 du cycle A de ces estrogènes intervient dans différents tissus (cerveau, foie, placenta, fœtus) et conduit aux catécholestrogènes, molécules dont l'activité estrogène est nettement plus faible.

La biosynthèse des estrogènes a lieu dans l'ovaire, ou éventuellement dans le placenta, à partir des androgènes, eux-mêmes issus de la transformation du cholestérol, selon un rythme cyclique de la puberté à la ménopause et selon un mode quantitatif différent en dehors et au cours de la grossesse.

La conversion des androgènes en estrogènes dépend d'un complexe enzymatique, l'aromatase. Elle implique trois hydroxylations qui permettent la conversion du cycle A de l'androgène en cycle aromatique avec perte du méthyle angulaire en carbone 10. Ainsi, à partir de l'androsténedione se forme l'estrone et à partir de la testostérone l'estradiol. Les concentrations en estrone et estradiol sont en équilibre grâce à une o1-17 déshydrogénase spécifique.

Chez la femme en période d'activité génitale, cette biogenèse, étant interrompue par la menstruation, est cyclique. En effet, pendant la phase folliculaire, les cellules ovariennes de la thèque synthétisent un maximum d'estrone et d'estradiol au moment de l'ovulation. Pendant la phase lutéale, le corps jaune fonctionnel prend le relais de la thèque interne. Enfin, si l'ovulation n'a pas été [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en pharmacie à l'université de Paris, docteur ès sciences physiques, membre de l'Académie nationale de pharmacie
  • : ingénieur E.S.P.C.I., docteur ès sciences, attaché scientifique à l'Institut scientifique Roussel
  • : docteur en pharmacie, ingénieur documentaliste au service de documentation biologique et pharmaco-chimique, Centre de recherche Roussel-Uclaf

Classification


Autres références

«  ESTROGÈNES ou OESTROGÈNES  » est également traité dans :

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phénomène : diminution de la biosynthèse de l'hormone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antihormones/#i_1782

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les techniques dans l’assistance médicale à la procréation »  : […] L’ovulation survient au milieu du cycle menstruel normal, elle est précédée par une phase de maturation des ovocytes pendant la phase folliculaire et suivie par une phase de préparation de l’endomètre appelée phase lutéale. Ce cycle est très précisément contrôlé par des hormones d’origine hypophysaire, une glande de la base du cerveau : la GnRH ( g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assistance-medicale-a-la-procreation-procreation-medicalement-assistee/#i_1782

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Facteurs de risques »  : […] Ces rappels aident à comprendre les facteurs de risques, qu'il faut bien identifier pour mettre en œuvre une prévention efficace. Quelques-uns sont bien connus : – dans un pays comme la France, le tabac est à l'origine d'environ 30 p. 100 des cancers chez l'homme et d'environ 10 p. 100 chez la femme. Le tabagisme passif est moins cancérogène (environ 200 cancers du poumon par an, mais il induit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancer-et-sante-publique/#i_1782

CONTRACEPTION HORMONALE

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 6 129 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des pilules de moins en moins dosées »  : […] En décembre 2012, pour la première fois, en France, une jeune femme victime d'un accident vasculaire cérébral déposait plainte pour « atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine » contre un laboratoire pharmaceutique commercialisant une pilule de troisième génération. À la fin de mars 2013, quatre-vingts plaintes visant cinq firmes et seize pilules de troisième et quatrième générati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contraception-hormonale/#i_1782

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Étage utérin »  : […] L'étage utérin revêt une grande importance, car c'est lui qui constitue la destination finale de l'œuf fécondé. La desquamation mensuelle de l'endomètre (muqueuse tapissant l'utérus) constitue également l'élément le plus « visible » du cycle menstruel ainsi qu'un point de repère pour la femme (menstruation). L'endomètre est totalement sous la dépendance des hormones sexuelles ; en l'absence d'horm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-menstruel/#i_1782

FÉMINISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 140 mots

Ensemble de phénomènes morphogénétiques, sous contrôle endocrinien, qui orientent le développement de l'enfant (ou du jeune mammifère) vers l'acquisition des caractères sexuels secondaires de l'individu de sexe féminin. Les hormones ovariennes œstrogènes, folliculine principalement, sont les agents de l'expression du sexe génétique féminin lequel est déterminé par la combina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisation/#i_1782

FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon)

  • Écrit par 
  • Jean COHEN
  •  • 3 526 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Détermination du moment de l'ovulation »  : […] Peu de temps avant l'ovulation, l'ovocyte est le siège de transformations essentielles à la fécondation. Si l'ovocyte est recueilli trop tôt, il ne pourra être immédiatement fécondé in vitro. Le délai optimal du recueil est de quelques heures (de 1 à 6) avant l'ovulation spontanée. Après, il est trop tard, l'ovocyte est expulsé et, puisque les trompes sont imperméables chez les patientes, il se p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fivete/#i_1782

GAUCHERIE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 464 mots

Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent victimes les minorités ? On dit d’une personne qu’elle est gauchère si elle écrit avec sa main gauche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaucherie/#i_1782

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Rôle des récepteurs nucléaires »  : […] La superfamille des récepteurs nucléaires comprend les récepteurs des stéroïdes ( glucocorticoïdes, androgènes, estrogènes, progestérone et minéralocorticoïdes) de la vitamine D, des hormones thyroïdiennes, de l'acide rétinoïque (fig. 2) et des récepteurs dits « orphelins » pour lesquels les ligands ne sont pas encore connus. Ceux-ci sont localisés dans le noyau de la cellule et interagisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_1782

HORMONES SEXUELLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 234 mots

1889 Charles Édouard Brown-Séquard démontre les effets masculinisants des extraits testiculaires. 1905 Des extraits ovariens produisent l'œstrus (ou chaleurs, période pendant laquelle une femelle recherche l’accouplement) chez des animaux castrés. 1923 Découverte des premiers estrogènes par Allen et Doisy (notammen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones-sexuelles-reperes-chronologiques/#i_1782

INTERSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Katy HAFFEN
  •  • 2 775 mots

Dans le chapitre « Différenciation sexuelle »  : […] Le sexe d'un embryon se détermine au moment de la fécondation. La détermination génétique du sexe dépend de la répartition des chromosomes sexuels X et Y dans l'œuf. Chez la plupart des animaux, la constitution génétique de l'œuf est homogamétique chez la femelle (XX), hétérogamétique chez le mâle (XY). Chez les Oiseaux et chez certains Amphibiens, la situation est inverse ; la formule mâle est Z […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intersexualite/#i_1782

MAMMAIRE GLANDE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 841 mots

Caractéristique des mammifères, la glande mammaire sécrète le lait indispensable à la nutrition des jeunes. Elle se développe à partir de deux crêtes embryonnaires épiblastiques qui s'étendent ventralement de la région axillaire à l'aine. Chez l'homme, cette crête se résorbe ensuite, sauf dans la région pectorale où elle donne naissance à des bourgeons ectodermiques qui se creusent en canaux et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glande-mammaire/#i_1782

MÉNOPAUSE

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 1 323 mots

La ménopause est un processus touchant les femmes entre quarante-huit et cinquante-cinq ans ; les ovaires cessent, de manière plus ou moins progressive, de produire des hormones féminines : estradiol et progestérone. Tout d'abord, les ovaires perdent la possibilité d'ovuler régulièrement et, en conséquence, ne fabriquent plus la progestérone, également appelée l'hormone lutéale, sécrétée par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menopause/#i_1782

PILULE CONTRACEPTIVE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 207 mots

Les premiers essais de contrôle hormonal de la conception furent entrepris en Allemagne dès les années 1920. Aux États-Unis, Gregory Pincus mène, à la Worcester Foundation, des recherches sur la fécondation chez les Mammifères, et montre qu'on peut contrôler la fécondation chez l'animal par l'administration d'hormones femelles. Interrompant ces recherches en 1937, il les reprend en 1953, en partie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pilule-contraceptive/#i_1782

OBÉSITÉ

  • Écrit par 
  • Arnaud BASDEVANT, 
  • Cécile CIANGURA
  •  • 5 939 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Risques encourus »  : […] Le tableau 1 résume les principales complications de l'obésité. Le diabète, l'insulinorésistance, les hyperlipidémies, l'hypertension artérielle, l'insuffisance respiratoire, l'asthme, le syndrome d'apnée du sommeil, l'insuffisance cardiaque et les maladies cardio-vasculaires en général, la stéatose hépatique, la lithiase biliaire, les cancers (endomètre, côlon, prostate, rein, sein après la mén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/#i_1782

PARABÈNES

  • Écrit par 
  • Patrick BALAGUER
  •  • 830 mots

Dans le chapitre « Que disent les études scientifiques sur les parabènes ?  »  : […] Chez l'homme (via l'application de produits cosmétiques), l'absorption par la peau de ces produits est bien réelle. Elle a été mise en évidence par de nombreuses études in vitro et in vivo. Les quelques études réalisées concernant la prise de parabènes par voie orale (médicaments et alimentation) montrent aussi une absorption rapide de ces molécules mais celles-ci subissent une métabolisation (dég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parabenes/#i_1782

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

  • Écrit par 
  • Vincent LAUDET
  •  • 3 826 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les perturbateurs endocriniens dans l'environnement »  : […] Dans les populations animales sauvages, de multiples anomalies ont été associées à la présence de perturbateurs endocriniens dans l'environnement : diminution de la fertilité, anomalies de la détermination du sexe (féminisation ou masculinisation) chez les oiseaux, les poissons et les mammifères, comportements reproducteurs perturbés, malformations congénitales. Elles se sont révélées d'autant pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perturbateurs-endocriniens/#i_1782

PROGESTATIFS

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 586 mots

Sous le terme de progestatifs on regroupe l'hormone naturelle, la progestérone , et toutes les molécules artificielles capables d'induire à des degrés divers des réponses biologiques. La progestérone est l'un des intermédiaires possibles de la biosynthèse des hormones stéroïdes des mammifères : c'est aussi le stade ultime de la biosynthèse stéroïdienne au niveau du corps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progestatifs/#i_1782

RÈGLES ou MENSTRUATION

  • Écrit par 
  • Paul-François LEROLLE
  •  • 607 mots

Élimination cyclique de la muqueuse utérine chez la femme (et chez certains Primates), de la puberté à la ménopause, en l'absence de fécondation, les règles (ou menstruation) durent normalement de trois à six jours, se produisent environ tous les vingt-huit jours et l'écoulement menstruel est de 20 à 100 millilitres, selon les personnes. Il s'agit d'un liquide hématique, incoagulable normalement, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regles-menstruation/#i_1782

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tumeurs avec hyperfolliculinie »  : […] Certaines tumeurs ovariennes développées aux dépens de la thèque interne ou de la granulosa sont l'origine d'une production excessive d'œstrogènes. L'hyperfolliculinie se traduit par des ménorragies et des douleurs mammaires. Elle s'exprime au niveau de l'utérus par une hyperplasie glandulo-kystique de l'endomètre ; au niveau du vagin par des frottis riches en cellules éosinophiles et à noyaux p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_1782

STÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET, 
  • Daniel PHILIBERT
  •  • 7 595 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Exemple de synthèse totale : l'obtention des nor-19 stéroïdes (naturels et non naturels) »  : […] Une synthèse industrielle d' estrogènes a été adoptée pour son caractère convergent (les séquences des réactions chimiques qu'elle met en jeu ne sont pas linéaires ; ) qui permet les préparations simultanées de plusieurs parties de la molécule finale. Elle débute par l'élaboration du cycle D du squelette stéroïde, en utilisant comme matières premières le fumarate d'éthyle, 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steroides/#i_1782

VAGINITE

  • Écrit par 
  • Jules SCEMLA
  •  • 760 mots

Inflammation de la muqueuse vaginale par des agents pathogènes très variés qui conditionnent l'allure clinique, l'évolution et le traitement de cette infection. Toujours bénignes, mais très fréquentes à tous les âges, les vaginites sont tantôt primaires (contaminations sexuelles), tantôt secondaires (infections utérine, urinaire ou intestinale). Le mécanisme de production dépend surtout du degré d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaginite/#i_1782

Pour citer l’article

Jean-Cyr GAIGNAULT, Jacques PERRONNET, Dominique BIDET, « ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/estrogenes-oestrogenes/