ANDROGÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hormones stéroïdes à dix-neuf atomes de carbone, les androgènes naturels sont biosynthétisés par les gonades, ovaires et testicules (et dans ces derniers par les cellules de Leydig), et par les corticosurrénales (zone réticulée). La testostérone est chez le mâle le principal androgène parmi ceux qui circulent dans le sang. D'activité plus faible et produite en outre à concentrations moindres, l'androsténedione est élaborée surtout dans les testicules, alors que la déhydroépiandrostérone (DHEA) est biosynthétisée en majorité dans les glandes corticosurrénales. Ces deux stéroïdes sont en fait des précurseurs de la testostérone. La biosynthèse des androgènes, qu'elle ait lieu dans les testicules ou dans les corticosurrénales, fait appel aux mêmes systèmes enzymatiques et au même intermédiaire, la prégnénolone, commune aux diverses hormones stéroïdes. Deux voies métaboliques sont possibles. L'une, prépondérante, débute par la transformation de la prégnénolone en progestérone suivie de son hydroxylation en 17 α et de la métabolisation en androstènedione, précurseur de la testostérone. L'autre, minoritaire, met en jeu les mêmes enzymes, mais dans un ordre différent : l'hydroxylation en 17 α précède la conversion en DHEA, et celle éventuelle en androsténedione puis en testostérone. Sous le contrôle de la LH (luteinizing hormone) et de la prolactine, la production testiculaire de testostérone est d'environ 30 micromoles par vingt-quatre heures. Cette hormone gagne alors ses organes cibles ; dans certains (notamment dans le système nerveux central et le muscle) elle agit sous sa forme initiale alors qu'au niveau des organes génitaux externes (pénis, scrotum) et internes (vésicules séminales, prostate), au niveau du système pilosébacé et de l'os, elle nécessite d'être préalablement réduite en dihydrotestostérone (DHT).

Dans les conditions physiologiques, les glandes corticosurrénales produisent principalement la DHEA, sous forme libre et sous forme de su [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en pharmacie à l'université de Paris, docteur ès sciences physiques, membre de l'Académie nationale de pharmacie
  • : ingénieur E.S.P.C.I., docteur ès sciences, attaché scientifique à l'Institut scientifique Roussel
  • : docteur en pharmacie, ingénieur documentaliste au service de documentation biologique et pharmaco-chimique, Centre de recherche Roussel-Uclaf

Classification


Autres références

«  ANDROGÈNES  » est également traité dans :

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Rôle de certaines hormones »  : […] Sur le plan endocrinien, il est clair que toutes les formes d'agression n'obéissent pas au schéma simpliste élaboré vers les années quarante selon lequel toute élévation du taux des androgènes (hormones sexuelles mâles) correspond à une augmentation du niveau d'agression. Ce schéma n'est cependant pas abandonné et on explique ainsi la docilité des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite-ethologie/#i_119

ANABOLISANTS

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 160 mots

Non seulement les anabolisants accroissent le processus de construction des tissus vivants, ils sont aussi des substances susceptibles de modifier le métabolisme de ces derniers. Il s'agit essentiellement de dérivés des hormones mâles favorisant l'anabolisme protidique, ce qui se traduit par une augmentation de la masse musculaire et une croissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anabolisants/#i_119

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antihormones/#i_119

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonction endocrine des ovaires »  : […] Les ovaires sécrètent trois types d'hormones stéroïdiennes : les estrogènes, la progestérone et les androgènes. Ces hormones sont constituées de molécules relativement simples, connues pour certaines depuis la décennie 1930 et, en conséquence, elles sont fabriquées depuis longtemps par synthèse chimique. Les estrogènes sont représentés avant tout p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-menstruel/#i_119

ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 1 220 mots

L'appellation de ces substances dérive du terme œstrus (ou estrus) qui désigne, chez les mammifères femelles, la période où l'ovulation et la réceptivité vis-à-vis du mâle coïncident. Les estrogènes naturels sont des hormones stéroïdes à dix-huit atomes de carbone ; il s'agit principalement de l' estradiol (estra triène-1,3,5 diol-3,17), de l' est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/estrogenes-oestrogenes/#i_119

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Nature chimique »  : […] Les mêmes hormones sont-elles présentes chez tous les Vertébrés, chez les Poissons, les Amphibiens, les Reptiles et les Oiseaux comme chez les Mammifères ? La réponse est positive dans un petit nombre de cas comme l'adrénaline et les hormones thyroïdiennes, thyroxine (T 4 ) et triiodothyronine (T 3 ) ; de plus, en ce qui concerne ces dernières, on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_119

HORMONES SEXUELLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 234 mots

1889 Charles Édouard Brown-Séquard démontre les effets masculinisants des extraits testiculaires. 1905 Des extraits ovariens produisent l'œstrus (ou chaleurs, période pendant laquelle une femelle recherche l’accouplement) chez des animaux castrés. 1923 Découverte des premiers estrogènes par Allen et Doisy (notamment l'œstrone ou folliculine). 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones-sexuelles-reperes-chronologiques/#i_119

INTERSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Katy HAFFEN
  •  • 2 775 mots

Dans le chapitre « Invertébrés »  : […] On a longtemps ignoré l'existence d'hormones sexuelles chez les Invertébrés. H. Charniaux-Cotton a découvert chez les Crustacés une glande androgène. Des expériences de greffes ont montré que cette glande est capable de transformer une femelle en mâle. Inversement, chez un mâle privé de sa glande androgène, la différenciation mâle des caractères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intersexualite/#i_119

MASCULINISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 127 mots

Ensemble de phénomènes morphogénétiques sous contrôle endocrinien qui orientent le développement de l'enfant (ou du jeune mammifère) vers l'acquisition des caractères sexuels secondaires de l'individu du sexe masculin. Les hormones testiculaires (leydigiennes) androgènes, testostérone surtout, sont les agents de l'expression génétique masculine. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masculinisation/#i_119

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La scintigraphie au 131I noriodocholesterol dans des conditions basales peut être réalisée dans plusieurs contextes cliniques »  : […] En cas de syndrome de Cushing (sécrétion cortisolique non freinable par la dexamethasone). En cas d'hypercorticisme ACTH dépendant, la scintigraphie mettra en évidence une fixation bilatérale des surrénales qui traduira leur hyperplasie bilatérale. En cas d'hypercorticisme indépendant, d'origine surrénalienne, la scintigraphie révélera une fixat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_119

PEAU

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET
  •  • 8 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cheveux »  : […] Les cheveux et les poils sont des productions épithéliales extrêmement spécialisées. Les cheveux, organes de décoration et de reconnaissance sociale spécifiques de l'espèce humaine, ont été tout particulièrement étudiés. Dès le troisième mois de la vie embryonnaire, on observe juste sous l'épiderme des regroupements de cellules mésenchymateuses qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peau/#i_119

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

  • Écrit par 
  • Vincent LAUDET
  •  • 3 826 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'émergence du concept de perturbateur endocrinien »  : […] Avant de présenter les résultats des recherches entreprises sur ces molécules, il est utile d'examiner comment le concept de perturbateur endocrinien a émergé. Ce sont principalement deux lignes de recherche très différentes qui ont permis aux scientifiques de réaliser que de très petits changements dans l'activité des systèmes endocriniens pouvaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perturbateurs-endocriniens/#i_119

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pseudo-hermaphrodisme féminin »  : […] On qualifie de pseudo-hermaphrodismes les états dans lesquels les deux gonades sont indiscutablement mâles ou femelles, en conformité avec le sexe génétique, mais où les organes génitaux externes, malformés, évoquent plus ou moins le sexe opposé. Sous le nom de pseudo-hermaphrodisme féminin on désigne des sujets génétiquement féminins, porteurs d'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_119

STEIN-LEVENTHAL SYNDROME DE ou SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 466 mots

Le syndrome de Stein-Leventhal est également appelé syndrome des ovaires polykystiques. C'est une maladie endocrinienne qui touche les femmes et qui se caractérise par une élévation du taux des hormones sexuelles mâles (androgènes) et une absence d'ovulation (anovulation). C'est l'une des affections hormonales les plus fréquentes et elle est en ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-stein-leventhal/#i_119

STÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET, 
  • Daniel PHILIBERT
  •  • 7 595 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Effets biologiques »  : […] Les principaux effets biologiques de chaque catégorie d'hormones naturelles sont les suivants : – les glucocorticoïdes ( cortisone ⇆ cortisol, chez l'homme, et corticostérone chez le rat) sont biosynthétisés dans la zone fasciculée des glandes corticosurrénales. Ils exercent des effets cataboliques importants sur les protéines et les lipides d'où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steroides/#i_119

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Androgènes surrénaliens »  : […] Les androgènes surrénaliens sont synthétisés dans les zones fasciculée et réticulée . Là encore, la prégnénolone et la progestérone sont les substrats d'abord d'une hydrolase, puis d'une desmolase. Celle-ci coupe la chaîne latérale de la 17-hydroxyprégnénolone et aboutit à la déhydroépiandrostérone ou à l' androstènedione. La déhydroépiandrostéron […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/#i_119

Pour citer l’article

Jean-Cyr GAIGNAULT, Jacques PERRONNET, Dominique BIDET, « ANDROGÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/androgenes/