MENDES DA ROCHA PAULO (1928-2021)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte brésilien, Paulo Mendes da Rocha est né le 25 octobre 1928 à Vitoria dans l'État d'Espirito Santo. Il a reçu en 2006 le prix Pritzker, considéré comme l'équivalent du prix Nobel pour l'architecture. Il est le second architecte brésilien à être ainsi reconnu internationalement après Oscar Niemeyer, couronné en 1988.

N'ayant construit qu'au Brésil (à l'exception du pavillon du Brésil en 1969 à l'Exposition universelle d'Osaka), Mendes da Rocha est relativement peu connu. Il a pourtant figuré parmi les finalistes lors du concours international pour le Centre Georges-Pompidou à Paris.

Sa créativité artistique s'exerce à toutes les échelles du design, depuis le mobilier jusqu'à l'aménagement urbain en passant par les décors de théâtre, les équipements sportifs, les résidences privées, les immeubles d'habitation, les écoles, les musées et les églises. Parallèlement, il a mené une carrière de pédagogue. Professeur à l'école d'architecture de São Paulo, il a été contraint à la démission en 1969, à l'époque de la dictature militaire. Il a repris son enseignement en 1980 et l'a assumé jusqu'à sa retraite en 1999.

Lorsque Mendes da Rocha commence sa carrière dans les années 1950, il se rattache au courant d'architecture d'avant-garde de São Paulo qui se caractérise par une approche brutaliste de la construction. Matériaux simples, béton brut de décoffrage, formes puissantes, volumes imposants : ces caractéristiques situent Mendes da Rocha dans la mouvance de Le Corbusier dont on sait le rôle important qu'il a joué au Brésil, à partir des années 1920, dans la diffusion des idées et des projets modernistes. Dans ce groupe d'architectes paulistes modernistes figurait son mentor Joao Batista Vilanova Artigas (1915-1985) dont les nombreuses œuvres brutalistes l'ont influencé (on doit à Artigas en particulier le bâtiment de la faculté d'architecture de l'université de São Paulo).

L'architecture brutaliste pauliste aux formes angulaires et épurées est en quelque sorte le complément de l'école carioca d'Oscar Niemeyer qui privilégie les courbes (à São Paulo, les sinuosités de l'immeuble Copan, conçu en 1950 par Niemeyer, témoignent de cet autre parti esthétique). Tous partagent les mêmes convictions humanistes à propos du rôle de l'architecture dans la société. Les responsabilités sociales de l'architecte concernent davantage ces praticiens que la recherche d'une beauté décorative.

Les équipements sportifs et culturels représentent une part importante de l'œuvre de Mendes da Rocha et traduisent sa quête d'une monumentalité contemporaine, non dénuée de recherche de prouesse technique. Construit en 1958 à São Paulo, le club d'athlétisme en béton brut est couvert d'un étonnant toit métallique en forme de soucoupe volante suspendu à des câbles en acier. Citons aussi le stade Serra Dourada construit en 1973 à Goiâna.

Une grande partie de l'œuvre de Mendes da Rocha est concentrée à São Paulo. Sa maison (1960) aux espaces dépouillés met en œuvre des composants en béton préfabriqués et produits industriellement. En 1987, il réalise le magasin de meubles Forma et la chapelle de Saint-Pierre à Campos de Jordao dans l'État de São Paulo. Quant au musée brésilien de sculpture (1988), il constitue un des chefs-d'œuvre de Mendes da Rocha. Sur une parcelle triangulaire, l'architecte a conçu un agencement de plates-formes en contrebas et de parois en béton brut. Par un jeu de bassins et d'amphithéâtre, il a élaboré une continuité entre le musée et le paysage environnant.

Pour la Pinacothèque (ou musée d'État) de São Paulo installée dans l'ancienne école des arts et métiers construite au xixe siècle en briques apparentes, Mendes da Rocha n'est pas intervenu sur l'extérieur de l'édifice (1993). Dans la cour intérieure maintenant recouverte d'une verrière, deux passerelles métalliques jetées dans l'espace contrastent avec les murs de brique laissés nus sur lesquels elles s'appuient.

Entre 1992 et 2002, l'architecte réaménage à São Paulo la place du Patriarche et le viaduto do Cha (viaduc du Thé) avec un auvent d'acier en suspension qui paraît flotter au-dessus de la place et former une sorte de porte monumentale.

Paulo Mendes da Rocha meurt à São Paulo le 23 mai 2021.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur de l'École doctorale d'histoire de l'art

Classification

Pour citer l’article

Claude MASSU, « MENDES DA ROCHA PAULO - (1928-2021) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paulo-mendes-da-rocha/