PALAIS ÉCOLE DU, enluminure

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux séries d'œuvres carolingiennes sont regroupées sous le nom d'école du Palais : l'école du palais de Charlemagne et celle du palais de Charles le Chauve. L'une et l'autre dépendent étroitement du mécénat des deux princes et ne survécurent pas à leur disparition. La première école palatine (l'ancien groupe Ada), qu'il faut probablement localiser à Aix-la-Chapelle, se développa à la fin du viiie et au début du ixe siècle. Elle se caractérise par un retour systématique aux sources antiques. Cette fidélité à l'antique s'accompagne, dans le domaine de l'enluminure, d'une synthèse entre diverses influences mérovingiennes, lombardes et insulaires, reflet du milieu éclectique et cosmopolite de la cour. Quelques-uns des manuscrits qui y furent exécutés, œuvres de très grand luxe, pourprés, rehaussés d'or et d'argent, se rattachent directement à la personne de Charlemagne ou de son entourage immédiat : l'évangéliaire du scribe Godescalc (Bibl. nat., lat. 1203) fut achevé, avant 783, pour la reine Hildegarde et le roi ; les Évangiles de Centula (bibliothèque municipale d'Abbeville) furent offerts à Saint-Riquier par Angilbert ; les Évangiles de Saint-Médard de Soissons (Bibl. nat., lat. 8850) furent donnés à cette abbaye par Louis le Pieux qui les tenait probablement de son père. Les enlumineurs développèrent dans leurs peintures un programme iconographique de plus en plus savant et ambitieux, et la timidité que l'on note encore dans les représentations humaines de l'évangéliaire de Godescalc fait place, dans les Évangiles de Centula ou dans les Évangiles de Soissons, à une virtuosité parfois maniérée. Les manuscrits étaient enfermés dans des reliures d'orfèvrerie rehaussées de bas-reliefs d'ivoire ; quelques-uns d'entre eux ont subsisté. Plus encore que les enluminures, les sculptures de ces ivoires trahissent le rôle joué par les modèles antiques ; l'iconographie, la répartition des scènes, le style même des personnages et des drapés s'inspirent de ceux des ivoires de la basse Antiquité. Les deux plaques provenant de la reliure du Psautier de Dagulfe (Louvre), manuscrit écrit sur l'ordre de Charlemagne pour le pape Adrien Ier, sont l'œuvre la plus achevée du courant classique (Christ d'Oxford, diptyque de Cologne, Crucifixion de Narbonne), alors que celles provenant de la reliure des Évangiles de Lorsch (partagées entre le Vatican et le Victoria and Albert Museum, Londres) illustrent un art moins statique (Ascension de Darmstadt, à Saint-Michel de Leipzig).

La question de la localisation de l'école du palais de Charles le Chauve est encore ouverte : on a pensé à Saint-Amand, à Compiègne, à Senlis, mais les hypothèses en faveur de Reims ou de Saint-Denis paraissent les plus fondées. Parfois appelée groupe Liuthard, du nom d'un des scribes de Charles le Chauve, la seconde école palatine est représentée non seulement dans le domaine de l'enluminure et de la sculpture sur ivoire, mais aussi dans celui de l'orfèvrerie. On ne sait à quel peintre (peut-être Liuthard) attribuer les manuscrits enluminés pour Charles le Chauve et qui comportent tous un portrait du souverain : son psautier (Bibl. nat., lat. 1152), son livre d'heures (Residenz, Munich), le codex Aureus de Saint-Emmeran de Ratisbonne (Munich, Cl. 14000) et la Bible de Saint-Paul-hors-les-Murs (870 ?) s'inspirent à la fois de l'art rémois et de l'art tourangeau. Il faut ajouter à ce groupe le magnifique sacramentaire inachevé dit de Metz (Bibl. nat., lat. 1141). Le style tourmenté et tumultueux des ivoires provenant des reliures de ces manuscrits (Psautier de Charles le Chauve, Crucifixion de Munich, plaques de Zurich) ou issus du même atelier dérive étroitement de celui du Psautier d'Utrecht, chef-d'œuvre de l'enluminure rémoise (env. 840). Dans le domaine de l'orfèvrerie, la reliure du codex Aureus de Saint-Emmeran, celle du codex de Lindau (Pierpont Morgan Library, New York), le ciborium d'Arnulf (Residenz, Munich) montrent qu'aucun problème technique ne rebutait les artistes de l'école palatine. Quelle que soit la matière dans laquelle il est concrétisé, le style de l'école du palais de Charles le Chauve dénote, par sa cohérence, une ferme volonté de constituer un art de cour où il faut peut-être reconnaître l'influence de la pensée d'Hincmar, archevêque de Reims et conseiller du prince carolingien.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PALAIS ÉCOLE DU, enluminure  » est également traité dans :

AIX-LA-CHAPELLE, histoire de l'art et archéologie

  • Écrit par 
  • Noureddine MEZOUGHI
  •  • 1 004 mots
  •  • 2 médias

Aix connut son apogée quand Charlemagne s'y installa définitivement, en 794. Il entreprit alors la construction d'un vaste palais sur un plan régulier imité de l'Antiquité romaine. L'ensemble a malheureusement disparu, à l'exception de la célèbre chapelle. Les fouilles archéologiques sont impuissantes à en restituer le luxe, conçu à l'image de la cour byzantine, que Charlemagne voulait égaler. Il […] Lire la suite

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les plaques d'ivoire »  : […] En revanche, la sculpture « mineure » est bien connue. Les plaques d'ivoire de l'époque carolingienne constituent un trésor sans pareil. Metz, la région mosane, le Soissonnais et Saint-Denis semblent avoir été les principaux centres de cette sculpture. Presque toutes ces plaques qui ornaient des évangéliaires ou des sacramentaires sont subdivisées en plusieurs scènes. La Résurrection en est souve […] Lire la suite

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 851 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Enluminure carolingienne »  : […] Au ix e  siècle, l'enluminure revient aux sources antiques, retour qu'expliquent la politique impériale et la culture classique qui régnait alors dans les milieux lettrés : dans toutes les abbayes en renom, on fit des copies de manuscrits des v e et vi e  siècles, œuvres de Térence, Prudence, traités astronomiques. Mais, malgré cette fidélité à l'esprit antique, les Carolingiens continuèrent à f […] Lire la suite

OTTONIEN ART

  • Écrit par 
  • Florentine MÜTHERICH
  •  • 3 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Enluminure »  : […] C'est avant tout l'enluminure qui assura à l'art ottonien sa place prédominante en Europe. Tandis que la peinture monumentale n'a été conservée que dans un petit nombre d'édifices – les fresques de Saint-Georges d'Oberzell à Reichenau sont les plus importantes –, de nombreux livres enluminés prouvent la richesse de chaque école. Parmi les plus grandes créations de l'art ottonien figurent de vaste […] Lire la suite

Pour citer l’article

Danielle GABORIT-CHOPIN, « PALAIS ÉCOLE DU, enluminure », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-du-palais-enluminure/