Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HEURES LIVRE D'

Vers la fin du Moyen Âge se manifeste le besoin d'un livre rendant accessible aux laïcs certains éléments du bréviaire utilisé par les prêtres. D'après ce modèle liturgique s'est développé lentement pendant le xive siècle un livre de dévotions privées qui reprend le rôle antérieur du psautier. Ces livres d'heures se sont surtout répandus en France, dans les Pays-Bas du Sud, en Angleterre et, plus tard, en Italie et en Espagne. Ils constituent une part considérable de l'ensemble des textes médiévaux conservés. Chaque chrétien désirait en posséder un ou même plusieurs, et, selon sa situation, il les faisait exécuter d'une façon somptueuse ou modeste. Malgré des variations de format et l'abondance de l'illustration, tous les livres d'heures sont composés selon un même schéma, qui souffre cependant des exceptions. Les livres d'heures commencent par un calendrier rédigé exclusivement en fonction des fêtes religieuses et des saints (on trouvera une excellente analyse des calendriers dans E. König, Das Vatikanische Stundenbuch Jean Bourdichons, Belser Facsimile Editionen, 1984, p. 32 sqq.). Suivent deux longues prières, « Obsecro te » et « O intemerata », qui implorent la grâce de voir apparaître la Vierge au moment de la mort. Puis viennent des extraits des Évangiles racontant des épisodes importants de la vie du Christ. Ces fragments des quatre Évangiles sont illustrés d'enluminures représentant soit les évangélistes, soit les épisodes du récit rapporté. Le noyau du livre est formé par l'office, les heures de la Vierge (voir le texte de l'abbé V. Leroquais, Les Livres d'heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. I, Introduction, Paris, 1927). Les prières, composées en grande partie par les psaumes, suivent le rythme quotidien. Les matines, laudes, prime, tierce, sexte et none, les vêpres et les complies scandent la journée. Les mêmes divisions sont appliquées aux heures plus courtes de la Croix et à celles du Saint-Esprit. Les psaumes pénitentiaux (psaumes 6, 32, 38, 51, 102, 130 et 143), un des éléments les plus anciens de la liturgie, sont récités à des occasions fort diverses, dédicaces des églises, consécrations, etc. Les litanies, invocations courtes en l'honneur de Dieu, de la Vierge et des saints, terminent cette partie des heures. Restent deux parties non négligeables, l'office des morts et les suffrages des saints, courtes prières invoquant individuellement un certain nombre de saints et de patriarches, les apôtres et les martyrs, les confesseurs. Ce schéma général est sujet aux caprices de la clientèle, qui souvent modifie l'ordre, ajoute des prières ou, au contraire, réduit l'ensemble coutumier des prières.

<it>Ange apparaissant aux bergers</it>, Maître des Heures de Rohan - crédits :  Bridgeman Images

Ange apparaissant aux bergers, Maître des Heures de Rohan

Parmi les milliers de livres d'heures conservés, les plus modestes mais souvent les plus lus (au Moyen Âge la lecture se faisait à haute voix) ne sont pas illustrés, tandis que pour les plus luxueux, qui offrent une grande variété de parchemins et de reliures, on faisait appel à des calligraphes raffinés et aux services de grands enlumineurs. Citons parmi les plus célèbres Les Très Riches Heures enluminées au début du xve siècle par les frères Limbourg, celles illustrées par un maître anonyme pour le maréchal de Boucicaut (musée Jacquemart-André, Paris), les Heures de Bedford (British Library, Add. ms. 18850), les Heures de Rohan (Bibl. nat., ms. lat. 9471, Paris), les heures exécutées autour de 1450 pour le trésorier de Charles VII, Étienne Chevalier, par Jean Fouquet, les chefs-d'œuvre réalisés pour la cour de Bourgogne, par exemple par le maître de Marie de Bourgogne (voir O. Pächt, The Master of Mary of Burgundy, Londres, 1948), les heures exécutées par Jean Colombe et son atelier pour Louis de Laval illustrées par plus de mille deux cents enluminures (autour de 1485, Bibl. nat.,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire d'histoire de l'art, universités de Montréal et de Tours

Classification

Pour citer cet article

Claude SCHAEFER. HEURES LIVRE D' [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

<it>Ange apparaissant aux bergers</it>, Maître des Heures de Rohan - crédits :  Bridgeman Images

Ange apparaissant aux bergers, Maître des Heures de Rohan

Autres références

  • ART DE COUR

    • Écrit par
    • 4 801 mots
    • 1 média
    ...Jean de Beaumetz, peintre à Champmol. En 1405, les trois frères de Limbourg entrèrent à Bourges au service de Jean de Berry. Ils complétèrent les Petites Heures du duc et ses Très Belles Heures de Notre-Dame (Bibl. nat.) qu'avait commencées le Maître du parement de Narbonne (devant d'autel peint en grisaille...
  • BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

    • Écrit par
    • 2 729 mots
    On a longtemps cru que quelques enluminures ajoutées à un livre d'heures de René d'Anjou (British Library, Londres, ms. Egerton, 1070) ont été peintes par Barthélemy lors de la captivité du roi à Dijon en 1435-1436, mais les armoiries ornant ce livre font penser, si l'on suit les conclusions...
  • ENLUMINURE

    • Écrit par et
    • 11 812 mots
    • 9 médias
    ...de Jean de Berry : André Beauneveu (Psautier à l'usage de Bourges, Bibl. nat., fr. 13091), Jacquemart de Hesdin, les frères Limbourg (Belles Heures, Très Riches Heures, Petites Heures de Jean de Berry). Mais les enlumineurs de la fin du xive et du xve siècle, en portant à la perfection la science...
  • HORENBOUT GHEERAERT (entre 1460 et 1470-av. 1541)

    • Écrit par
    • 357 mots

    Peintre et enlumineur gantois, Gheeraert Horenbout acquiert la maîtrise en 1487. Dès 1498, on le voit à la tête d'un atelier d'enluminure très actif. En 1515, Marguerite d'Autriche, la régente des Pays-Bas, en fait son peintre et valet de chambre. Un de ses principaux travaux,...

  • Afficher les 13 références