GODESCALC ou GOTESCALC D'ORBAIS (805 env.-env. 868)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Godescalc (Gottschalk) d'Orbais est un des personnages les plus originaux de l'époque carolingienne et en même temps un des plus représentatifs de sa culture et de ses conflits. Né en Saxe au début du ixe siècle, moine à Fulda, puis à Orbais (actuel département de la Marne), il parcourt l'Italie et les Balkans. Ses thèses sur la prédestination lui valent d'être condamné au synode de Quierzy (849) et de passer les seize dernières années de sa vie emprisonné à l'abbaye de Hautvillers. Godescalc a écrit des poèmes qui témoignent d'une grande science de la versification latine, et où s'exprime une intériorité religieuse tout imprégnée d'augustinisme. Il reste aussi de lui des textes en prose de formes variées : brèves notes sur des sujets grammaticaux ou écrits théologiques très étudiés, d'une forme raffinée, voire contournée. La culture de Godescalc est essentiellement biblique, patristique (il connaît particulièrement saint Augustin, qu'il met très haut : « le premier maître après les Apôtres ») et grammaticale ; il ne connaît que très peu la dialectique.

De ses doctrines, celle qu'on évoque le plus souvent concerne la prédestination : elle a suscité en son temps une large controverse, a valu à Godescalc ses plus grands malheurs et a trouvé un regain d'intérêt au xviie siècle du fait du jansénisme et des controverses sur la grâce. Godescalc enseigne que la prédestination est double : prédestination « des élus au repos, des réprouvés à la mort ». Dieu prédestine les réprouvés non certes au mal, c'est-à-dire au péché, mais à la peine qui sanctionne leurs péchés connus de toute éternité par l'infaillible prescience divine ; et c'est seulement pour les élus que le Christ est mort.

Moins connue, mais importante pour l'histoire de la culture médiévale, est la controverse soutenue par Godescalc, de sa prison, avec l'archevêque de Reims Hincmar, à propos de la Trinité : la formule deitas trina, « déité trine », revient-elle ou non à poser l'existence de trois dieux ? Godescalc estime, contre Hincmar, qu'elle est pleinement correcte, parce qu'elle équivaut à la formule admise Deus trinus, « Dieu trine », un être parfait en son genre pouvant être nommé par le substantif abstrait qui désigne cette perfection. Ainsi, Godescalc met en jeu la seule science qu'il connaisse, la grammaire, et fonde sur elle une ontologie spontanément platonisante, les noms abstraits devenant les signifiants d'archétypes personnels et historiques, c'est-à-dire en somme, dans une pensée structurée par la grammaire et la Bible, les substituts des Idées.

—  Jean JOLIVET

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  GODESCALC ou GOTESCALC D'ORBAIS (805 env.-env. 868)  » est également traité dans :

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « La controverse gottschalkienne »  : […] La renaissance carolingienne, à partir des textes antiques pieusement conservés dans les monastères, devait reprendre ce problème et en appeler d'un augustinisme jugé hétérodoxe à une meilleure lecture d'Augustin. Le moine saxon Gottschalk, vers 840, élabora une théorie de la double prédestination, celle des élus et celle des réprouvés. Par une simplification hardie et sans nuances des passages l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_11161

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'école palatine »  : […] À peine une décennie plus tard, en 754, année cruciale de la rencontre du pape Étienne II et de Pépin le Bref, le scribe Gundohinus termina un recueil d'évangiles d'une grande beauté : « Rien de tel ne s'était encore vu sur le continent au nord des Alpes : l'art carolingien commence avec Gundohinus, comme la dynastie carolingienne avec Pépin » (Porcher). Gundohinus s'inspira de l'art lombard : le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_11161

PALAIS ÉCOLE DU, enluminure

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN
  •  • 790 mots

Deux séries d'œuvres carolingiennes sont regroupées sous le nom d'école du Palais : l'école du palais de Charlemagne et celle du palais de Charles le Chauve. L'une et l'autre dépendent étroitement du mécénat des deux princes et ne survécurent pas à leur disparition. La première école palatine (l'ancien groupe Ada), qu'il faut probablement localiser à Aix-la-Chapelle, se développa à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-du-palais-enluminure/#i_11161

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

Dans le chapitre « Les Pères de l'Église, le Moyen Âge et la Réforme »  : […] Jusqu'à saint Augustin, le thème de la prédestination reste peu développé, en particulier dans la théologie orientale, plutôt axée sur la déification. Il fallait lutter contre le fatalisme du manichéisme, insister sur la liberté de la nature humaine restaurée par Christ, donc ne pas risquer de confondre la volonté éternelle de salut de Dieu avec un arbitraire écrasant et démoralisant. Le thème ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predestination/#i_11161

Pour citer l’article

Jean JOLIVET, « GODESCALC ou GOTESCALC D'ORBAIS (805 env.-env. 868) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/godescalc-gotescalc-d-orbais/