DOLCE STIL NOVO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formule devenue traditionnelle en histoire littéraire, l'appellation dolce stil novo, qui recouvre la plus riche et la plus subtile production lyrique amoureuse du Moyen Âge européen, ne désigne à proprement parler ni une école ni un courant entièrement homogène. Elle s'applique à un certain nombre de poètes toscans de la fin du xiiie et du début du xive siècle qui, par leur adhésion à une conception de l'amour chargée de philosophie religieuse ou profane, et la recherche d'une expression non moins harmonieuse que dense, ont ouvert la voie par laquelle, de Pétrarque aux grands lyriques du xixe siècle, s'accréditera une vision tout ensemble sublime et élégiaque de la passion amoureuse.

Le « doux style nouveau »

L'expression dolce stil novo, « doux style nouveau », provient d'un passage de La Divine Comédie (« Purgatoire », xxiv, 49-63) où Dante imagine sa rencontre avec un poète de la génération qui précède la sienne, Bonagiunta de Lucques. Sollicité de dire s'il est bien celui qui donna naissance à la poésie nouvelle par la chanson de la Vita nova dont le vers initial est « Dames qui avez l'intelligence d'amour », Dante répond à Bonagiunta qu'il est pour sa part un poète qui, lorsque l'Amour l'inspire, enregistre fidèlement ses paroles et les « signifie » telles qu'il les a reçues. Sur quoi son interlocuteur reconnaît que les versificateurs de son temps ne faisaient pas de même, et que là réside toute la différence entre la poésie lyrique d'hier et celle d'aujourd'hui. C'est à cet instant que Bonagiunta parle du dolce stil novo ch'io odo, « le doux style nouveau que j'entends ».

La formule s'applique donc en premier lieu à la seconde phase de la poésie lyrique de Dante, à laquelle répondent les vers des vingt-quatre derniers chapitres de la Vita nova, une large part des Rime, et des chansons « doctrinales » incluses dans le Convivio. Mais l'histoire littéraire l'a étendue à plusieurs poètes contemporains [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  DOLCE STIL NOVO  » est également traité dans :

BEMBO PIETRO (1474-1547)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 1 785 mots

Dans le chapitre « Les activités d'un humaniste »  : […] Né à Venise d'une famille patricienne, le 20 mai 1474, Pietro Bembo réunit d'assez bonne heure suffisamment d'avantages pour pouvoir escompter sans outrecuidance, compte tenu de l'époque où il vécut, le chapeau de cardinal avant soixante-cinq ans, âge qu'il dut attendre pour accéder enfin à cette dignité. Son père, qui avait fait restaurer à ses frais le tombeau de Dante à Ravenne, l'éleva dans le […] Lire la suite

CAVALCANTI GUIDO (1255 env.-1300)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 515 mots

Poète du dolce stil novo appelé par Dante « le premier de mes amis », Cavalcanti naît à Florence d'une noble famille guelfe. Il se mêle aux luttes politiques qui divisent alors la ville, prenant le parti des blancs ; il est exilé à Sarzana en 1300. Malade, on l'autorise à revenir à Florence où il meurt presque aussitôt. Il a dominé la jeunesse intellectuelle de son temps : Lapo Gianni, Dino Compa […] Lire la suite

CINO DA PISTOIA (1270-1336)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 346 mots

Né à Pistoia, de famille noble, après des études de droit à Bologne et à Orléans, Guittoncino de' Sighibuldi da Pistoia devient juge à Pistoia et enseigne (le droit) dans plusieurs universités : Sienne, Pérouse et Naples. Gibelin, il est exilé dans sa jeunesse pour des raisons politiques, mais il réussit à rentrer à Pistoia et collabore au gouvernement de la ville. Il représente en quelque sorte l […] Lire la suite

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un très doux salut »  : […] De la Vita nova et de quelques poésies laissées hors du recueil, mais appartenant, de façon manifeste ou probable, à la même période que les pièces du livre, il découle que cet amour passa d'abord par deux phases bien distinctes. Dante se dit âgé de dix-huit ans lorsqu'il reçoit de Béatrice un « très doux salut » qui lui fait « voir les confins de la béatitude ». À la suite de cette rencontre, il […] Lire la suite

FRESCOBALDI DINO (1271-1316)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 130 mots

On rattache traditionnellement le poète florentin au dolce stil novo dont il reprend en effet les thèmes (la doctrine d'amour) et le langage poétique (fidèle à la dictée de l'amour) dans ses vingt-deux compositions. Le processus de l'amour demeure conventionnel : ce dernier apparaît avec la dame qui blesse le poète, lui apporte d'abord la douceur (comme chez Guinizelli), mais surtout la souffranc […] Lire la suite

GIANNI LAPO (XIIIe-XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 158 mots

Dante cite le Florentin Lapo Gianni parmi les poètes qui, au même titre que Cavalcanti, Cino da Pistoia et lui-même connurent le mieux « l'excellence du vulgaire », entendons de la langue italienne, préférée au latin. On ne sait rien de certain sur sa vie. Il reprend les thèmes du dolce stil novo , fixés par Guinizelli, Cavalcanti et Dante : symptômes et effets de l'amour, cause d'angoisse et de d […] Lire la suite

GUINIZELLI GUIDO (1230 env.-1276)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 332 mots

Dante considérait déjà Guinizelli comme le père du dolce stil novo dont il fut aussi le théoricien. Il accomplit ses études à Bologne, dans un milieu ouvert, et devint juge. Gibelin, il participa à la vie politique et fut exilé. La politique n'intervient cependant pas dans ses vers (environ vingt textes). Guinizelli travaille sur une matière « douce », l'amour. Après avoir imité les Siciliens et […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « Dante et le « vulgaire illustre »  »  : […] Le travail d'illustration et la réflexion sur la langue occitane et française menés, aux xii e et xiii e  siècles, par les troubadours d'oc puis par les trouvères, romanciers et chroniqueurs d'oïl ont exercé une influence décisive sur le développement littéraire des langues vernaculaires dans le reste de l'Europe. Dès la fin du xii e  siècle, avec les adaptations courtoises des modèles lyriques e […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « La poésie courtisane »  : […] Ce sont surtout les poètes français en effet qui, au contact des troubadours, ont exploité méthodiquement les ressources techniques et idéologiques de la poésie occitane. La diffusion de ce lyrisme suit naturellement les axes de la civilisation de cour. Il apporte les cadres de pensée, les rites, le goût qui conviennent à ce type de vie sociale qui s'établit à Blois, en Champagne, autour des fille […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « DOLCE STIL NOVO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dolce-stil-novo/