DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Dante Alighieri, Juste de Gand

Dante Alighieri, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

photographie


Le septième centenaire de la naissance de Dante a donné en 1965 la mesure de la diffusion de son œuvre dans le monde. En France seulement, trente-sept traductions totales ou partielles de La Divine Comédie ont été éditées ou rééditées depuis 1921. La question s'est une fois de plus posée de l'actualité véritable de Dante, de ce que son œuvre signifie pour les lecteurs de notre temps, de ce qu'elle leur propose et leur promet. Ce n'est pas affaire de distance chronologique : Dante a été beaucoup plus en faveur au xixe siècle qu'au cours des trois siècles précédents. La première « actualisation » critique de la Comédie s'est faite dans le climat platonicien de la Florence du Quattrocento, la seconde dans le climat romantique de l'Europe libérale.

On hésite à affirmer, avec T. S. Eliot, que La Divine Comédie est le plus promptement offert de tous les grands poèmes, celui où il est le plus aisé d'entrer de prime abord. Mais disons que l'effort initial du lecteur, secondé dans la plupart des éditions par les notes indispensables, n'est pas plus considérable que pour d'autres grandes œuvres. On a tôt fait de découvrir que le grand poème de Dante n'est pas seulement un édifice « médiéval », une cathédrale imposante et dûment « classée » : c'est un poème de l'imminence au regard du destin du monde, des chances de l'homme dans cette vie, et non seulement dans une autre, des anxiétés aussi que fait peser sur la conscience collective l'appréhension d'une « fin des temps ».

Dante Alighieri, Juste de Gand

Dante Alighieri, Juste de Gand

Photographie

JUSTE DE GAND, Dante Alighieri, huile sur bois. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

« La Vie nouvelle »

Entre guelfes et gibelins

Lorsque Dante y naquit, dans la seconde quinzaine du mois de mai 1265, Florence était en voie de devenir la plus puissante cité de l'Italie centrale et l'une des plus considérables de l'Occident chrétien. Dès 1250, un gouvernement communal, imposé par les forces associées de la bourgeoisie et de l'artisanat, avait mis fin à la suprématie des maisons nobles. Deux ans plus tard étaient frappés les premiers florins d'or, qui allaient devenir bientôt, et pour trois siècles, les « dollars » de l'Europe marchande. Les conflits entre les guelfes, acquis à l'autorité tempo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  DANTE ALIGHIERI (1265-1321)  » est également traité dans :

LA COMÉDIE, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Charles VEGLIANTE
  •  • 1 709 mots
  •  • 1 média

La Comédie, ainsi nommée pour la distinguer des grands poèmes tragiques de l'Antiquité, dont le modèle était alors l'Énéide, est bien le chef-d'œuvre que Dante Alighieri (1265-1321) annonçait dans la dernière phrase de son œuvre de jeunesse, la Vita nova : une «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-comedie/#i_2629

VITA NOVA, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 984 mots
  •  • 1 média

Les datations proposées par la critique situent la rédaction de la Vita nova, premier récit autobiographique en langue vulgaire de la littérature occidentale, entre 1290 (mort de Béatrice Portinari) et 1295. Le livre se présente comme une anthologie de trente et une poésies reliées et motivées par un récit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vita-nova/#i_2629

ABŪ L-‘ALĀ' AL-MA‘ARRĪ (979-1058)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 753 mots

Dans le chapitre « Les sursauts d'un musulman »  : […] Ces détresses sont éternelles. Plus près de nous, un Vigny, pour ne parler que de lui, en connaîtra de semblables. Défions-nous pourtant de ce genre de parallèle. Abū l-‘Alā' appartient à un siècle et à une religion bien déterminés, même s'il en prend parfois à son aise avec leurs idées reçues. Et d'abord, contrairement à une croyance trop répandue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-ala-al-ma-arri/#i_2629

ARNAUD ou ARNAUT DANIEL (actif de 1180 à 1200)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 603 mots

Ezra Pound nous met en garde : « Aucune étude de la poésie européenne ne saurait prétendre au sérieux si elle ne commence tout d'abord par une étude de cet art en Provence », écrit-il. Arnaud Daniel fut certainement, parmi les troubadours, l'un des plus habiles artisans de l'ancien provençal. Dante lui-même en fait un vif éloge dans le « Purgatoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnaud-arnaut-daniel/#i_2629

BONAGIUNTA DE LUCQUES BONAGIUNTA ORBICCIANI dit (1215 env.-env. 1296)

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 278 mots

Le nom du poète lucquois Bonagiunta Orbicciani figure dans des actes officiels datés de 1242, de 1250 (il y est désigné comme « juge et notaire ») et de 1296. Il est déjà mort en 1300, date fictive que Dante assigne à son voyage d'outre-tombe ( La Divine Comédie ) au cours duquel il rencontre Bonagiunta au purgatoire parmi les gourmands. On le clas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonagiunta-de-lucques/#i_2629

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Civilisation et culture littéraire : le vulgaire « illustre » »  : […] « Le culte des belles-lettres, écrivait Grégoire de Tours dans sa Préface à son Historia Francorum , est en décadence et même il se meurt dans les villes de Gaule. Aussi, tandis que de bonnes et mauvaises actions s'accomplissaient, que la barbarie des peuples se déchaînait, que les violences des rois redoublaient, que les églises étaient attaquées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_2629

DOLCE STIL NOVO

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 432 mots

Dans le chapitre « Le « doux style nouveau » »  : […] L'expression dolce stil novo , « doux style nouveau », provient d'un passage de La Divine Comédie (« Purgatoire », xxiv, 49-63) où Dante imagine sa rencontre avec un poète de la génération qui précède la sienne, Bonagiunta de Lucques. Sollicité de dire s'il est bien celui qui donna naissance à la poésie nouvelle par la chanson de la Vita nova dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dolce-stil-novo/#i_2629

GALEHAUT

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 295 mots

Au cœur du Lancelot en prose apparaît un personnage dont les aventures s'entrelacent à celles des héros principaux, Lancelot et Guenièvre. Roi des Lointaines Îles, Galehaut envahit le royaume de Logres, que Lancelot défend pour le compte du roi Arthur. Émerveillé par les exploits de son adversaire, Galehaut rend hommage vassalique à Arthur et s'ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galehaut/#i_2629

GIOTTO

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 3 174 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Giotto et son public »  : […] Vasari raconte comment le pape Benoît XI, qui séjournait à Trévise (1303-1304), envoya un émissaire à Padoue, parce qu'il avait appris que Giotto s'y trouvait et qu'il désirait s'informer de cet homme qu'on disait si expert. L'anecdote n'ajoute pas grand-chose à la légende, si ce n'est qu'elle réintroduit l'un des principaux soutiens de la carrièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giotto/#i_2629

GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 574 mots

Poète de langue d'oc dont l'activité littéraire s'étend de 1165 à 1199, Guiraut de Bornelh est salué par ses contemporains comme le « maître des troubadours ». « Il fut meilleur trouveur qu'aucun de ceux qui ont été avant lui et qui furent après lui », dit la Vida (œuvre célèbre concernant l'aventure des troubadours). Dante s'enthousiasme pour son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guiraut-de-bornelh/#i_2629

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « À l'origine, Dante et Pétrarque »  : […] De fait, la tradition littéraire italienne installe au fondement de sa langue deux poètes, Dante et Pétrarque, dont sont issus tous ceux qui suivent. Ces deux pères de la langue poétique ne sont pas des références rhétoriques : c'est bien toujours avec eux qu'il faut se mesurer. Ces deux « luminaires » inscrivent en outre une ligne de partage fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_2629

LATINI BRUNO ou BRUNETTO (1220 env.-env. 1294)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 408 mots

Le renom en France de l'Italien Brunetto Latini vient de ce qu'il a composé son Trésor en français, déclarant que c'était « parler plus délectable et plus commun à toutes gens ». Mais son cas fait problème pour les lecteurs de la Divine Comédie , car Dante, qui fut son élève, le situe dans un cercle infernal qui passe pour celui des sodomites. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latini-bruno-ou-brunetto/#i_2629

MIMÉSIS, Erich Auerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 793 mots

Dans le chapitre « Le bas couleur de bruyère »  : […] Reprenant des travaux plus anciens sur Dante, Auerbach montre que La Divine Comédie , au xiv e  siècle, par le choix de la langue « vulgaire » (l'italien au lieu du latin), mais surtout par la mise en œuvre de la notion de figure (le rapport d'un événement présent à un autre événement, passé ou futur), opte pour un « réalisme sérieux », plus proch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimesis-erich-auerbach/#i_2629

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « Dante et le « vulgaire illustre »  »  : […] Le travail d'illustration et la réflexion sur la langue occitane et française menés, aux xii e et xiii e  siècles, par les troubadours d'oc puis par les trouvères, romanciers et chroniqueurs d'oïl ont exercé une influence décisive sur le développement littéraire des langues vernaculaires dans le reste de l'Europe. Dès la fin du xii e  siècle, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-l-affirmation-des-langues-vulgaires/#i_2629

ŒUVRES COMPLÈTES (O. Mandelstam)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 002 mots

Dans le chapitre « Sur les pas de Dante »  : […] Le nom même de ce poète qui crut dans le pouvoir du mot est la métaphore matricielle de son œuvre : Ossip, diminutif russe et populaire, renvoie au Joseph biblique, vendu par ses frères en Égypte et interprète des songes de Pharaon, à « l’amertume de l’exil » autant qu’au Joseph K. de Kafka, victime des enfers totalitaires. « Mandelstam » désigne l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-completes-o-mandelstam/#i_2629

RISSET JACQUELINE (1936-2014)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 678 mots

Poète, écrivain, critique littéraire, traductrice et universitaire, Jacqueline Risset est née le 25 mai 1936 à Besançon et morte à Rome, le 3 septembre 2014. Fascinée très tôt par la ville de Florence, puis par la poésie de la Renaissance ( L'Anagramme du désir. Sur la Délie de Maurice Scève , 1971), cette élève de l'École normale supérieure de je […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacqueline-risset/#i_2629

RODIN. L'EXPOSITION DU CENTENAIRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un ogre de la sculpture  »  : […] La mort de Rodin, le 17 novembre 1917, à l’âge de soixante-dix-sept ans, marque la fin d’une domination inégalée sur le monde de la sculpture internationale. Le maître de Meudon est devenu depuis le triomphe de son exposition au pavillon de l’Alma en 1900, à l’écart de l’Exposition universelle, l’artiste le plus célèbre de Paris, d’Europe, et donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodin-l-exposition-du-centenaire/#i_2629

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « DANTE ALIGHIERI (1265-1321) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dante-alighieri/