CINO DA PISTOIA (1270-1336)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Pistoia, de famille noble, après des études de droit à Bologne et à Orléans, Guittoncino de' Sighibuldi da Pistoia devient juge à Pistoia et enseigne (le droit) dans plusieurs universités : Sienne, Pérouse et Naples. Gibelin, il est exilé dans sa jeunesse pour des raisons politiques, mais il réussit à rentrer à Pistoia et collabore au gouvernement de la ville. Il représente en quelque sorte l'esprit laïque qui s'oppose à l'ingérence des ecclésiastiques dans la vie civile ; sa formation le pousse par ailleurs à s'efforcer d'adapter le droit aux exigences de son temps ; ces deux aspects de Cino coexistent dans ses écrits juridiques en latin. Mais le lecteur d'aujourd'hui connaît surtout le poète, l'auteur de sonnets et de canzoni, qui s'affirme comme l'un des principaux et derniers représentants du dolce stil novo. Il reprend les thèmes et les techniques de l'école : il intercale rimes morales et rimes politiques dans son œuvre, mais traite avant tout de l'amour que lui inspire une femme bien réelle qu'il baptise Selvaggia (Sauvage), selon un procédé de la poésie provençale. Cino insiste sur la douleur provoquée par l'amour sans espoir (comme Cavalcanti), mais sur un ton moins violent, plus mélancolique. Les tourments de l'exil se mêlent aux tourments de l'amour. Cependant, si le répertoire reste conventionnel (amour dissimulé, éloignement de la dame, mort de cette dernière), la démarche change : Cino da Pistoia est un psychologue qui pratique l'introspection pour étudier les mécanismes et les causes des sentiments : amour, douleur, angoisse, ennui. Son écriture est beaucoup plus « réaliste » que celle de ses prédécesseurs, parce qu'elle suit les oscillations d'une conscience délicate. La langue est surveillée : mais Cino est l'un des premiers poètes, d'où son originalité, à considérer la poésie comme une consolation personnelle. En fait, sa recherche annonce Pétrarque.

—  Claude MINOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CINO DA PISTOIA (1270-1336)  » est également traité dans :

BARTOLO (1313/14-1357)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 267 mots

L'un des plus grands juristes médiévaux. Né à Venatura, sur le territoire de Sassoferrato (province d'Ancône), Bartolo fut, dès l'âge de quatorze ans, l'élève à Pérouse du juriste Cino da Pistoia et l'ami de Dante. Cino lui apprit une nouvelle méthode d'étude et d'utilisation du droit romain, qu'il avait lui-même acquise des romanistes français de l'école d'Orléans. En 1334, Bartolo recevait à Bol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bartolo/#i_6613

DOLCE STIL NOVO

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 432 mots

Dans le chapitre « Le « doux style nouveau » »  : […] L'expression dolce stil novo , « doux style nouveau », provient d'un passage de La Divine Comédie (« Purgatoire », xxiv, 49-63) où Dante imagine sa rencontre avec un poète de la génération qui précède la sienne, Bonagiunta de Lucques. Sollicité de dire s'il est bien celui qui donna naissance à la poésie nouvelle par la chanson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dolce-stil-novo/#i_6613

Pour citer l’article

Claude MINOT, « CINO DA PISTOIA (1270-1336) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cino-da-pistoia/