DIRECTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Difficultés économiques et financières

Du point de vue économique, la France a très peu changé depuis 1789. Elle reste un pays essentiellement rural, dans lequel les travaux des champs n'ont pas été modifiés par les bouleversements politiques et sociaux. La « révolution agricole » amorcée vers le milieu du siècle sous l'influence des physiocrates se poursuit lentement. La jachère recule à peine, les prairies artificielles se heurtent à une méfiance tenace ; seule la culture de la pomme de terre rencontre quelque succès. Le pays continue de vivre dans la crainte de la disette, toujours possible en cas de mauvaise récolte : c'est ce qui se produisit en 1795, mais les récoltes de 1796, 1797 et 1798 furent excellentes, et celle de 1799 à peine moins bonne. Dans l'industrie, c'est toujours le type artisanal qui domine, sans qu'on puisse faire état, depuis 1789, d'inventions techniques marquantes. Le nombre de machines à vapeur n'augmente pas, non plus que celui des métiers dans l'industrie textile. La production industrielle est, dans l'ensemble, inférieure à ce qu'elle était en 1789. On distingue bien quelques chefs d'industrie actifs et entreprenants : Oberkampf, Ternaux, Richard et Lenoir, Chaptal. Le gouvernement, en la personne de François de Neufchâteau, ministre de l'Intérieur s'efforce d'encourager ces novateurs par l'exposition industrielle qui s'ouvre à Paris en septembre 1798. Mais il ne s'agit que d'initiatives isolées, d'entreprises pilotes, dirait-on actuellement, qui ne reflètent nullement l'ensemble de l'activité industrielle sous le Directoire.

Cette vie économique, encore très liée au passé, est gênée par deux circonstances : mauvais état des communications, difficultés financières et monétaires qui ne seront surmontées que postérieurement au régime directorial. Tous les témoignages concordent pour signaler l'état déplorable des routes, mal entretenues et, de plus, peu sûres en raison du développement du brigandage. Les canaux ne sont pas en meilleur état. Les ports suppo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification


Autres références

«  DIRECTOIRE  » est également traité dans :

ABOUKIR BATAILLE D' (1er août 1798)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 503 mots
  •  • 1 média

Appelée bataille du Nil par les Anglais, cette bataille est l'une des grandes victoires de l'amiral Nelson. Elle oppose le 1 er  août 1798 les flottes française et britannique dans la rade d'Aboukir, à proximité d'Alexandrie, en Égypte. En février 1798, le général Bonaparte, dont les ambitions inquiètent, convainc sans peine les membres du Directoire de l'utilité d'une inv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-d-aboukir/#i_17213

ANTRAIGUES EMMANUEL DE LAUNAY comte d' (1754-1812)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 529 mots

Revenu de bien des choses, de l'Orient où il s'est aventuré, des voyages en montgolfières et surtout des idées républicaines qu'il avait naguère adoptées, le comte d'Antraigues, dès 1789, abandonne les principes qu'il a exposés l'année précédente dans son Mémoire sur les états généraux , grâce auquel il est devenu célèbre en quelques semaines. Cet ennemi de la Cour se transfo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-de-antraigues/#i_17213

ASSIGNATS

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 490 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assignats/#i_17213

AUGEREAU CHARLES PIERRE FRANÇOIS (1757-1816) maréchal d'Empire (1804) duc de Castiglione (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 320 mots

L'un des seuls Parisiens d'origine parmi les généraux de la Révolution et de l'Empire. Fils d'un domestique et d'une fruitière, Augereau s'engage à dix-sept ans, puis passe dans l'armée napolitaine. En 1790, il rentre de Naples où il avait fini par devenir maître d'armes, et s'engage comme volontaire. Général de division en 1793, envoyé à l'armée d'Italie en fin 1795, il entre alors dans la légend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-pierre-francois-augereau/#i_17213

BABOUVISME

  • Écrit par 
  • Albert SOBOUL
  •  • 4 032 mots

Dans le chapitre « La conjuration des Égaux »  : […] Le babouvisme ne saurait se définir seulement comme un système idéologique. Il fut aussi une pratique politique. La « conjuration des Égaux » constitue la première tentative pour faire entrer le communisme dans la réalité sociale. Au cours de l'hiver de l'an IV (1795-1796), au spectacle de l'effroyable misère qui accable le peuple et de l'incapacité gouvernementale, Babeuf, bientôt réduit à la cl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babouvisme/#i_17213

BARRAS PAUL comte de (1755-1829)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 680 mots

Issu d'une famille provençale noble, Barras entre dans l'armée à seize ans, fait campagne aux Indes puis sous les ordres de Suffren, et donne sa démission à la fin de la guerre d'Indépendance. Suivent quelques années plus indolentes qu'actives, d'où il émerge inopinément comme député du Var à la Convention. Il y siège à la Montagne, vote la mort de Louis XVI, est envoyé dans le Midi pour une missi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-barras/#i_17213

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 321 mots
  •  • 2 médias

Une chambre ou deux ? Monocamérisme ou bicamérisme ? Telle est la question que bon nombre de constituants se sont posés lorsqu'il s'est agi de mettre en place un Parlement. La tradition fait pencher la balance du côté du bicamérisme ou bicaméralisme puisque le Parlement anglais, la référence de tous les Parlements, est composé de deux assemblées : la Chambre des communes et la Chambre des lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bicamerisme-bicameralisme/#i_17213

BIENS NATIONAUX

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 962 mots

Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série des lois et décrets qui régissent les biens nationaux. Une littérature abondante s'est attachée à éclairer cette questi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biens-nationaux/#i_17213

BUONARROTI PHILIPPE (1761-1837)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 587 mots

Né à Pise d'une noble famille toscane justement fière d'avoir donné au monde Michel-Ange, Philippe Buonarroti fait à l'université de Pise de bonnes études littéraires et juridiques. Fervent admirateur de Rousseau, il publie un journal, Gazetta universale , ce qui le fait attentivement surveiller par la police toscane. Franc-maçon, il est affilié aux Illuminés de Bavière (dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-buonarroti/#i_17213

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cadoudal/#i_17213

CAMPOFORMIO PAIX DE (1797)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 379 mots

La première campagne d'Italie de Bonaparte s'achève par la paix de Campoformio. La paix avec l'Autriche aurait tout aussi bien pu être dictée par Hoche, vainqueur des Autrichiens à Neuwied, près de Coblence, le 18 avril 1797. Bonaparte prend de vitesse ses collègues et Vienne préfère traiter avec ce général, car elle espère des compensations en Italie qu'elle ne pense pas obtenir sur le Rhin. Le D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paix-de-campoformio/#i_17213

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme capitaine à Arras, y fréquente Robespierre. Chaud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazare-nicolas-marguerite-carnot/#i_17213

CHAMPIONNET JEAN ÉTIENNE VACHIER dit (1762-1800)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 242 mots

Enfant naturel, né à Valence, Championnet sert à vingt ans dans l'armée espagnole et combat pendant le siège de Gibraltar. Patriote convaincu, il forme et instruit un bataillon de volontaires à Valence en 1792. De 1794 à 1797, il est, avec Kléber et Marceau, un des meilleurs lieutenants de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse. À la fin de 1798, il commande en chef en Italie, chasse les Bourbons de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/championnet/#i_17213

CLICHYENS

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 384 mots

À partir de l'automne de 1795, à Paris, des républicains de droite, libéraux conservateurs comme Boissy d'Anglas ou Lanjuinais, et des royalistes modérés, comme Dandré, prennent l'habitude de se réunir dans un club de la rue de Clichy, sur l'initiative du député Gilbert-Desmolières. S'y retrouvent d'anciens Girondins, comme Henry-Larivière, d'anciens Feuillants, comme Mathieu Dumas, même d'anciens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clichyens/#i_17213

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS & MÉTIERS (C.N.A.M.)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 757 mots

Le Conservatoire national des arts et métiers (C.N.A.M.), à Paris, est un établissement public de formation, de recherche et de diffusion de la culture scientifique, fondé le 10 octobre 1794 à l’initiative de l’abbé Grégoire. Déjà, Vaucanson en avait formé une première ébauche ; il avait réuni dans l'hôtel de Mortagne, rue Charonne, une collection d'outils et de machines propre à éduquer les ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservatoire-national-des-arts-et-metiers/#i_17213

CONSTITUTION FRANÇAISE DE L'AN III

  • Écrit par 
  • Nicolas NITSCH
  •  • 461 mots

Votée par la Convention plus d'un an après la chute de Robespierre, approuvée par référendum, la Constitution du 5 fructidor an III, c'est-à-dire du 22 août 1795, est, avec ses 377 articles, la plus longue Constitution de notre histoire. Elle a été appliquée durant quatre ans, jusqu'au coup d'État de Bonaparte, le 18 brumaire an VIII. Les Constituants, apparemment fort satisfaits de leur œuvre, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution-francaise-de-l-an-iii/#i_17213

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 668 mots

Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitutions-francaises-reperes-chronologiques/#i_17213

DAUNOU PIERRE CLAUDE FRANÇOIS (1761-1840)

  • Écrit par 
  • Bernard PLONGERON
  •  • 972 mots

Ancien oratorien français qui marqua, par une grande activité d'érudit et d'homme politique, la période révolutionnaire et le début du xix e  siècle. Né à Boulogne-sur-mer d'un père d'origine agenaise, chirurgien de l'Amirauté, et d'une mère issue d'une famille d'apothicaires boulonnais, Daunou est le seul survivant, avec sa sœur aînée, de cinq en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-claude-francois-daunou/#i_17213

DIX-HUIT BRUMAIRE AN VIII (9 nov. 1799)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 644 mots

La Révolution française s'est achevée sur un coup d'État militaire, les 18 et 19 brumaire an VIII (9 et 10 nov. 1799). La Constitution de 1795, qui fondait le Directoire, ayant fait faillite, il importait de la modifier. Regroupé autour de Sieyès, un parti révisionniste souhaite un renforcement du pouvoir exécutif et l'établissement d'un système où « la confiance viendrait d'en bas et l'autorité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dix-huit-brumaire-an-viii/#i_17213

FLORÉAL AN VI COUP D'ÉTAT DU 22 (11 mai 1798)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 160 mots

Deuxième coup d'État du Directoire, celui du 22 floréal an VI (11 mai 1798) n'est plus, comme celui du coup d'État du 18 fructidor an V (4 sept. 1797), dirigé contre les royalistes, mais contre les jacobins qui viennent de gagner les élections d'avril. Ce succès inquiète fortement le Directoire dominé par les modérés (Barras, Reubell, La Révellière-Lépeaux). On trouve un prétexte juridique : les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-d-etat-du-floreal-an-vi/#i_17213

FOUCHÉ JOSEPH (1759-1820) duc d'Otrante (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 196 mots

Fils d'un capitaine de navire nantais, Fouché semble n'avoir jamais été ordonné prêtre de l'Oratoire, bien qu'il ait longtemps enseigné dans les collèges de la congrégation ; contrairement à la légende, il ne devra donc pas défroquer à proprement parler pour se marier au début de la Révolution. Député de la Loire-Inférieure à la Convention, Montagnard et régicide, il ne se met vraiment en vedette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-fouche/#i_17213

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Finir la Révolution (1794-1830) »  : […] Reste que la chute brutale de Robespierre avait laissé en suspens une question que tous les régimes politiques français tentèrent de résoudre jusqu'à la III e  République : comment finir la Révolution ? Le Directoire (1795-1799) fut une tentative pour revenir à la Révolution de 1789, mais sans le roi, qui était mort. Il rétablit la distinction entre citoyens actifs et cito […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_17213

FRANÇOIS DE NEUFCHÂTEAU NICOLAS comte FRANÇOIS dit (1750-1828)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 503 mots

Avocat puis homme de lettres, encouragé par Voltaire en ces termes : « Il faut bien que l'on me succède, et j'aime en vous mon héritier », François de Neufchâteau est, de 1782 à 1787, procureur général près du conseil supérieur de Cap-Français, à Saint-Domingue. De retour en France, il accueille avec enthousiasme la Révolution. En 1791, il est élu à l'Assemblée législative par le département des V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-neufchateau/#i_17213

FRUCTIDOR AN V COUP D'ÉTAT DU 18 (4 sept. 1797)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 515 mots

Le Directoire, dès son installation le 26 octobre 1795, s'est trouvé pris entre deux menaces : à gauche les jacobins et les babouvistes, à droite les royalistes. Le danger babouviste est écarté après l'arrestation de Babeuf en mai 1796. En revanche, longtemps limité à des complots et aux soulèvements armés (dans la Vendée, le Midi), le mouvement monarchiste s'adapte à l'action légale grâce à Dandr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-d-etat-du-fructidor-an-v/#i_17213

FRUCTIDORIENS

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 252 mots

Nom donné aux auteurs du coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) qui éliminèrent du Directoire et des conseils les partisans d'une restauration monarchiste. Barras, Reubell et La Révellière-Lépeaux furent les instigateurs de ce coup d'État, avec l'appui de généraux comme Augereau. Le coup d'État de fructidor marque une cassure dans l'histoire du Directoire ; on parle d'un « second Dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fructidoriens/#i_17213

GRENELLE AFFAIRE DU CAMP DE (1796)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 242 mots

L'affaire du camp de Grenelle est l'épisode décisif de la conjuration des Égaux animée par Gracchus Babeuf. Cet ancien feudiste, qui rêvait d'un communisme agraire, prépare un complot en liaison avec d'anciens Montagnards. Après l'échec des journées de germinal et de prairial an III (1 er  avril et 20 mai 1795), il convient de renoncer à un soulèvement populaire, parce que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-du-camp-de-grenelle/#i_17213

HOCHE LAZARE (1768-1797)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 589 mots

Né à Versailles, fils d'un palefrenier du roi. Fusilier puis caporal aux gardes françaises, Lazare Hoche, pendant ses heures de loisir et de congé, confectionne des ouvrages de dentelle qu'il vend pour avoir de quoi s'acheter des livres ; passionné surtout de Plutarque et de Rousseau, il acquiert une solide instruction. Ardemment « patriote », il entraîne ses camarades à la prise de la Bastille, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazare-hoche/#i_17213

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Dans le chapitre « La fiscalité révolutionnaire et libérale »  : […] Le mauvais état des finances de l'Ancien Régime fut une des causes de la Révolution, qui détruisit tout l'édifice fiscal de cette époque. Les révolutionnaires posèrent trois grands principes : le principe d' égalité devant l'impôt, directement lié à l'égalité civile proclamée solennellement dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ; le principe de liberté, en réaction contre l'arbit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-histoire-de-l-impot/#i_17213

ITALIE CAMPAGNES D' (1796-1797 et 1800)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 812 mots
  •  • 1 média

Après la signature des traités de Bâle et de La Haye en 1795, la France n'a plus sur le Continent comme adversaire que l'Autriche. Devenu directeur, Carnot conçoit le projet de lancer trois armées sur Vienne : deux ont mission d'atteindre la capitale autrichienne par la vallée du Main et celle du Danube, la troisième doit passer par la vallée du Pô et les Alpes. Bien qu'elle soit confiée à un jeun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campagnes-d-italie/#i_17213

JACOBINS NÉO- (1795-1799)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 402 mots

En novembre 1794, la réaction thermidorienne impose la fermeture du club des Jacobins. L'histoire du jacobinisme n'est pas pour autant terminée, même si elle est éclipsée sous le Directoire par le babouvisme. Après l'amnistie qui suit le coup de force du 13 vendémiaire (oct. 1795), les Jacobins se regroupent. Dans leurs rangs figurent des bourgeois, des artisans et des boutiquiers. À Paris, d'anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-jacobins/#i_17213

JOURDAN JEAN-BAPTISTE (1762-1833) maréchal d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 604 mots

Fils d'un chirurgien de Limoges, Jourdan a fait comme simple soldat la guerre d'Amérique avant de s'établir comme mercier à Limoges ; volontaire de 1791, il sert sous Dumouriez à l'armée du Nord ; général de division dès juillet 1793, il est en septembre (avec Pichegru et Hoche) l'un des commandants en chef « sans-culottes » nommés par le Comité de salut public ; en octobre, il bat Cobourg à Watti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-jourdan/#i_17213

LA RÉVELLIÈRE-LÉPEAUX LOUIS MARIE DE (1753-1824)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 372 mots

Avocat à la veille de la Révolution, La Révellière-Lépeaux est élu aux États généraux par la sénéchaussée d'Anjou. Il apparaît comme un partisan farouche du « grand système d'égalité entre les hommes ». Le Maine-et-Loire l'appelle à siéger à la Convention. Il y vote la mort du roi, mais s'oppose en février 1793 à Robespierre dans un retentissant article de La Chronique de Paris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-marie-de-la-revelliere-lepeaux/#i_17213

LETTRES À MIRANDA SUR LE DÉPLACEMENT DES MONUMENTS DE L'ART DE L'ITALIE, Antoine Quatremère de Quincy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 147 mots

Dans le chapitre « Quatremère face aux conquêtes artistiques de la Révolution »  : […] Quatremère connaît bien l'Italie, où il a vécu. Passionné par les récentes découvertes archéologiques, il s'est engagé dans la lutte menée par le peintre Jacques Louis David contre le système académique. Monarchiste constitutionnel, député à l'Assemblée législative en 1791, emprisonné sous la Terreur, il vient d'être libéré après Thermidor et la chute de Robespierre en 1794. Inquiété à nouveau apr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-a-miranda-sur-le-deplacement-des-monuments-de-l-art-de-l-italie/#i_17213

MERLIN DE DOUAI PHILIPPE ANTOINE MERLIN dit (1754-1838)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 388 mots

Fils d'agriculteur, reçu avocat à Douai, Merlin est déjà conseiller juridique et financier du duc d'Orléans avant la Révolution. Député à la Constituante, il y soutient le parti patriote ; député à la Convention, il siège à la Plaine, mais vote presque toujours avec la Montagne, notamment pour la mort de Louis XVI. Il reçoit diverses missions dans les départements et travaille surtout au Comité de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merlin-de-douai/#i_17213

MERVEILLEUSE

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 284 mots
  •  • 1 média

La Révolution française avait suscité un vif engouement pour tout ce qui rappelait les républiques d'Athènes ou de Rome. Mais c'est après la Terreur, sous le Directoire, que le type d'élégante dite merveilleuse fait fureur. Les costumes à la romaine sont adoptés par les femmes aux formes amples, tandis que les plus jeunes et les plus sveltes font copier les modèles offerts par la statuaire grecque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merveilleuse/#i_17213

MOREAU JEAN VICTOR (1763-1813)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 604 mots

Né à Morlaix, fils d'un avocat breton, étudiant en droit à Rennes, le jeune Moreau est déjà mêlé, comme prévôt des étudiants, aux troubles parlementaires de la ville en 1788 ; c'est lui qui fonde et préside la Fédération de la jeunesse bretonne et angevine à Pontivy en 1790. Lieutenant-colonel dans l'armée du Nord en 1792, il sert sous Dumouriez — qu'il refuse de suivre contre la République après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-victor-moreau/#i_17213

MURAT JOACHIM (1767-1815) roi de Naples (1808-1815)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 933 mots
  •  • 1 média

Le moins étonnant de la vie de ce centaure n'est pas que Murat, fils d'un aubergiste du Quercy, ait débuté par le séminaire et ait été ordonné sous-diacre ; mais cette erreur d'orientation initiale est vite réparée : renvoyé du séminaire, il s'engage dans la cavalerie dès 1787, pour vingt-huit ans. Ardent patriote, le chef d'escadron Murat change un temps son nom en celui de Marat, est dénoncé com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-murat/#i_17213

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le Directoire »  : […] La Constitution soumise à référendum par la Convention, en octobre 1795, était assortie de décrets stipulant la réélection des deux tiers de l'Assemblée actuelle. Pour prévenir de telles mesures, les royalistes fomentèrent une révolte à Paris. La Convention donna des pouvoirs dictatoriaux à Paul Barras qui, ne voulant pas s'appuyer sur le commandant des troupes de l'Intérieur, nomma Bonaparte com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_17213

OUVRARD GABRIEL JULIEN (1770-1846)

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 597 mots

Fils d'un papetier de Clisson, Ouvrard passe à Nantes ses vingt premières années. Il y acquiert une intime connaissance des mécanismes de la spéculation financière, des règles du commerce transatlantique, des possibilités du continent américain. Tout au long de sa vie aventureuse, il sera donc le témoin de cette France maritime, banquière et commerçante qui connut un extraordinaire développement e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-julien-ouvrard/#i_17213

PICHEGRU JEAN CHARLES (1761-1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 520 mots

Fils d'un cultivateur du pays d'Arbois, Pichegru parvient très jeune à devenir répétiteur de mathématiques à Brienne ; il s'engage comme soldat en 1780 (contrairement à la légende, Napoléon n'aura donc guère eu le temps de profiter de ses connaissances mathématiques) et fait la guerre d'Amérique. Sergent-major en 1789, il milite avec ardeur au club des Jacobins de Besançon et devient lieutenant-co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-charles-pichegru/#i_17213

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les créations institutionnelles du Directoire (1795-1799) »  : […] La chute de Robespierre en juillet 1794, puis la fin du gouvernement révolutionnaire provoquent de nouvelles transformations pour la police. Le personnel policier est une des cibles de la « réaction thermidorienne » de l'an III (septembre 1794). Le contrôle direct de la police par la Convention s'accentue. Le Comité de sûreté générale devient la principale autorité de police. Avec la suppression d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-la-revolution-et-l-empire/#i_17213

PYRAMIDES BATAILLE DES (21 juill. 1798)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 301 mots

Épisode célèbre de la campagne d'Égypte, la bataille des Pyramides , qui doit son nom à Bonaparte toujours très soucieux de sa propagande, se déroula en réalité aux abords d'Embabeh, petite localité située sur la rive gauche du Nil, en aval du Caire, à environ 7 kilomètres au nord des pyramides de Guizeh. L'armée d'Égypte, forte de 25 000 hommes, y affronta environ 40 000 hommes sous les ordres de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-des-pyramides/#i_17213

REUBELL JEAN-FRANÇOIS (1747-1807)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 370 mots

Quand la Révolution éclate, le quadragénaire Reubell, bâtonnier de l'ordre des avocats à Colmar, n'a encore jamais quitté sa province natale ; député du tiers, il se fait remarquer à la Constituante par son opiniâtreté, soit pour dénoncer comme des tyrans les princes étrangers possessionnés en Alsace, soit pour combattre les privilèges du clergé et peu après les prêtres non jureurs, soit pour sout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-reubell/#i_17213

RÉVOLUTION FRANÇAISE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

La décision des États généraux, convoqués par Louis XVI pour résoudre la crise financière du royaume, de se constituer en Assemblée nationale est une révolution politique. Désormais, la souveraineté n'appartient plus au roi mais au peuple, qui devient le fondement du pouvoir politique, alors même que l'individu, en faveur de qui est promulguée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-en-bref/#i_17213

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'armée des soldats citoyens à l'armée des coups d'État »  : […] Pourtant, ce furent ces soldats, s'honorant du titre de citoyen, qui participèrent aux coups d'État dont fut émaillée la vie politique du Directoire, jusqu'à faire s'effondrer la République, et qui donnèrent le pouvoir à un de leurs généraux. À cette situation il y a plusieurs explications et d'abord celle d'une démission progressive du pouvoir face aux généraux. Le Directoire s'efforça bien de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_17213

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La stabilisation impossible (mai 1795-février 1796) »  : […] Alors que le pays est gagné par un royalisme diffus, les partisans de la monarchie sont paradoxalement renforcés par l'annonce de la mort en prison du jeune Louis XVII, le 8 juin 1795. Le comte de Provence devient Louis XVIII, et surtout les émigrés obtiennent de représenter légitimement la monarchie française, ce qu'ils n'avaient pas pu réussir jusque-là. Cependant, Louis XVIII met aussitôt son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_17213

RÉVOLUTION FRANÇAISE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 171 mots

17 juin 1789 Les États généraux, ouverts depuis le 5 mai, se constituent en Assemblée nationale. 14 juillet 1789 Prise de la Bastille. 4 août 1789 Abolition des privilèges. 26 août 1789 Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Juillet 1790 Vote de la C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-reperes-chronologiques/#i_17213

RHIN & MOSELLE ARMÉE DE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 410 mots

Héritière de l'armée du Rhin de 1792 qui, après avoir occupé puis évacué Mayence, dut en assurer le blocus, dans des conditions matérielles si difficiles et au prix de telles pertes qu'il devint nécessaire de la renforcer par l'armée de Moselle. Ainsi naît en l'an III (1795) l'armée de Rhin et Moselle qui, d'abord commandée par Pichegru, tient le Rhin face à Wurmser, de Huningue à Bingen. Mais c'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-de-rhin-et-moselle/#i_17213

RŒDERER PIERRE LOUIS (1754-1835)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 956 mots

Fils de parlementaire, lui-même conseiller au parlement de Metz à vingt-cinq ans, auteur de nombreux mémoires fort prisés de l'Académie de Metz, Rœderer arrive aux États généraux avec une forte réputation d'économiste et de financier, comme avec une solide expérience du journalisme. Jacobin modéré à la Constituante, il fait encore figure de meneur de la gauche : une gravure de 1791 en fait, avec R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-louis-roederer/#i_17213

ROUGE MER

  • Écrit par 
  • Colette DUBOIS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 9 696 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'intrusion européenne »  : […] Au tournant du xv e et du xvi e  siècle, deux nouveaux compétiteurs apparaissent : les Ottomans, conquérants de l'Asie, qui progressent en Arabie et imposent leur suzeraineté à l'Égypte (1517) ; les Portugais, qui ouvrent la route directe des Indes par le cap de Bonne-Espérance (1498) et cherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-rouge/#i_17213

SAMBRE & MEUSE ARMÉE DE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 487 mots

La plus représentative des armées de la Révolution française. Née en l'an II, très caractéristique de ces soldats de l'an II dont la légende s'est emparée, débutant sous les heureux auspices de Fleurus (26 juin 1794), commandée par Jourdan, puis par Hoche, l'armée de Sambre et Meuse compte dans ses rangs Kléber, Marceau, Championnet, Bernadotte, Lefebvre, Ney, Soult, Mortier. À l'entrée de la camp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-de-sambre-et-meuse/#i_17213

SIEYÈS ou SIEYS EMMANUEL JOSEPH (1748-1836)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 689 mots
  •  • 1 média

Né à Fréjus, fils d'un directeur de la poste aux lettres, Emmanuel Sieyès se voit refuser l'ordination au séminaire de Saint-Sulpice pour manque, au moins apparent, de vocation ; il réussit à se faire ordonner prêtre ailleurs et se retrouve grand vicaire de l'évêque de Chartres en 1787. En janvier 1789, il lance la brochure qui le rend aussitôt célèbre : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sieyes-sieys/#i_17213

TALLEYRAND-PÉRIGORD CHARLES MAURICE DE (1754-1838) prince de Bénévent (1806)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 194 mots

Illustre famille noble, claudication dès l'enfance, conviction de n'être pas aimé de sa mère, obligation familiale d'entrer dans les ordres sans vocation : de ces quatre données initiales pourrait se déduire un essai d'explication socio-psychanalytique du personnage, et se dégager le sens fantasmatique plutôt qu'historique de cette « douceur de vivre » sous l'Ancien Régime qu'il célébrera dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-maurice-de-talleyrand-perigord/#i_17213

TREILHARD JEAN-BAPTISTE (1742-1810)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 278 mots

Avocat au Parlement de Paris, protégé de Turgot, Jean-Baptiste Treilhard plaide dans des affaires si importantes à la veille de la Révolution que la maison de Condé le charge de la défense de ses intérêts. Il est élu par Paris aux États généraux en 1789, prend une part active aux débats, se prononce pour une seule Chambre, pour le veto suspensif et pour la Constitution civile du clergé. Après la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-treilhard/#i_17213

TRONCHET FRANÇOIS DENIS (1726-1806)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LÉVY
  •  • 298 mots

Avocat du parlement de Paris, consultant plus que plaidant, élu député du Tiers aux États généraux de 1789, Tronchet domine le comité de la Constituante. Choisi, le 12 décembre, par Louis XVI comme défenseur, il participe avec de Sèze et Malesherbes à la rédaction du long mémoire en défense que, le 22, de Sèze lira à la Convention. Il plaide le 17 janvier 1793, après le vote qui a repoussé l'appel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-denis-tronchet/#i_17213

WOLFE TONE THEOBALD (1763-1798)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 144 mots

Occupant une place prééminente dans le panthéon des nationalistes irlandais, Theobald Wolfe Tone repose dans le petit cimetière de Bodenstown où des républicains de toutes nuances se pressent chaque année au mois de juin. Fils d'un modeste fabricant de voitures Wolfe Tone naît à Dublin le 20 juin 1763. Il rêve de devenir soldat. Mais ses parents qui ont d'autres ambitions l'envoient à Trinity Coll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theobald-wolfe-tone/#i_17213

Pour citer l’article

Michel EUDE, « DIRECTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/