DIRECTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nouvelle société

Si l'on compare la société du Directoire à celle de l'Ancien Régime, un trait retient avant tout l'attention : la disparition des ordres privilégiés, clergé et noblesse. « La loi est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. » Celles qui frappent les prêtres réfractaires et les émigrés sont des mesures de circonstance, rigoureuses certes, mais destinées à disparaître lorsque la paix sera revenue et que les ennemis de la République, cessant de compter sur l'appui de l'étranger, pourront être réintégrés, comme citoyens, dans la communauté nationale. Les anciens nobles qui n'ont pas émigré et qui ont survécu à la Terreur ont conservé leurs propriétés foncières et, s'ils ne perçoivent plus de droits seigneuriaux, en touchent néanmoins les fermages. Par leurs revenus, par leur genre de vie (sinon par leur mentalité), ils se rapprochent de la classe dominante, la bourgeoisie.

Celle-ci est en plein essor. Mais elle est loin de former un bloc homogène. Des bourgeois ont souffert de la Révolution, tandis que d'autres en profitaient. Parmi les premiers, on compte ceux qui ont émigré et dont les biens ont été confisqués, les « officiers » et (en partie) les hommes de loi, les rentiers ruinés par l'inflation. Par contre, ont tiré profit des événements ceux qui possèdent de la terre ou des maisons (biens nationaux ou non) ; ceux qui ont placé leurs capitaux dans des banques étrangères ; ceux qui se consacrent à l'industrie, au commerce ou à la banque, et dont le plus représentatif est le Grenoblois Claude Perier. Dans ce monde bourgeois du Directoire, deux traits sont à noter. C'est d'abord l'ascension d'une petite bourgeoisie issue des artisans ou des commerçants. Enrichis par les affaires, ils achètent des biens nationaux et font donner à leurs enfants une éducation qui leur permettra de devenir fonctionnaires ou – mieux – de s'orienter vers les professions libérales. C'est aussi l'apparition, non d'une classe, mais d'un milieu : les « nouveaux riches », qui ont fait une rapide fortune par des moyens plus ou moins honnêtes. Tels les fournisseurs aux armées, souvent groupés en compagnies : Hainguerlot, Rochefort, Flachat, Ouvrard. L'« immoralité » du Directoire est celle de ces nouveaux riches et de leurs protecteurs politiques, Barras et Talleyrand ; ses ridicules aussi : «  merveilleuses » et « incroyables » tiennent plus ou moins à ces milieux où la richesse s'allie volontiers à la liberté de mœurs et à l'excentricité de la tenue. Écume peu nombreuse et superficielle, à laquelle il serait tout à fait injuste de réduire la bourgeoisie de l'époque. Il y a parmi celle-ci, aussi bien à Paris qu'en province, une grande majorité de familles honnêtes et solides qui formeront les cadres de la nation pendant tout le xixe siècle.

On est assez mal renseigné sur les ouvriers des années 1795-1799. Le mot recouvre deux types de travailleurs : d'une part les artisans (libres par la suppression des corporations), de l'autre les ouvriers des « manufactures » encore peu nombreuses. Dans l'ensemble, les salaires sont plus élevés qu'en 1789. Mais on redoute le chômage, toujours menaçant en cas de marasme des affaires, et – au moins au début, du fait de la mauvaise récolte de 1795 – la famine. Au printemps de 1796, des émeutes éclatent dans les villes d'une certaine importance, comme Amiens ou Rouen. Les pouvoirs publics essayent d'y remédier en créant des bureaux de bienfaisance et en distribuant des vivres. La situation s'améliore après 1797, année de bonne récolte et de pain bon marché, alors que les salaires baissent moins vite que les prix.

Les paysans représentent la grande masse de la population française. Le nombre de ceux qui sont propriétaires est plus grand qu'en 1789, par la mise en vente des biens nationaux : mais ce sont surtout les paysans riches qui peuvent acheter de la terre, car les administrations de la période directoriale mettent en vente des lots étendus, afin d'éviter le morcellement excessif de la terre. Au début de la période, les fermiers ont profité de l'inflation qui leur permet de payer en papier des fermages fixés en numéraire, et de se libérer à meilleur compte des dettes hypothécaires ; mais on a déjà indiqué quelle gêne leur apporta le retour à la monnaie métallique. Il faut enfin signaler un trait caractéristique des campagnes à cette époque : l'insécurité, du fait des bandes de «  chauffeurs » plus ou moins déguisés en chouans : telle la « bande d'Orgères », l'une des plus redoutables, qui jusqu'à sa capture, en 1798, terrorisa le sud de l'Eure-et-Loir.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Autres références

«  DIRECTOIRE  » est également traité dans :

ABOUKIR BATAILLE D' (1er août 1798)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 503 mots
  •  • 1 média

Appelée bataille du Nil par les Anglais, cette bataille est l'une des grandes victoires de l'amiral Nelson. Elle oppose le 1 er  août 1798 les flottes française et britannique dans la rade d'Aboukir, à proximité d'Alexandrie, en Égypte. En février 1798, le général Bonaparte, dont les ambitions inquiètent, convainc sans peine les membres du Directoire de l'utilité d'une invasion de l'Égypte afin de […] Lire la suite

ANTRAIGUES EMMANUEL DE LAUNAY comte d' (1754-1812)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 529 mots

Revenu de bien des choses, de l'Orient où il s'est aventuré, des voyages en montgolfières et surtout des idées républicaines qu'il avait naguère adoptées, le comte d'Antraigues, dès 1789, abandonne les principes qu'il a exposés l'année précédente dans son Mémoire sur les états généraux , grâce auquel il est devenu célèbre en quelques semaines. Cet ennemi de la Cour se transforme en champion d'une […] Lire la suite

ASSIGNATS

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 491 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assi […] Lire la suite

AUGEREAU CHARLES PIERRE FRANÇOIS (1757-1816) maréchal d'Empire (1804) duc de Castiglione (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 320 mots

L'un des seuls Parisiens d'origine parmi les généraux de la Révolution et de l'Empire. Fils d'un domestique et d'une fruitière, Augereau s'engage à dix-sept ans, puis passe dans l'armée napolitaine. En 1790, il rentre de Naples où il avait fini par devenir maître d'armes, et s'engage comme volontaire. Général de division en 1793, envoyé à l'armée d'Italie en fin 1795, il entre alors dans la légend […] Lire la suite

BABOUVISME

  • Écrit par 
  • Albert SOBOUL
  •  • 4 032 mots

Dans le chapitre « La conjuration des Égaux »  : […] Le babouvisme ne saurait se définir seulement comme un système idéologique. Il fut aussi une pratique politique. La « conjuration des Égaux » constitue la première tentative pour faire entrer le communisme dans la réalité sociale. Au cours de l'hiver de l'an IV (1795-1796), au spectacle de l'effroyable misère qui accable le peuple et de l'incapacité gouvernementale, Babeuf, bientôt réduit à la cl […] Lire la suite

BARRAS PAUL comte de (1755-1829)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 680 mots

Issu d'une famille provençale noble, Barras entre dans l'armée à seize ans, fait campagne aux Indes puis sous les ordres de Suffren, et donne sa démission à la fin de la guerre d'Indépendance. Suivent quelques années plus indolentes qu'actives, d'où il émerge inopinément comme député du Var à la Convention. Il y siège à la Montagne, vote la mort de Louis XVI, est envoyé dans le Midi pour une missi […] Lire la suite

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Une chambre ou deux ? Monocamérisme ou bicamérisme ? Telle est la question que bon nombre de constituants se sont posés lorsqu'il s'est agi de mettre en place un Parlement. La tradition fait pencher la balance du côté du bicamérisme ou bicaméralisme puisque le Parlement anglais, la référence de tous les Parlements, est composé de deux assemblées : la Chambre des communes et la Chambre des lo […] Lire la suite

BIENS NATIONAUX

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 962 mots

Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série des lois et décrets qui régissent les biens nationaux. Une littérature abondante s'est attachée à éclairer cette questi […] Lire la suite

BUONARROTI PHILIPPE (1761-1837)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 587 mots

Né à Pise d'une noble famille toscane justement fière d'avoir donné au monde Michel-Ange, Philippe Buonarroti fait à l'université de Pise de bonnes études littéraires et juridiques. Fervent admirateur de Rousseau, il publie un journal, Gazetta universale , ce qui le fait attentivement surveiller par la police toscane. Franc-maçon, il est affilié aux Illuminés de Bavière (dont les options rationali […] Lire la suite

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-26 avril 2019 France. Reconnaissance de la responsabilité de Monsanto dans une intoxication.

Le 26, les actionnaires du groupe chimique allemand Bayer réunis en assemblée générale à Bonn refusent de donner quitus pour l’exercice 2018 au directoire du groupe dirigé par Werner Baumann qui est accusé d’avoir sous-estimé les risques du rachat de Monsanto en juin 2018. Les deux jugements rendus à l’encontre de Monsanto aux États-Unis en août 2018 et mars 2019 ont provoqué une chute de 38 p. […] Lire la suite

5 juillet 2018 Allemagne. Démission du président de ThyssenKrupp.

Le président du directoire du conglomérat ThyssenKrupp, Heinrich Hiesinger, présente sa démission, sous la pression de certains fonds d’actionnaires. Nommé en 2011, Heinrich Hiesinger est parvenu à restructurer le groupe qui se trouvait alors en difficulté financière. Il a notamment fusionné les activités de divers groupes sidérurgiques de la Ruhr avec le géant indien Tata au sein de ThyssenKrupp Steel Europe. […] Lire la suite

14-28 avril 2017 Suisse. Polémique relative aux bonus des dirigeants de Crédit suisse.

 100 du montant des bonus qu’elle envisageait de distribuer à son directoire pour l’exercice 2016, ainsi que le gel de la rémunération de son conseil d’administration. En 2015 et 2016, la banque a enregistré des pertes, respectivement de 2,9 et 2,7 milliards de francs suisses. L’initiative populaire « contre les rémunérations abusives » adoptée en mars 2013 donne plus de pouvoirs aux actionnaires pour décider des rémunérations dans les entreprises cotées. […] Lire la suite

18-27 septembre 2015 États-Unis – Allemagne. Dénonciation d’une fraude industrielle commise par Volkswagen.

Le 23, le président du directoire de VW, Martin Winterkorn, présente sa démission. Le 25, le conseil de surveillance de VW le remplace par Matthias Müller, jusque-là patron de Porsche. Le 27, le parquet de Brunswick (Basse-Saxe) ouvre une information judiciaire pour fraude contre Martin Winterkorn.  […] Lire la suite

24 septembre 2015 France. Relaxe du président de la B.P.C.E. François Pérol.

Le tribunal correctionnel de Paris prononce la relaxe de François Pérol, ancien conseiller du président Nicolas Sarkozy et président du directoire du groupe Banque populaire Caisses d’épargne (B.P.C.E.), mis en examen en février 2014 pour prise illégale d’intérêts. Tout en critiquant le « fonctionnement de l’État » et la « singulière porosité entre secteur privé et secteur public », le tribunal estime que François Pérol n’a pas joué de rôle décisif dans la création en 2009 du groupe B. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel EUDE, « DIRECTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/