DIRECTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mentalités et attitudes

Ce qui définit l'attitude des Français à l'automne de 1795, c'est moins le jugement qu'ils portent sur tel ou tel article de la Constitution (combien l'ont lue ?) que le souvenir laissé par six années de troubles, les craintes et les espoirs devant un avenir bien incertain.

Le catholicisme en question

Leur préoccupation majeure est d'ailleurs d'ordre religieux plus que politique. Sans vouloir nier la déchristianisation déjà poussée de certaines régions, il reste que le catholicisme demeure « la religion de la majorité des Français », comme le constatera le concordat de 1801. Or, après la destruction de l'ancienne Église de France en 1790, après les persécutions de 1791 à 1794, après la séparation de l'Église et de l'État découlant de la loi du 18 septembre 1794, l'an III de la République (1794-1795) est marqué par un renouveau religieux : réouverture des églises, reprise du culte. Mais quel culte ? Les catholiques sont divisés. L'ancien clergé constitutionnel essaye de se reconstituer sous la direction d'Henri Grégoire, ex-conventionnel et évêque du Loir-et-Cher, qui parvient à réunir un synode à Paris en 1797. Mais cette Église « gallicane » est en porte à faux, car elle ne se conçoit qu'appuyée par l'État. Quant aux réfractaires, qui se sont maintenus dans le pays même pendant la Terreur, leur position est renforcée par le retour plus ou moins clandestin en 1795, 1796 et 1797 des prêtres émigrés. Mais ils n'adoptent pas une attitude unanime à l'égard du pouvoir : les « soumissionnaires » acceptent de prêter le serment (exigé par la Constitution) de soumission et obéissance aux lois de la République, tandis que leurs adversaires, suivant les directives des évêques émigrés, persistent à identifier catholicisme et royalisme. Un nouveau serment de « haine à la royauté et à l'anarchie », exigé par le Directoire après Fructidor (1797), introduit encore une division au sein des soumissionnaires. Fructidor marque d'ailleurs une reprise de la persécution religieuse qui provoque chez les catholiques lassitude et désarroi, d'autant que la destruction de l'État pontifical en 1798, la mort de Pie VI en 1799 semblent annoncer la disparition prochaine du catholicisme.

Un royalisme équivoque

Catholicisme, royalisme : l'équivoque subsiste chez beaucoup d'ecclésiastiques. Mais chez les fidèles ? L'existence d'un courant royaliste en France n'est pas niable (il n'avait jamais cessé depuis 1792) : la reprise de la chouannerie dans l'Ouest en 1795-1796, l'insurrection parisienne du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), les élections aux Conseils du nouveau régime sont là pour le prouver. Mais de quelle royauté s'agit-il ? La grande erreur des émigrés (sauf quelques esprits avisés) est de s'être imaginé que le pays accepterait facilement le retour à l'Ancien Régime à peine corrigé par le programme royal du 23 juin 1789. Or s'il était un point sur lequel tous les Français se trouvaient d'accord, c'était bien la volonté de ne pas revenir à l'ancien régime social fondé sur l'existence d'ordres privilégiés, et à ses conséquences financières qui s'appellent, pour les paysans, dîmes et droits seigneuriaux. Beaucoup souhaitaient une monarchie constitutionnelle du type 1791, partageant le pouvoir entre le roi et la nation – une nation dont les « honnêtes gens » formeraient la classe dirigeante. Mais pas plus que Louis XVI, son successeur en exil, Louis XVIII, n'était disposé à accepter une telle solution. On voit dès lors l'équivoque des élections de l'an V (printemps 1797) : les Français qui donnèrent leurs voix aux adversaires du Directoire espéraient bien contraindre les « triumvirs » à démissionner ; mais si leurs représentants étaient entrés en pourparlers avec Louis XVIII en vue d'une restauration de la monarchie, leur tentative aurait sûrement échoué devant l'intransigeance du roi « légitime ». Ou, si ce dernier avait consenti à faire quelques concessions, ce n'aurait été là qu'une tactique dilatoire, en attendant de rétablir la royauté telle qu'elle était en 1789.

Pour une république bourgeoise

Il est difficile d'évaluer le nombre des royalistes. Mais chez beaucoup de Français l'attachement à la rép [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Autres références

«  DIRECTOIRE  » est également traité dans :

ABOUKIR BATAILLE D' (1er août 1798)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 503 mots
  •  • 1 média

Appelée bataille du Nil par les Anglais, cette bataille est l'une des grandes victoires de l'amiral Nelson. Elle oppose le 1 er  août 1798 les flottes française et britannique dans la rade d'Aboukir, à proximité d'Alexandrie, en Égypte. En février 1798, le général Bonaparte, dont les ambitions inquiètent, convainc sans peine les membres du Directoire de l'utilité d'une invasion de l'Égypte afin de […] Lire la suite

ANTRAIGUES EMMANUEL DE LAUNAY comte d' (1754-1812)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 529 mots

Revenu de bien des choses, de l'Orient où il s'est aventuré, des voyages en montgolfières et surtout des idées républicaines qu'il avait naguère adoptées, le comte d'Antraigues, dès 1789, abandonne les principes qu'il a exposés l'année précédente dans son Mémoire sur les états généraux , grâce auquel il est devenu célèbre en quelques semaines. Cet ennemi de la Cour se transforme en champion d'une […] Lire la suite

ASSIGNATS

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 491 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assi […] Lire la suite

AUGEREAU CHARLES PIERRE FRANÇOIS (1757-1816) maréchal d'Empire (1804) duc de Castiglione (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 320 mots

L'un des seuls Parisiens d'origine parmi les généraux de la Révolution et de l'Empire. Fils d'un domestique et d'une fruitière, Augereau s'engage à dix-sept ans, puis passe dans l'armée napolitaine. En 1790, il rentre de Naples où il avait fini par devenir maître d'armes, et s'engage comme volontaire. Général de division en 1793, envoyé à l'armée d'Italie en fin 1795, il entre alors dans la légend […] Lire la suite

BABOUVISME

  • Écrit par 
  • Albert SOBOUL
  •  • 4 032 mots

Dans le chapitre « La conjuration des Égaux »  : […] Le babouvisme ne saurait se définir seulement comme un système idéologique. Il fut aussi une pratique politique. La « conjuration des Égaux » constitue la première tentative pour faire entrer le communisme dans la réalité sociale. Au cours de l'hiver de l'an IV (1795-1796), au spectacle de l'effroyable misère qui accable le peuple et de l'incapacité gouvernementale, Babeuf, bientôt réduit à la cl […] Lire la suite

BARRAS PAUL comte de (1755-1829)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 680 mots

Issu d'une famille provençale noble, Barras entre dans l'armée à seize ans, fait campagne aux Indes puis sous les ordres de Suffren, et donne sa démission à la fin de la guerre d'Indépendance. Suivent quelques années plus indolentes qu'actives, d'où il émerge inopinément comme député du Var à la Convention. Il y siège à la Montagne, vote la mort de Louis XVI, est envoyé dans le Midi pour une missi […] Lire la suite

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Une chambre ou deux ? Monocamérisme ou bicamérisme ? Telle est la question que bon nombre de constituants se sont posés lorsqu'il s'est agi de mettre en place un Parlement. La tradition fait pencher la balance du côté du bicamérisme ou bicaméralisme puisque le Parlement anglais, la référence de tous les Parlements, est composé de deux assemblées : la Chambre des communes et la Chambre des lo […] Lire la suite

BIENS NATIONAUX

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 962 mots

Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série des lois et décrets qui régissent les biens nationaux. Une littérature abondante s'est attachée à éclairer cette questi […] Lire la suite

BUONARROTI PHILIPPE (1761-1837)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 587 mots

Né à Pise d'une noble famille toscane justement fière d'avoir donné au monde Michel-Ange, Philippe Buonarroti fait à l'université de Pise de bonnes études littéraires et juridiques. Fervent admirateur de Rousseau, il publie un journal, Gazetta universale , ce qui le fait attentivement surveiller par la police toscane. Franc-maçon, il est affilié aux Illuminés de Bavière (dont les options rationali […] Lire la suite

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 avril 2022 France. Condamnation d'anciens dirigeants de Wendel pour « fraude fiscale ».

L’ancien président du directoire de Wendel, Jean-Bernard Lafonta, considéré comme « instigateur » de la fraude, est condamné à quatre ans de prison avec sursis et à une amende. Ernest-Antoine Seillière, alors président non exécutif de Wendel, est condamné à trois ans de prison avec sursis et à la même amende. En 2021, les prévenus, à l’exception d’un seul, avaient conclu une transaction avec l’administration fiscale qui ramenait la majoration de l’impôt dû à 40 % au lieu de 80 %. […] Lire la suite

11-26 avril 2019 France. Reconnaissance de la responsabilité de Monsanto dans une intoxication.

Le 26, les actionnaires du groupe chimique allemand Bayer réunis en assemblée générale à Bonn refusent de donner quitus pour l’exercice 2018 au directoire du groupe dirigé par Werner Baumann qui est accusé d’avoir sous-estimé les risques du rachat de Monsanto en juin 2018. Les deux jugements rendus à l’encontre de Monsanto aux États-Unis en août 2018 et mars 2019 ont provoqué une chute de 38 p. […] Lire la suite

5 juillet 2018 Allemagne. Démission du président de ThyssenKrupp.

Le président du directoire du conglomérat ThyssenKrupp, Heinrich Hiesinger, présente sa démission, sous la pression de certains fonds d’actionnaires. Nommé en 2011, Heinrich Hiesinger est parvenu à restructurer le groupe qui se trouvait alors en difficulté financière. Il a notamment fusionné les activités de divers groupes sidérurgiques de la Ruhr avec le géant indien Tata au sein de ThyssenKrupp Steel Europe. […] Lire la suite

14-28 avril 2017 Suisse. Polémique relative aux bonus des dirigeants de Crédit suisse.

 100 du montant des bonus qu’elle envisageait de distribuer à son directoire pour l’exercice 2016, ainsi que le gel de la rémunération de son conseil d’administration. En 2015 et 2016, la banque a enregistré des pertes, respectivement de 2,9 et 2,7 milliards de francs suisses. L’initiative populaire « contre les rémunérations abusives » adoptée en mars 2013 donne plus de pouvoirs aux actionnaires pour décider des rémunérations dans les entreprises cotées. […] Lire la suite

18-27 septembre 2015 États-Unis – Allemagne. Dénonciation d’une fraude industrielle commise par Volkswagen.

Le 23, le président du directoire de VW, Martin Winterkorn, présente sa démission. Le 25, le conseil de surveillance de VW le remplace par Matthias Müller, jusque-là patron de Porsche. Le 27, le parquet de Brunswick (Basse-Saxe) ouvre une information judiciaire pour fraude contre Martin Winterkorn.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel EUDE, « DIRECTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/