ASSIGNATS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assignats gagés sur ces biens et les détenteurs pourront s'en servir pour acheter des biens nationaux vendus aux enchères. Opération avantageuse, puisque l'assignat porte 5 p. 100 d'intérêt : c'est en quelque sorte un bon du Trésor remboursable en biens fonciers. Les assignats donnés en paiement de ces biens seraient détruits. La première émission est de 400 millions de livres. Le 17 avril 1790, l'assignat est transformé en un papier-monnaie, portant intérêt à 3 p. 100 et à cours forcé, que l'État utilise pour tous ses paiements. Le 29 septembre, la Constituante décide de rembourser la dette exigible par une émission de 1 200 millions de livres sans intérêt. Dès lors, le processus inflationniste est engagé, d'autant que l'État se sert des assignats pour payer les dépenses courantes et s'abstient de détruire les assignats remis en paiement des biens nationaux. Les émissions se succèdent en 1791 et en 1792 ; l'assignat est déprécié à 43 p. 100 en juin 1792 : dépréciation fatale en raison de l'insuffisance du numéraire (encaisse métallique), de la méfiance des paysans, qui forment les quatre cinquièmes de la population française, et du public en général, inquiet de l'évolution des événements.

Assignat

Assignat

Photographie

Un assignat de 50 sols émis en 1790, pendant la Révolution française. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La Convention continue à émettre des assignats pour financer la guerre et assurer les dépenses de fonctionnement de l'État. Plus on émet d'assignats (émissions décidées secrètement par le Comité de salut public), plus ils se déprécient et plus les prix montent. Les mesures sévères de 1793 contre les trafics et contre la spéculation parviennent à enrayer la dépréciation, mais celle-ci reprend dès janvier 1794 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification


Autres références

«  ASSIGNATS  » est également traité dans :

BIENS NATIONAUX

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 962 mots

Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série des lois et décrets qui régissent les biens nationaux. Une littérature abondante s'est attachée à éclairer cette questi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biens-nationaux/#i_17214

CAMBON JOSEPH (1756-1820)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 434 mots

Originaire de Montpellier, issu d'une famille de négociants, de religion réformée, Cambon est élu à l'Assemblée législative par le département de l'Hérault. Il y révèle une connaissance des problèmes financiers qui attire l'attention sur lui. Ne demande-t-il pas un contrôle renforcé de la caisse de l'Extraordinaire et ne souligne-t-il pas les dangers de l'émission de trois cents millions d'assigna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-cambon/#i_17214

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Difficultés économiques et financières »  : […] Du point de vue économique, la France a très peu changé depuis 1789. Elle reste un pays essentiellement rural, dans lequel les travaux des champs n'ont pas été modifiés par les bouleversements politiques et sociaux. La « révolution agricole » amorcée vers le milieu du siècle sous l'influence des physiocrates se poursuit lentement. La jachère recule à peine, les prairies artificielles se heurtent à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/#i_17214

LAVOISIER ANTOINE LAURENT (1743-1794)

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 6 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'agronome et l'économiste »  : […] L'expérience agronomique que Lavoisier tira de l'exploitation de ses propriétés, dont il pesa la production, lui valut de faire partie, de 1785 à 1787, du Comité d'agriculture, où il se lia avec le physiocrate Pierre-Samuel Dupont et présenta plusieurs mémoires sur le parcage des bêtes à laine, sur les fumiers et sur le trèfle. Dans ce domaine de la chimie agricole, son œuvre devait être reprise e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-laurent-lavoisier/#i_17214

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La course au pouvoir (1796-1798) »  : […] À partir de 1795, le pays s'engage dans une réorganisation générale. Un système scolaire pyramidal est installé : les départements sont dotés d'écoles centrales (24 février 1795), elles-mêmes chapeautées par les grandes écoles créées l'année précédente (de santé, des arts et métiers, des travaux publics – future polytechnique – et normale), et enfin par l'Institut national (25 octobre 1795), qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_17214

Pour citer l’article

Michel EUDE, « ASSIGNATS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/assignats/