Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ASSIGNATS

Assignat - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Assignat

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assignats gagés sur ces biens et les détenteurs pourront s'en servir pour acheter des biens nationaux vendus aux enchères. Opération avantageuse, puisque l'assignat porte 5 p. 100 d'intérêt : c'est en quelque sorte un bon du Trésor remboursable en biens fonciers. Les assignats donnés en paiement de ces biens seraient détruits. La première émission est de 400 millions de livres. Le 17 avril 1790, l'assignat est transformé en un papier-monnaie, portant intérêt à 3 p. 100 et à cours forcé, que l'État utilise pour tous ses paiements. Le 29 septembre, la Constituante décide de rembourser la dette exigible par une émission de 1 200 millions de livres sans intérêt. Dès lors, le processus inflationniste est engagé, d'autant que l'État se sert des assignats pour payer les dépenses courantes et s'abstient de détruire les assignats remis en paiement des biens nationaux. Les émissions se succèdent en 1791 et en 1792 ; l'assignat est déprécié à 43 p. 100 en juin 1792 : dépréciation fatale en raison de l'insuffisance du numéraire (encaisse métallique), de la méfiance des paysans, qui forment les quatre cinquièmes de la population française, et du public en général, inquiet de l'évolution des événements.

La Convention continue à émettre des assignats pour financer la guerre et assurer les dépenses de fonctionnement de l'État. Plus on émet d'assignats (émissions décidées secrètement par le Comité de salut public), plus ils se déprécient et plus les prix montent. Les mesures sévères de 1793 contre les trafics et contre la spéculation parviennent à enrayer la dépréciation, mais celle-ci reprend dès janvier 1794 pour se poursuivre tout au long de l'an III. Le Directoire se montre incapable de sauver l'assignat et doit se résoudre à détruire, le 19 février 1796, les planches d'un papier-monnaie entièrement discrédité. Pour vendre ce qui restait de biens nationaux, il essaie d'émettre un nouveau papier, les mandats territoriaux, mais l'expérience n'est pas plus heureuse que la précédente : les mandats se déprécient rapidement et doivent être démonétisés à leur tour le 4 février 1797 (16 pluviôse an V).

La dépréciation continue des assignats avait permis à toute une classe aisée (bourgeoise et paysanne) de devenir propriétaire de biens fonciers à des prix très en dessous de leur valeur réelle.

— Michel EUDE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Pour citer cet article

Michel EUDE. ASSIGNATS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Assignat - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Assignat

Autres références

  • BIENS NATIONAUX

    • Écrit par
    • 966 mots

    Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série...

  • CAMBON JOSEPH (1756-1820)

    • Écrit par
    • 435 mots

    Originaire de Montpellier, issu d'une famille de négociants, de religion réformée, Cambon est élu à l'Assemblée législative par le département de l'Hérault. Il y révèle une connaissance des problèmes financiers qui attire l'attention sur lui. Ne demande-t-il pas un contrôle renforcé de la caisse...

  • DIRECTOIRE

    • Écrit par
    • 4 547 mots
    • 1 média
    ...Le Directoire avait hérité de la Convention une énorme quantité de papier-monnaie. Ne valant presque plus rien (moins que le prix du papier), l' assignat fut supprimé le 18 février 1796 et remplacé un mois plus tard par des mandats territoriaux gagés sur les biens nationaux non encore vendus....
  • LAVOISIER ANTOINE LAURENT (1743-1794)

    • Écrit par
    • 6 974 mots
    • 1 média
    ...après avoir été rejeté par le tiers état du bailliage, il fut accueilli par la noblesse qui l'élut député suppléant aux états généraux. La question des assignats retint d'autant plus son attention qu'il faisait partie de la Caisse d'escompte. À la Société de 1789, réunissant des partisans de la ...