PLATERESQUE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On doit voir dans le style plateresque une manière d'art national espagnol, dont l'originalité apparaît avec une particulière netteté par rapport à l'Escorial, qui lui sert en quelque sorte de repoussoir. La dénomination, qui semble impliquer une référence à l'orfèvrerie (platería), ne doit pas faire illusion, car le style plateresque n'a rien emprunté à l'art du métal : il combine avec une très grande liberté des éléments décoratifs d'origine très diverse, puisqu'on y décèle aussi bien une tradition gothique que des emprunts à la Renaissance italienne, sans compter les influences mudéjares plus ou moins puissantes ; le tout traité avec une fougue et un brio souvent synonymes d'exubérance. Toute une pléiade de talents illustre cet aspect original de la Renaissance en Espagne. Ils travaillèrent au service de l'Église et des grands, et ils élevèrent les monuments les plus divers, églises et palais, mais aussi hôpitaux et collèges universitaires.

Le premier plateresque, qui est le plus libre, voit le triomphe du décor sur des structures qui demeurent fréquemment gothiques. Il est notamment illustré par Enrique Egas, l'architecte des Rois Catholiques et par Juan de Álava, dont l'œuvre la plus marquante est le couvent de San Esteban, à Salamanque. Il prit un aspect très original à Tolède, à l'époque du cardinal Jiménez de Cisneros (1495-1517). Son architecte favori, Pedro Gumiel, développa un style au fort accent mudéjar dans l'université d'Alcalá de Henares.

Néanmoins, dès que Diego de Siloé eut remplacé Egas sur le chantier de la cathédrale de Grenade, l'influence de l'Italie se fit plus précise et plus insistante, car elle toucha désormais aux structures elles-mêmes. Ainsi commence un second plateresque, qui accorde une grande importance aux ordres architecturaux. Toute liberté n'est cependant pas bannie des créations de Rodrigo Gil de Hontañón, l'auteur du palais Monterrey, à Salamanque, et de la façade de l'université d'Alcalá de Henares. Un accent fortement hispanique se retrouve dans l'œuvre d'Alonso de Covarrubias. C'est contre cette liberté, aisément qualifiée de licence, que réagira Philippe II. Il favorisera la carrière d'artistes imbus des principes d'une Renaissance puriste et sévère.

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  PLATERESQUE ART  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 283 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le style plateresque »  : […] C'est dans le domaine de l'architecture que l'originalité de la Castille fut la plus grande. Jusqu'à l'ouverture du chantier de l'Escorial, le génie local y fit preuve d'une étonnante vigueur. Alors que, dans la construction religieuse, le style gothique allait se maintenir, durant une bonne partie du xvi e  siècle, sur des chantiers aussi importants que ceux des cathédrales de Salamanque et de Sé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_1686

HONTAÑÓN RODRIGO GIL DE (1500-1577)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 334 mots

Architecte espagnol, né vers 1500 à Burgos, mort le 31 mai 1577 à Ségovie. Rodrigo Gil de Hontañón est le fils de Juan Gil de Hontañón. Né vers 1480, ce dernier travaille à Burgos avec Simon de Cologne, membre d'une famille d'architectes allemands qui ont construit de nombreux édifices importants en Espagne. Nommé maestro mayor (maître d'œuvre) de la cathédrale de Ségovie, il en dessine les plans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodrigo-gil-de-hontanon/#i_1686

SALAMANQUE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 698 mots
  •  • 4 médias

Cité restant attachée à un passé qui fut surtout celui de la haute culture et de la vie spirituelle, Salamanque a deux foyers qui sont presque confondus tant ils sont proches : l'université et la cathédrale. Il existe en réalité deux cathédrales. L'une, romane, illustre le type de la grande église castillane du xii e siècle, déjà travaillée par les premières influences gothiques. Elle doit son or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salamanque/#i_1686

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la libération de l'ornement à la crise de rigorisme »  : […] Le mariage de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille en 1469 ouvrit pour l'Espagne une ère nouvelle d'unité, de puissance et de grandes aventures. À peine la prise de Grenade a-t-elle mis fin à la Reconquête que commence la conquête de l'Amérique. Celle-ci assurera des ressources considérables au bénéfice exclusif de la Castille et de l'Andalousie. Dans ces mêmes années, l'Espagne s'insère d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_1686

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 387 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'architecture et la sculpture à Grenade »  : […] Le départ fut donné à Grenade, aussitôt après la Reconquête. Les Rois Catholiques marquèrent pour cette cité ardemment désirée une prédilection qui ne se démentit jamais. C'est là que la reine Isabelle reçut Colomb et lui accorda son appui. C'est également dans cette ville chère à leur cœur qu'elle et son mari voulurent reposer. Rapidement, les meilleurs artistes du royaume furent appelés. Enriqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_1686

CASTILHO JOÃO DE (actif entre 1515 et 1552)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 128 mots

Architecte espagnol. Peut-être originaire de Biscaye, Jo ao de Castilho fait toute sa carrière au Portugal. Il succède à Boytac sur le chantier des Jerónimos de Belém en 1517 et termine l'église, le cloître et les bâtiments conventuels dans le style plateresque. Il achève également le portail sud qui se distingue par la richesse de son décor. À deux reprises, et surtout de 1533 à sa mort, il trava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joao-de-castilho/#i_1686

COVARRUBIAS ALONSO DE (1488-1570)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Décorateur et architecte espagnol, Covarrubias commence d'abord une carrière d'ornemaniste plateresque en utilisant un répertoire d'arabesques et de grotesques emprunté à la Renaissance italienne. Son intervention est signalée à Sigüenza (chapelle de Santa Librada), à Tolède (façade, escalier et patio de l'hôpital de Santa Cruz, dessinés par Egas) et à Guadalajara. À partir de 1534, il fait davant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alonso-de-covarrubias/#i_1686

GALICE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 3 522 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XVIe siècle »  : […] Enrique Egas construit à la demande des Rois Catholiques l' hôpital des pèlerins de saint Jacques (1501-1511), en prenant pour modèle le parti architectural proposé par l' Ospedale Maggiore de Filarete à Milan. Les bâtiments, dessinant une croix grecque inscrite dans un carré, sont répartis autour de quatre cours fermées, et un autel est placé à la croisée. La chapelle est encore toute gothique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galice/#i_1686

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « PLATERESQUE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-plateresque/