DÉRIVE DES CONTINENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Dérive des continents

Dérive des continents
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Le golfe d’Aden et la mer Rouge

Le golfe d’Aden et la mer Rouge
Crédits : NASA

photographie

Positions des continents au cours des derniers 200 millions d'années

Positions des continents au cours des derniers 200 millions d'années
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Répartition des deux faunes cambriennes de part et d'autre de l'Atlantique actuel

Répartition des deux faunes cambriennes de part et d'autre de l'Atlantique actuel
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


La tectonique des plaques est formulée de façon synthétique dans deux articles publiés en 1968, l'un signé par l'Américain W. Jason Morgan, l'autre par le Français Xavier Le Pichon. Ces deux chercheurs s'étaient « appuyés sur les épaules de géants », parmi lesquels John Tuzo Wilson, qui avait proposé la notion de faille transformante. Ce dernier écrivit en 1969 cet article, qui est repris quasi intégralement.

La dérive des continents est la théorie selon laquelle les blocs continentaux se déplacent lentement à la surface de la Terre par rapport aux pôles et les uns par rapport aux autres, en se morcelant et en se reconstituant éventuellement selon un arrangement différent. Certains partisans de la théorie considèrent que ce processus a débuté il y a seulement 200 millions d'années ; d'autres qu'il existe depuis beaucoup plus longtemps, de façon plus ou moins continuelle, et qu'ainsi tout continent actuel serait une véritable mosaïque ; mais les uns et les autres s'accordent pour évaluer la vitesse des déplacements à quelques centimètres par an, c'est-à-dire un ordre de grandeur voisin de ce que l'on enregistre le long des failles vivantes de Californie ou de Nouvelle-Zélande.

Dérive des continents

Dérive des continents

Vidéo

Les continents tels que nous les connaissons aujourd'hui formaient autrefois un continent unique : la Pangée. Les grandes lignes d'une « dérive » qui s'est étendue sur 250 millions d'années.Il y a 250 millions d'années, les continents étaient réunis en un seul bloc. Ce continent unique est... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

La théorie a connu de nombreuses variantes : Wegener admettait que les continents se déplaçaient comme des navires sur un fond océanique assez plastique. Aujourd'hui, la plupart des auteurs considèrent les continents comme ancrés à la surface du globe, tels des radeaux pris dans la glace, leurs déplacements étant alors dus à l'expansion du fond des océans, à partir de dorsales médio-océaniques, et à sa réabsorption en d'autres lieux du globe, principalement sous les fosses océaniques et les montagnes jeunes. Les continents seraient donc déplacés passivement, enfoncés plus ou moins dans des panneaux mobiles du « manteau » supérieur (X. Le Pichon, 1968). Cette thèse est étayée par la preuve qu'ont acquis les spécialistes de l'existence, à l'intérieur du globe, d'une couche déformable, l'asthénosphère, située entre 50 et 400 kilomètres de prof [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉRIVE DES CONTINENTS  » est également traité dans :

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques. Wegener y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-en-bref/

DÉRIVE DES CONTINENTS (modélisation numérique)

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

C'est en 1912 que l'astronome et climatologue allemand Alfred Wegener introduit dans la science moderne l'hypothèse, déjà émise au xvie siècle, d'une dérive des continents, et l'existence d'un ancien supercontinent, la Pangée. Pour autant, les forces m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-modelisation-numerique/#i_37463

PREUVE PALÉOMAGNÉTIQUE POUR LA DÉRIVE DES CONTINENTS (S. K. Runcorn)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 607 mots

Aumilieu du xxe siècle, en sciences de la Terre, alors que fixistes et mobilistes s'opposent, une découverte majeure va faire évoluer le débat : l'aimantation naturelle rémanente (A.N.R.) de certaines roches, ou aimantation fossile permanente. Le principe en est simple : certaines roches gardent en mémoire les caractéristiques (direction et latitude) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-paleomagnetique-pour-la-derive-des-continents/#i_37463

AFAR DÉPRESSION DE L'

  • Écrit par 
  • Georges MOTTAY
  •  • 497 mots
  •  • 2 médias

Vaste dépression située au sud de la mer Rouge en Érythrée et en Éthiopie et qui se poursuit au Kenya, en Tanzanie et au Mozambique. Ce nom est celui des nomades qui habitent cette région, les Afars, appelés Danakil par les Arabes et les Abyssins. « Danakil » est également employé pour décrire la partie nord de la dépression. Du point de vue géologique, l'Afar est d'une importance considérable dep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-de-l-afar/#i_37463

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 175 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale nucléaire »  : […] Comprenant l'extrême sud du Guatemala, le Salvador, le Honduras et la plus grande partie du Nicaragua, l'Amérique centrale nucléaire est séparée de l'extrême sud du continent nord-américain par la zone de faille senestre de la transversale de Polochic-Motagua. Elle est caractérisée par la présence d'un «  noyau » continental d'âge précambrien-paléozoïque, métamorphique, qui comprend les formations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-geologie/#i_37463

BIOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Daniel GOUJET
  •  • 11 054 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La biogéographie de la vicariance »  : […] Cette seconde école de biogéographie historique prend sa source au début du xix e  siècle, principalement dans les travaux de botanistes tels que Alexander von Humboldt, Augustin Pyrame de Candolle ou Philip Sclater. Pour eux, la recherche des centres d'origine n'est pas importante ; en revanche, l'analyse des flores avec leurs formes endémiques r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biogeographie/#i_37463

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 584 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les causes des variations climatiques »  : […] Périodes chaudes, périodes froides, glaciations : le climat à la surface de la Terre a constamment varié au cours des temps. On peut distinguer trois types de causes aux variations climatiques. En premier lieu, le climat est directement fonction de la quantité d’énergie solaire reçue par la Terre. Or l’activité du Soleil est sujette à des fluctuations. Elle a évolué depuis 4,5 milliards d’années  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/climats-notions-de-base/#i_37463

DIETZ ROBERT SINCLAIR (1914-1995)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 524 mots

Le géophysicien et océanographe américain Robert Sinclair Dietz est surtout connu pour avoir formulé avec son compatriote et collègue, le géologue Harry Hammond Hess (1906-1969), l’hypothèse de l’expansion des fonds océaniques ( seafloor spreading ). Robert Sinclair Dietz naît le 14 septembre 1914, à Westfield (New Jersey). Il étudie à l’université d’Illinois, où il obtient u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-sinclair-dietz/#i_37463

EVEREST GEORGE (1790-1866)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

Géographe britannique né le 4 juillet 1790 à Crickhowell (Pays de Galles), George Everest est surtout connu pour avoir donné son nom à la plus haute cime terrestre. Cette reconnaissance lui vient de ses travaux de cartographie de l’Inde, par lesquels il a précisé, notamment, la localisation et la mesure de l’altitude des plus hauts sommets du monde. Pourtant, Everest a marqué l’histoire des scien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-everest/#i_37463

GÉODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 3 405 mots

Dans le chapitre « Géodynamique interne »  : […] L'intérieur de la Terre n'est pas inerte, mais est le siège d'une évolution à très long terme ; un certain nombre de phénomènes, assez différents les uns des autres, en apportent le témoignage. Le fait est d'autant plus remarquable que, dans la mesure où l'exploration du système solaire a permis d'aborder l'étude détaillée d'autres objets (la Lune, Mercure, Vénus, Mars et certains satellites des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geodynamique/#i_37463

GONDWANA

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK, 
  • Michel WATERLOT
  •  • 2 441 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Reconstitutions et fragmentation du Gondwana »  : […] Dans l'esprit de nombreux géologues contemporains, le Gondwana était constitué d'un bloc compact autour du pôle (Sud) du Paléozoïque supérieur, rassemblant, comme on vient de le voir, Amérique du Sud, Afrique, Arabie, Madagascar, Inde, Australie et Antarctique. Cependant, à la suite des nombreux travaux réalisés notamment en Asie méridionale et autour du Pacifique, il s'avère que la réalité est be […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gondwana/#i_37463

HESS HARRY HAMMOND (1906-1969)

  • Écrit par 
  • Stéphane GUILLOT
  •  • 355 mots

Harry Hess fut un géologue américain du xx e  siècle. Professeur de géologie à l'université Princeton (New Jersey, États-Unis), il joua un rôle prédominant dans l'émergence de la théorie de la tectonique des plaques. Harry Hammond Hess naît le 24 mai 1906 à New York. Il a neuf ans lorsque Alfred Wegener publie, en 1915, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harry-hammond-hess/#i_37463

HISTOIRE DES BASSINS OCÉANIQUES (H. H. Hess)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 266 mots

Dans son ouvrage majeur, Histoire des bassins océaniques , l'Américain Harry Hammond Hess (1906-1969), professeur à l'université de Princeton, soutient que le plancher océanique se forme au niveau des dorsales, y dérive de part et d'autre à la manière d'un double « tapis roulant », puis plonge au niveau des fosses qui bordent certains continents. De plus, Hess attribue le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-bassins-oceaniques/#i_37463

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 375 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les trapps du Deccan »  : […] Les trapps du Deccan forment un immense plateau couvrant presque le tiers de la surface de la péninsule indienne. Il s'agit d'une très importante masse de matériel volcanique constituée de basaltes alcalins, épaisse parfois de plus de 1 000 mètres et mise en place très rapidement, en 1 à 2 Ma, à la limite Crétacé-Paléocène ; il s'agit donc d'un phénomène de type catastrophique, qui est parfois in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_37463

INDIEN OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 6 085 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Géophysique »  : […] Dès 1888, E.  Suess notait la ressemblance géologique entre les terres qui bordent l'océan Indien et l'Atlantique Sud, et supposait qu'elles avaient été autrefois réunies en un continent unique, le Gondwana. Depuis lors, la théorie de la dérive des continents, due à A. Wegener, a permis de comprendre comment se continent, encore cohérent à la fin du Paléozoïque, a pu se rompre en éléments aujourd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-indien/#i_37463

LITHOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Marc DAIGNIÈRES, 
  • Adolphe NICOLAS
  •  • 6 961 mots
  •  • 10 médias

Dès la naissance de la géophysique et de la géodynamique, les continents furent considérés comme un ensemble de masses rigides, le sial (acronyme de si lice et al umine) flottant sur un manteau fluide, le sima (acronyme de si lice et ma gnésium). Ainsi fut introduite en gravimétrie la notion de compensation iso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithosphere/#i_37463

MARGES CONTINENTALES

  • Écrit par 
  • Gilbert BOILLOT
  •  • 4 316 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le « rifting » et la naissance des marges passives de divergence »  : […] Les marges passives de divergence (ou d'arrachement) gardent la mémoire du stade initial de la dérive continentale, lorsque le continent originel a été partagé en deux par une déchirure lithosphérique (en anglais : rift ), qui est en quelque sorte l'embryon d'un océan. À cet endroit, la lithosphère (y compris la croûte continentale) a été étirée et amincie par le début d'écar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marges-continentales/#i_37463

MONTAGNES - Formation des chaînes de montagnes

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Maurice MATTAUER, 
  • Jacques-Louis MERCIER
  •  • 11 316 mots
  •  • 10 médias

À la surface de la Terre, les zones de relief élevé qui forment ce que l'on appelle des « chaînes de montagnes » constituent un trait morphologique de première importance, comparable à celui des dorsales qui sillonnent le fond des océans. Les chaînes de montagnes correspondent donc à un marqueur géologique de premier ordre qui nous renseigne sur le fonctionnement de notre planète. Les géologues l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montagnes-formation-des-chaines-de-montagnes/#i_37463

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Étude des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Gérard GRAU, 
  • Lucien MONTADERT, 
  • Claude SALLÉ
  •  • 4 245 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Zones profondes »  : […] C'est dans le domaine de la sédimentation des zones profondes que les résultats les plus nouveaux ont été acquis. Contrairement aux idées anciennes liées au concept de la permanence des océans, on a mis en évidence une forte variabilité de la distribution des sédiments et l'influence de trois facteurs principaux : – La productivité des océans en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-geologie-sous-marine-etude-des-fonds-sous-marins/#i_37463

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 070 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Naissance de l’océanographie »  : […] À la fin du x viii e  siècle et au siècle suivant, à l’initiative des États, à des fins de connaissance mais aussi de colonisation, les Français et les Anglais entreprennent des voyages d’exploration des océans qui associent marins et naturalistes. Ces expéditions révèlent des aspects nouveaux du monde, de sa géographie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanographie/#i_37463

PALÉOCLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 8 061 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Dérive des continents et tectonique des plaques »  : […] L'étude du paléomagnétisme indique que les plaques continentales ne sont pas solidaires du manteau mais flottent à sa surface. Les processus d'expansion des fonds océaniques modifient à une allure de l'ordre de quelques centimètres par an la position relative des continents les uns par rapport aux autres. Aussi un observateur resté immobile à la surface des continents aurait-il vu défiler des lat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoclimatologie/#i_37463

PALÉOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 4 974 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une géographie mobile »  : […] L’idée d’une géographie mobile, non figée, n’est pas récente. Dès l’Antiquité, certains avaient envisagé l’existence de changements dans la répartition des terres émergées et des mers, puis, dès le xvi e  siècle, quelques précurseurs supposaient déjà des modifications de grande ampleur à l’échelle des continents. Cette idée s’appuyait essentiellem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleogeographie/#i_37463

PALÉOMAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VALET
  •  • 5 029 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dérive des continents »  : […] Si les continents ont subi une dérive au cours du temps, les positions successives des pôles vont tracer une courbe appelée courbe de dérive apparente du pôle . Les paléomagnéticiens ont rapidement remarqué que les formations récentes du Quaternaire et du Tertiaire présentaient un pôle magnétique effectivement confondu avec le pôle géographique. En revanche, pour les époques plus reculées (antér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleomagnetisme/#i_37463

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Cadre paléogéographique et géodynamique »  : […] Le cadre paléocontinental global du Paléozoïque est totalement différent de l'actuel ; parti d'un supercontinent fini-protérozoïque, la Pannotia, il évolue vers un autre supercontinent unique à la fin du Permien, la Pangée. Au début du Paléozoïque, un supercontinent austral nommé Gondwana faisait face à un ensemble de continents « septentrionaux » séparés – les blocs Baltica (Europe du Nord), Sib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_37463

PONTS CONTINENTAUX, biogéographie

  • Écrit par 
  • Agnès BEAUGRAND
  •  • 587 mots
  •  • 1 média

Communications intercontinentales hypothétiques invoquées par les paléogéographes et les géologues pour expliquer les analogies anciennes ou actuelles entre les faunes de continents aujourd'hui isolés. On distingue deux groupes de ponts continentaux : les uns se situeraient sur l'emplacement de mers épicontinentales, peu profondes ; les autres joindraient des continents actuellement séparés par de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ponts-continentaux-biogeographie/#i_37463

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Sismicité et tectonique des plaques

  • Écrit par 
  • Roland GAULON, 
  • Jean-Pierre ROTHÉ
  •  • 5 553 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les zones sismiques du globe »  : […] Grâce à l'augmentation du nombre et de la sensibilité des stations sismologiques, plusieurs milliers de séismes peuvent être étudiés chaque année. Pour la seule année 1981, le service sismologique américain a déterminé par ordinateur les coordonnées hypocentrales de 6 784 séismes : 5 255 d'entre eux avaient leur foyer à moins de 71 kilomètres de profondeur (foyers « normaux »), 1 304 à une profon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seismes-et-sismologie-sismicite-et-tectonique-des-plaques/#i_37463

SUPERCONTINENTS

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 888 mots
  •  • 1 média

La dérive des continents est la manifestation de la dynamique interne de la Terre. Les mouvements de la croûte sont l’expression en surface de la convection du magma du manteau terrestre : les roches profondes se déforment à la manière d’un fluide très visqueux pour transporter la chaleur interne vers la surface. Les déplacements crustaux sont très importants et observables . Alfred Wegener propo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supercontinents/#i_37463

TECTONIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Serge BOGDANOFF
  •  • 6 680 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mégatectonique ou géotectonique »  : […] La mégatectonique est restée longtemps du domaine de la théorie jusqu'au moment où se sont développées les études géophysiques concernant la croûte terrestre et le manteau supérieur. C'est le domaine de la géotectonique, dont la forme la plus récente est la « tectonique globale », qui intéresse pour l'essentiel la tectonophysique (cf.  tectonophysique , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonique/#i_37463

LA TECTONIQUE DE L'ASIE (É. Argand)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 186 mots

Dans les années 1920-1930, le géologue suisse Émile Argand (1879-1940), qui est un spécialiste des Alpes et des chaînes alpines, devient l'un des alliés d'Alfred Wegener et de sa théorie de la dérive des continents. Au moment où le débat fait rage entre les partisans du mobilisme et ceux du fixisme, Argand applique, dans son ouvrage La Tectonique de l'Asie (1992), les idées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tectonique-de-l-asie/#i_37463

TECTONIQUE DES PLAQUES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 7 545 mots
  •  • 16 médias

La tectonique des plaques est née en 1968 sous la forme d'une théorie de l'évolution de la surface du globe dans son entier, d'où le nom qu'on lui donne souvent de tectonique globale. Fondée sur une approche géophysique, elle a, depuis lors, été l'objet de nombreuses vérifications qui en ont fait une théorie largement admise, rendant désuètes toutes les autres théories orogéniques, ou du moins le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonique-des-plaques/#i_37463

TECTONOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 686 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Migration des pôles et mobilité continentale »  : […] Le paléomagnétisme apporta ensuite de nouvelles informations. Le principe consiste à retrouver, dans des roches d'un âge déterminé, l'orientation du champ magnétique au moment de leur formation, qu'il s'agisse de roches sédimentaires comportant des particules magnétiques qui se sont orientées dans le champ au moment de leur sédimentation, ou de roches magmatiques qui ont fossilisé le champ magnét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonophysique/#i_37463

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Mouvements dans le globe terrestre »  : […] Si les connaissances sur la forme et la structure du globe terrestre sont dues, pour l'essentiel, à la gravimétrie et à la sismologie, le magnétisme est à l'origine de la découverte et de la mesure des mouvements dans le globe. Le champ magnétique terrestre correspond à un dipôle magnétique dont l'orientation ne coïncide pas avec l'axe de rotation de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-la-planete-terre/#i_37463

TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 7 133 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Glaciation locale ou générale au Précambrien tardif ? »  : […] Dans les années 1950, l’origine glaciaire des tillites varangiennes est remise en cause. Cependant, en 1964, Brian Harland, géologue à Cambridge, les réexamine et confirme que la plupart d’entre elles sont bien d’origine glaciaire. Leur répartition quasi mondiale laisse supposer la présence de glace à toutes les latitudes, hypothèse assez mal acceptée. Mais le paléomagnétisme naissant modifie les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-de-la-terre-boule-de-neige/#i_37463

TÉTHYS

  • Écrit par 
  • Olivier MONOD
  •  • 5 214 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] C'est à Melchior Neumayr que l'on doit, en 1885, l'identification d'un domaine marin, continu au Jurassique, disposé équatorialement et en partie superposé à la chaîne alpine. Ce domaine, désigné comme « Zentrales Mittelmeer » , séparait plusieurs masses continentales, situées au nord, d'un grand continent « brésilien-éthiopien » et « indo-malgache », situé au sud, préfiguration du futur Gondwana. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tethys/#i_37463

WEGENER ALFRED (1880-1930)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 3 041 mots

Dans le chapitre « Vers une théorie globale des grandes structures de la Terre »  : […] Si les analogies biologiques et structurales entre certains continents montrent que ceux-ci furent en relation, si la théorie de l'isostasie prouve que des parties continentales n'ont pas pu disparaître en s'enfonçant dans le sima, si les côtes de part et d'autre de l'Atlantique semblent pouvoir s'emboîter, c'est donc que les continents se déplacent horizontalement à la surface du globe ; c'est la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-wegener/#i_37463

Voir aussi

Pour citer l’article

John Tuzo WILSON, « DÉRIVE DES CONTINENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents/