PREUVE PALÉOMAGNÉTIQUE POUR LA DÉRIVE DES CONTINENTS (S. K. Runcorn)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au milieu du xxe siècle, en sciences de la Terre, alors que fixistes et mobilistes s'opposent, une découverte majeure va faire évoluer le débat : l'aimantation naturelle rémanente (A.N.R.) de certaines roches, ou aimantation fossile permanente. Le principe en est simple : certaines roches gardent en mémoire les caractéristiques (direction et latitude) du champ magnétique terrestre qui régnait à l'époque de leur formation. Si l'on connaît l'âge des roches qui présentent une A.N.R., il devient possible d'établir l'histoire des variations du champ magnétique terrestre.

Deux équipes anglaises s'attellent à la tâche de l'histoire des changements du champ magnétique terrestre : d'une part, celle de l'université de Cambridge, dont fait partie Stanley Keith Runcorn (1922-1995), et, d'autre part, celle de l'Imperial College de Londres. L'équipe de Cambridge procède à la première étude paléomagnétique, en Angleterre, sur des roches remontant au Trias. Elle constate que l'orientation du champ magnétique de ces roches sédimentaires ne coïncide pas avec celle du champ mesuré aujourd'hui. Les chercheurs de l'Imperial College décident alors de vérifier sur d'autres continents l'existence de ce qu'on appelle alors une « dérive du pôle Nord » : en Afrique du Sud, en Australie, au Canada et, plus particulièrement, en Inde, avec les immenses trapps (énormes empilements de coulées de lave sur des surfaces de plusieurs milliers de km2) du Deccan. Même constatation, par rapport à l'Inde, si on considère le pôle magnétique comme fixe (hypothèse qui n'est alors que chuchotée), l'Inde aurait effectué un mouvement lent vers le nord-est entre le Jurassique et la fin du Tertiaire.

Runcorn propose ainsi de définir les positions du paléopôle magnétique pour diverses époques géologiques et dans différentes régions. Les années 1940 et 1950 verront s'effectuer une série de mesures et de synthèses.

Avec son équipe, Runcorn établit au milieu des années 1950 que « le pôle Nord se trouvait au milieu du Pacifique, vers Hawaii, puis qu'il a migré vers l'ouest pour atteindre le continent asiatique, au sud [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « PREUVE PALÉOMAGNÉTIQUE POUR LA DÉRIVE DES CONTINENTS (S. K. Runcorn) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-paleomagnetique-pour-la-derive-des-continents/