DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques. Wegener y suppose que les continents actuels étaient regroupés à une certaine époque en un bloc unique qui s'est ensuite fragmenté, les différents morceaux s'étant déplacés horizontalement, à la manière de radeaux, jusqu'à leur position actuelle, qui est elle-même provisoire. En fait, Wegener ne fait là qu'opérer la synthèse d'observations et de travaux antérieurs.

En effet, à la fin du xviiie siècle, le naturaliste et explorateur allemand Alexander von Humboldt (1769-1859) avait déjà considéré que les analogies de contours entre les côtes est de l'Amérique et les côtes ouest de l'Afrique, qui semblent pouvoir s'emboîter, ne pouvaient être le fruit du pur hasard. Il soulignait, de plus, que les montagnes du Brésil ont les mêmes caractéristiques que celles du Congo, que la grande plaine de l'Amazonie se trouve en face de celles qui bordent le golfe de Guinée, morphologiquement semblables. Il est ainsi conduit à considérer l'océan Atlantique comme une simple vallée creusée dans un vaste continent qui aurait été remplie par les « eaux du Déluge ». Cette idée d'un vaste continent unique fut étayée par des observations d'ordre naturaliste : des fossiles d'une fougère, Glossopteris, et d'un petit reptile, Mesosaurus, âgés d'environ 250 millions d'années, affleurent sur des continents fort éloignés, comme l'Australie, l'Inde, l'Afrique ou l'Amérique du Sud. Pour expliquer la présence d'espèces biologiques identiques sur ces continents disjoints, le géologue autrichien Eduard Suess (1831-1914) proposa que des « ponts continentaux » avaient existé entre ces continents de l'hémisphère Sud. Ces ponts se seraient ensuite effondrés dans les océans.

Les mesures gravimétriques effectuées, d'une part, par Pierre Bouguer (1698-1758) dans les Andes et, d'autre part, par George Everest (1790-1866) dans l'Himalaya, puis les travaux de Clarence E. Dutton (1841-1912) montrèrent des différences de densité entre les divers éléments de la croûte terrestre : les continents, appelés sial à l'époque (pour silicium et aluminium, principaux éléments du granite, qui constitue l'essentiel des continents), plus légers flottent sur une couche plus dense, le sima (pour silicium et magnésium, principaux éléments du basalte), formant le fond des océans. Dutton explique ainsi que les montagnes possèdent une racine plus importante pour pallier leur plus faible densité et rétablir l'équilibre de la croûte terrestre, et que ces reliefs remontent au cours de leur érosion, à la manière d'une péniche qui s'élève lorsqu'elle est déchargée : c'est la théorie de l'isostasie, qui mit à mal l'hypothèse de Suess. En effet, si des mouvements verticaux ascendants peuvent s'expliquer, l'effondrement des ponts continentaux dans le sima est incompatible avec l'isostasie.

Si les analogies biologiques et structurales entre certains continents montrent que ceux-ci furent en relation, si la théorie de l'isostasie prouve que des parties continentales n'ont pas pu disparaître en s'enfonçant dans le sima, si les côtes de part et d'autre de l'Atlantique semblent pouvoir s'emboîter, c'est donc que les continents se déplacent horizontalement à la surface du globe ; c'est la « translation des continents » (le terme de « dérive » ne sera employé que plus tard). L'hypothèse de Wegener, formalisée par la publication de La Genèse des continents et des océans en 1915, se heurta d'emblée à une farouche opposition, puis sépara les « fixistes » des « mobilistes », avant d'être totalement reconnue avec la théorie de la tectonique des plaques plus d'un demi-siècle plus tard.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  DÉRIVE DES CONTINENTS  » est également traité dans :

DÉRIVE DES CONTINENTS

  • Écrit par 
  • John Tuzo WILSON
  • , Universalis
  •  • 3 391 mots
  •  • 10 médias

La tectonique des plaques est formulée de façon synthétique dans deux articles publiés en 1968, l'un signé par l'Américain W. Jason Morgan, l'autre par le Français Xavier Le Pichon. Ces deux chercheurs s'étaient « appuyés sur les épaules de géants », parmi lesquels John Tuzo Wilson, qui avait proposé la notion de faille transformante. Ce derni […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS (modélisation numérique)

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

C'est en 1912 que l'astronome et climatologue allemand Alfred Wegener introduit dans la science moderne l'hypothèse, déjà émise au xvie siècle, d'une dérive des continents, et l'existence d'un ancien supercontinent, la Pangée. Pour autant, les forces m […] Lire la suite

PREUVE PALÉOMAGNÉTIQUE POUR LA DÉRIVE DES CONTINENTS (S. K. Runcorn)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 607 mots

Aumilieu du xxe siècle, en sciences de la Terre, alors que fixistes et mobilistes s'opposent, une découverte majeure va faire évoluer le débat : l'aimantation naturelle rémanente (A.N.R.) de certaines roches, ou aimantation fossile permanente. Le principe en est simple : certaines roches gardent en mémoire les caractéristiques (direction et latitude) […] Lire la suite

AFAR DÉPRESSION DE L'

  • Écrit par 
  • Georges MOTTAY
  •  • 497 mots
  •  • 1 média

Vaste dépression située au sud de la mer Rouge en Érythrée et en Éthiopie et qui se poursuit au Kenya, en Tanzanie et au Mozambique. Ce nom est celui des nomades qui habitent cette région, les Afars, appelés Danakil par les Arabes et les Abyssins. « Danakil » est également employé pour décrire la partie nord de la dépression. Du point de vue géologique, l'Afar est d'une importance considérable dep […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale nucléaire »  : […] Comprenant l'extrême sud du Guatemala, le Salvador, le Honduras et la plus grande partie du Nicaragua, l'Amérique centrale nucléaire est séparée de l'extrême sud du continent nord-américain par la zone de faille senestre de la transversale de Polochic-Motagua. Elle est caractérisée par la présence d'un «  noyau » continental d'âge précambrien-paléozoïque, métamorphique, qui comprend les formations […] Lire la suite

BIOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Daniel GOUJET
  •  • 11 061 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La biogéographie de la vicariance »  : […] Cette seconde école de biogéographie historique prend sa source au début du xix e  siècle, principalement dans les travaux de botanistes tels que Alexander von Humboldt, Augustin Pyrame de Candolle ou Philip Sclater. Pour eux, la recherche des centres d'origine n'est pas importante ; en revanche, l'analyse des flores avec leurs formes endémiques renseigne sur l'état de la géographie et l'histoire […] Lire la suite

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 588 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les causes des variations climatiques »  : […] Périodes chaudes, périodes froides, glaciations : le climat à la surface de la Terre a constamment varié au cours des temps. On peut distinguer trois types de causes aux variations climatiques. En premier lieu, le climat est directement fonction de la quantité d’énergie solaire reçue par la Terre. Or l’activité du Soleil est sujette à des fluctuations. Elle a évolué depuis 4,5 milliards d’années  […] Lire la suite

DIETZ ROBERT SINCLAIR (1914-1995)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 524 mots

Le géophysicien et océanographe américain Robert Sinclair Dietz est surtout connu pour avoir formulé avec son compatriote et collègue, le géologue Harry Hammond Hess (1906-1969), l’hypothèse de l’expansion des fonds océaniques ( seafloor spreading ). Robert Sinclair Dietz naît le 14 septembre 1914, à Westfield (New Jersey). Il étudie à l’université d’Illinois, où il obtient une licence en 1937, pu […] Lire la suite

EVEREST GEORGE (1790-1866)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

Géographe britannique né le 4 juillet 1790 à Crickhowell (Pays de Galles), George Everest est surtout connu pour avoir donné son nom à la plus haute cime terrestre. Cette reconnaissance lui vient de ses travaux de cartographie de l’Inde, par lesquels il a précisé, notamment, la localisation et la mesure de l’altitude des plus hauts sommets du monde. Pourtant, Everest a marqué l’histoire des scien […] Lire la suite

GÉODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 3 405 mots

Dans le chapitre « Géodynamique interne »  : […] L'intérieur de la Terre n'est pas inerte, mais est le siège d'une évolution à très long terme ; un certain nombre de phénomènes, assez différents les uns des autres, en apportent le témoignage. Le fait est d'autant plus remarquable que, dans la mesure où l'exploration du système solaire a permis d'aborder l'étude détaillée d'autres objets (la Lune, Mercure, Vénus, Mars et certains satellites des p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-en-bref/