BOUGUER PIERRE (1698-1758)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géophysicien français né le 16 février 1698 au Croisic, mort le 15 août 1758 à Paris, fondateur de la photométrie (mesure de l'intensité lumineuse).

Enfant prodige, Pierre Bouguer apprend avec son père, Jean Bouguer, l'hydrographie et les mathématiques. À la mort de ce dernier, il n'a que quinze ans, mais le remplace comme professeur à l'Académie royale d'hydrographie. Pendant les années 1720, il procède aux premières mesures photométriques en astronomie. Il compare notamment l'éclat apparent (magnitude) des corps célestes à celui d'une simple flamme de bougie qu'il prend comme référence. Il réalise des tables de réfraction atmosphérique, fait des recherches sur l'absorption de la lumière dans l'atmosphère et formule la loi de Bouguer (connue aussi sous le nom de loi de Lambert). Celle-ci concerne l'atténuation d'un rayon lumineux en milieu transparent. En 1729, il publie cette loi et ses divers travaux de photométrie dans un ouvrage intitulé Essai d'optique sur la gradation de la lumière.

En 1736, il part en expédition au Pérou avec Charles-Marie de La Condamine afin de mesurer un arc du méridien au niveau de l'équateur. À son retour en 1743, grâce aux résultats obtenus, il donne une meilleure description de la forme de la Terre. Ce travail est publié en 1749 sous le titre La Figure de la Terre. Pierre Bouguer mesure aussi à l'aide d'un pendule la gravité à différentes altitudes et est le premier à essayer de quantifier la poussée horizontale des montagnes sous l'effet de la gravitation. Il observe une différence entre la force de gravité mesurée sur un haut plateau et celle calculée en fonction de l'altitude de celui-ci : l'attraction gravitationnelle des reliefs semble plus faible comme s'il y avait un manque de matière, comme si les montagnes étaient creuses. Cette différence sera expliquée en 1889 par Clarence E. Dutton qui imagine une racine aux montagnes, plus légère que les roches environnantes (cf. isostasie).

Pierre Bouguer consacre une grande partie de sa vie à l'étude des problèmes posés par la navigation. Ses écrits portent sur les manœuvres navales, la navigation proprement dite et la conception des bateaux. Il s'intéresse à la construction de ceux-ci et établit une formule mathématique permettant de calculer le « métacentre » des bateaux, une mesure de leur stabilité.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BOUGUER PIERRE (1698-1758)  » est également traité dans :

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques . Wegener y suppose que les continents actuels étaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-en-bref/#i_26461

EVEREST GEORGE (1790-1866)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

Géographe britannique né le 4 juillet 1790 à Crickhowell (Pays de Galles), George Everest est surtout connu pour avoir donné son nom à la plus haute cime terrestre. Cette reconnaissance lui vient de ses travaux de cartographie de l’Inde, par lesquels il a précisé, notamment, la localisation et la mesure de l’altitude des plus hauts sommets du monde. Pourtant, Everest a marqué l’histoire des scien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-everest/#i_26461

GRAVIMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 6 112 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La mesure de la pesanteur »  : […] La théorie newtonienne de la gravitation prévoyant des variations de l'intensité de la pesanteur selon les lieux, l'observation du pendule apparaissait comme la manière la plus simple de les mettre en évidence. L'intensité de la pesanteur figure en effet dans la formule qui donne la période du pendule simple de longueur l  : et dans la formule analogue pour le pendule compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravimetrie/#i_26461

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 941 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mesure de la constante de gravitation universelle et structure de la Terre »  : […] À part son application à la mécanique céleste, la première répercussion importante de la théorie newtonienne de la gravitation a été l'explication de la structure de la Terre. Un résultat mathématique d'importance historique a été le calcul, par le mathématicien écossais Colin Maclaurin, vers 1740, de la configuration d'équilibre exacte d'un corps rigide en rotation, sous l'influence de son propr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravitation-et-astrophysique/#i_26461

ISOSTASIE, géologie

  • Écrit par 
  • Anny CAZENAVE
  •  • 743 mots
  •  • 3 médias

Le terme « isostasie » (du grec isos , égal, et stasis , arrêt) traduit l'état d'équilibre des roches de la croûte terrestre par rapport au manteau sous-jacent. Ce phénomène implique que, au-dessus d'une certaine profondeur, appelée niveau de compensation, la masse des roches crustales superficielles est partout la même quelle que soit l'altitude des re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isostasie-geologie/#i_26461

PRINCIPE DE L'ISOSTASIE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 293 mots

Le géologue américain Clarence Edward Dutton (1841-1912) publie en 1889 un article intitulé On Some of Greater Problems of Physical Geology ( Sur certains des plus grands problèmes de géologie physique ). Il y développe notamment la théorie de l'isostasie (il est l'inventeur de ce terme). L'isostasie est définie aujourd'hui comme l'état d'équilibre hyd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-l-isostasie/#i_26461

Pour citer l’article

« BOUGUER PIERRE - (1698-1758) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bouguer/