EXTENSION & COMPRÉHENSION, logique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Distinction introduite par la Logique de Port-Royal et portant sur les idées universelles : « J'appelle compréhension de l'idée les attributs qu'elle enferme en soi, et qu'on ne peut lui ôter sans la détruire, comme la compréhension de l'idée du triangle enferme extension, figure, trois lignes, trois angles, et l'égalité de ces trois angles à deux droits, etc. [...]. J'appelle étendue (ou extension) de l'idée les sujets à qui cette idée convient, ce qu'on appelle aussi les inférieurs d'un terme général, qui à leur égard est appelé supérieur, comme l'idée du triangle en général s'étend à toutes les diverses espèces de triangles... » Nous dirions aujourd'hui qu'à l'expression de l'idée est associé sémantiquement un double contenu : d'une part, l'ensemble des prédicats dont la conjonction définit l'« idée » entendue elle-même comme prédicat (être mammifère = être animé, être vertébré, être à sang chaud, être vivipare) ; d'autre part, l'ensemble des individus ou des objets auxquels on peut faire référence dans la langue par le moyen de l'expression linguistique de l'« idée ».

Cette distinction paraît prendre la suite de la distinction médiévale de la significatio et de la suppositio introduite dans la théorie des propriétés des termes (xiie s.), laquelle est née de discussions sur la structure de la proposition catégorique. La significatio est la présentation d'une forme, d'une essence, à l'intellect ; la suppositio est la subordination d'une pensée à une autre, telle que suppositum se dit d'un individu qui a la forme signifiée par le terme. On notera qu'il ne s'agit pas ici d'idées, comme précédemment, mais de termes, et que la théorie a pour fin de rendre compte des différents rôles des mots qui apparaissent comme termes dans les propositions.

La distinction entre extension et compréhension semble relayée par celle qui fut introduite par Stuart Mill entre connotation et dénotation. Il s'agit selon lui de propriétés linguistiques des mots : « Le mot blanc dénote toutes les choses blanches, telles que neige, papier, écume des vagues, etc. ; et il implique ou, comme disaient les scolastiques, il connote l'attribut blancheur. » C'est tout le problème logique et sémantique du sens et de la référence qui se trouve posé par ce couple de notions dont l'apparente évidence cache de réelles difficultés (cf. C. Imbert, Introduction aux Écrits logiques et philosophiques de G. Frege, Paris, 1970).

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  EXTENSION & COMPRÉHENSION, logique  » est également traité dans :

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Le concept dans les mathématiques, la physique et le langage scientifique »  : […] Les mathématiques posent un problème spécial. Les entités dont elles traitent ont un caractère idéal et, à ce titre, paraissent appartenir au même domaine que les concepts. Il faut cependant distinguer complètement les objets mathématiques (tels que les nombres, les fonctions, les espaces, etc.) des concepts au moyen desquels nous les caractérisons et en décrivons les propriétés. Du point de vue l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept/#i_8148

FREGE GOTTLOB (1848-1925)

  • Écrit par 
  • Claude IMBERT
  •  • 3 260 mots

Dans le chapitre « Puissance de l'idéographie »  : […] La Begriffsschrift portait en sous-titre : Langue par formules de la pensée pure ( Formelsprache des reinen Denkens ). Grâce à cette langue, Frege put définir la succession immédiate en des termes analogues à la chaîne de Dedekind, mais avec un appareil purement logique. Les règles de la quantification ayant u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottlob-frege/#i_8148

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « La représentation classique : l'idéal d'unité de la grammaire générale »  : […] Si chaque siècle a, comme veut Meillet, la grammaire de sa philosophie, l'âge classique, avec la révolution scientifique de Kepler, Copernic, Galilée, la théorie de l'induction de Bacon, le nominalisme de Hobbes, le débat entre empirisme anglo-saxon et rationalisme cartésien, a dû transformer la sienne. Dès la seconde moitié du xvi e  siècle, on a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-du-moyen-age-a-la-periode-contemporaine/#i_8148

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique aristotélicienne »  : […] On s'accorde toujours à faire commencer la logique avec celles des œuvres d'Aristote qui seront ultérieurement rassemblées sous le titre commun d' Organon – mot qui marque bien le caractère instrumental et préparatoire à la philosophie qu'Aristote lui reconnaissait. Elle avait été préparée par le développement de la dialectique, qu'Aristote fait remonter à Zénon d'Élée ; ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_8148

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Substance et apparence ; la transsubstantiation »  : […] La fameuse motion « sauver les phénomènes », qui prescrit de découvrir sous la confusion des apparences quelque ordre intelligible, et invite à désigner sous la diversité du sensible des instances explicatives en ce qu'elles perdurent, cette motion stigmatise, depuis l'Antiquité, les exigences théoriques des physiologues, puis celles des physiciens. Or il nous faut souligner ici la tournure singu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_8148

SYLLOGISME

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 820 mots

Dans le chapitre « Valeur du syllogisme »  : […] Depuis le début des Temps modernes, le syllogisme a été souvent en butte aux critiques, voire aux railleries. Seul parmi les grands philosophes, Hegel lui accordera une place importante, encore que d'un point de vue tout à fait étranger à la logique formelle, dans sa Science de la logique  : retenant la fonction médiatrice du syllogisme, il en fera le troisième moment de la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syllogisme/#i_8148

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « EXTENSION & COMPRÉHENSION, logique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/extension-et-comprehension-logique/