BANQUES CENTRALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les banques centrales ont d'abord été des banques commerciales dotées d'une charte et de privilèges plus ou moins étendus d'émission de billets en échange du financement de la dette publique. Cependant, en même temps que leurs fonctions, leur définition a évolué.

À mesure que se développait l'usage de la monnaie scripturale émise par les différentes banques, la banque centrale est devenue la « banque des banques », c'est-à-dire l'agent de leur refinancement. De ce fait, elle exerce une action directe sur leur liquidité en leur fournissant de la monnaie centrale. Dès lors, une question se pose : cette hiérarchisation des systèmes bancaires constatée de nos jours dans tous les grands pays est-elle le résultat d'interventions exogènes de la puissance publique ou est-elle le fruit de forces endogènes, propres à l'évolution des systèmes bancaires qui se seraient eux-mêmes dotés de banques de « premier rang » ?

Le rôle de la banque centrale est aujourd'hui directement relié à l'unité et à la pérennité du système de paiements. Elle est la garante de la monnaie nationale et assure la confiance en elle. Pour cela, elle doit d'abord veiller à la stabilité de la valeur interne et externe de la monnaie : il s'agit là de l'exercice, d'une part, de la politique monétaire et, d'autre part, de celle de change. Mais elle doit aussi être le prêteur en dernier ressort, c'est-à-dire éviter les conséquences, sur le système de paiements, de crises et de défaillances bancaires en chaîne.

Ces fonctions se sont constituées progressivement et ont évolué avec le contexte dans lequel elles s'exerçaient et les instruments dont disposaient les banques centrales. Dans le cadre des systèmes financiers contemporains qui ont connu, depuis 1980, une ouverture et une libéralisation croissante, la politique monétaire doit tenir compte de nouvelles contraintes et d'une perte d'indépendance au niveau national. Aussi a-t-elle été redéfinie, au niveau européen par exemple, où elle est l'affaire de la Banque centrale européenne. La fonction de prêteur ultime est, par ailleurs, l'objet d'un débat renouvelé sur la nécessité d'élargir son champ de compétence à l'ensemble du système financier et de tenir compte de la nécessité d'une coopération internationale.

Émergence des banques centrales

Des expériences historiques différentes

L'histoire des banques centrales est relativement récente. Elles sont issues d'expériences spécifiques aux différents pays. Les premières furent créées en Europe afin de répondre aux besoins de financement des États. Il en est ainsi de la Banque d'Angleterre, fondée en 1694 par autorisation du Parlement. Les souscripteurs du nouvel emprunt public lancé à cette époque apportèrent leurs titres pour former le capital de la banque, chargée d'effectuer toutes les opérations bancaires. Celle-ci développa ses escomptes, notamment d'effets publics, auprès de la clientèle privée contre remise de billets, car son activité de caissier de l'État et de gestionnaire de la dette publique en favorisait la circulation. Elle fut d'abord la banque de Londres, n'ayant pas de succursales en province, où circulaient les billets des banques locales. Cependant, un système hiérarchisé se construisit progressivement, les banquiers locaux utilisant leurs relais londoniens pour effectuer la compensation grâce à leurs comptes à la Banque d'Angleterre. Rapidement, cette dernière centralisera les réserves métalliques de tout le royaume. Elle sera ainsi amenée, au fil du développement des relations interbancaires, à jouer, dès le début du xixe siècle, le rôle de banque des banques, bien que cette fonction n'ait pas été prévue à sa création.

Banque centrale d'Angleterre

Photographie : Banque centrale d'Angleterre

Guichet de la Banque centrale d'Angleterre, construite en 1808 par l'architecte Sir J. Soane (Illustrirte Zeitung, 3. Bd., Nr. 70, Leipzig, 2 novembre 1844). 

Crédits : AKG

Afficher

Les banques centrales se sont aussi constituées à l'occasion du processus d'unification de l'émission monétaire. Ainsi, la banque d'Amsterdam, première banque publique créée en 1609, a alors pour fonction de mettre de l'ordre dans la circulation des différentes monnaies métalliques et d'éviter leur pénurie. Mais elle ne reçoit que des dépôts en métal de clients dont elle crédite le compte.

Au xixe siècle, l'émission des billets est soumise à un régime de privilèges concédés par la loi, pour une durée limitée, à des banques commerciales créées sous forme de sociétés par actions. Ainsi, à l'origine limité à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur d'Université en sciences économiques, université de Paris-XII

Classification

Autres références

«  BANQUES CENTRALES  » est également traité dans :

FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 8 548 mots
  •  • 1 média

Le système monétaire des États-Unis a connu bien des expériences, vécues comme une longue suite d'erreurs et d'apprentissages. Du point de vue de son organisation institutionnelle, il n'est doté d'une banque centrale que depuis 1913. Dans la recherche d'un régime monétaire optimal, le Congrès américain a écarté les modèles britannique ou français qui font, d'après lui, la part trop belle à une ban […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les interrogations des économistes face à la crise commencée en 2007 »  : […] Cette crise a débuté par une crise de liquidité bancaire qui a failli déboucher sur un chaos financier et une récession déflationniste. Le pire a été évité grâce à la redécouverte de la fonction de prêteur en dernier ressort des banques centrales, une fonction que la tradition quantitativiste, ricardienne comme monétariste, veut ignorer. Une telle attitude est tellement ancrée dans les esprits qu […] Lire la suite

AGIOS

  • Écrit par 
  • André BOYER
  •  • 370 mots

En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent les déductions correspondant à ce prêt. Les agios résultent de l'addition de l'intérêt et des commis […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Anticipations et conduite de la politique monétaire »  : […] Le comportement des banques centrales est très souvent formalisé à partir de la règle de Taylor (1993), qui résume en quelque sorte la « fonction de réaction » des autorités monétaires. D'après cette règle, le taux directeur (en valeur nominale) de la banque centrale est fixé en fonction de quatre arguments : – la valeur d'équilibre, à long terme, du taux court réel ; – le taux d'inflation effecti […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Au-delà du rebond, une nouvelle phase de croissance »  : […] La reprise amorcée se confirme et une croissance dite « asiatique » s'installe en Argentine à partir de 2003 : la croissance du PIB avoisine les 9 p. 100 en moyenne annuelle entre 2003 et 2006. Cette phase de forte croissance est tirée, côté offre, par l'industrie et le secteur du BTP, ainsi que par les services de transport et commerce, alors que les autres services, publics et financiers, n'ont […] Lire la suite

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE (BCE)

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 122 mots

La Banque centrale européenne (B.C.E.) est entrée en fonction le 1 er  juillet 1998, quelques mois avant l'ultime phase de l'union monétaire (la troisième phase de l'Union économique et monétaire selon le traité sur l'Union européenne signé à Maastricht en 1992), marquée par le basculement à l'euro des marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire unique. Ce n'est d'ailleurs qu' […] Lire la suite

BANQUE D'ANGLETERRE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 274 mots

Les banques centrales ont d'abord été des banques commerciales ou publiques, dotées d'une Charte et de privilèges d'émission de billets en échange du financement de la dette publique. Il en va ainsi pour la Banque de Suède créée en 1668 et la Banque d'Angleterre créée en 1694. Celle-ci sera la première à acquérir les fonctions d'une véritable banque centrale. Elle centralise, en effet, les réserve […] Lire la suite

BANQUE D'ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 1 230 mots
  •  • 2 médias

Fondée en 1694 par un groupe de marchands londoniens pour prêter 1 200 000 livres au roi Guillaume III en échange de l'octroi du privilège d'émission, la Banque d'Angleterre (Bank of England, BOE) obtint en 1709, avec le renouvellement de sa charte, le monopole de l'exercice en société de la fonction bancaire . La puissance ainsi acquise lui permit de survivre à la crise née du krach de la Compagn […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le prêteur en dernier ressort »  : […] Depuis la fin du xix e  siècle, les banques centrales ont pris l'habitude de fournir, de façon discrétionnaire, des services d'assistance de liquidités aux banques en détresse : c'est le rôle de prêteur en dernier ressort. La doctrine, élaborée par Henry Thornton (1802) et Walter Bagehot (1873), consiste pour la banque centrale à s'engager à prêter sans limite (mais parfois à un taux plus élevé q […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « L'exemple néerlandais »  : […] L'absence d'institutionnalisation complète, selon les trois critères indiqués, de la banque dans l'Empire romain pourrait expliquer la rareté des sources écrites et des traces archéologiques. Il n'en demeure pas moins que les opérations de banque ne disparaissent pas après 476, ne serait-ce que dans le cadre des activités marchandes ou des transferts effectués par l'Église ou les organisations aff […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-23 mars 2020 Union européenne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 12, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, appelle les États européens à « une réponse budgétaire ambitieuse et collective » pour soutenir l’économie face à la crise sanitaire, et à ne « pas s’attendre à ce que les banques centrales soient la première ligne de défense ». Elle laisse entendre que la BCE n’a pas pour mission de resserrer les écarts entre les taux des obligations des États de la zone euro – le « spread ». […] Lire la suite

2-29 septembre 2011 Grèce – Union européenne. Poursuite de la dégradation financière et résistances à l'application du plan d'aide à la Grèce

Le 14, l'agence de notation Moody's abaisse d'un cran la note relative aux dettes des banques françaises Société générale et Crédit agricole. Le 15, les banques centrales européenne, suisse, britannique, américaine et japonaise annoncent qu'elles sont disposées à prêter de l'argent à trois mois aux banques européennes qui peineraient à trouver des liquidités sur le marché. […] Lire la suite

16 décembre 2010 Union européenne. Augmentation de capital de la Banque centrale européenne

Elle indique son intention de porter celui-ci de 5,76 milliards d'euros à 10,76 milliards, la partie la plus importante de cette augmentation – 3,49 milliards – devant être à la charge des banques centrales des pays membres de la zone euro. Cette décision répond à la nécessité de renforcer les positions de la B.C.E. face à l'éventualité d'une intervention en faveur de banques ou d'États défaillants. […] Lire la suite

3-25 février 2010 Grèce – Union européenne. Crise de la zone euro et plan d'aide à la Grèce

» Le 14, le New York Times affirme que des banques américaines, notamment Goldman Sachs, auraient aidé la Grèce, au début des années 2000, à dissimuler l'ampleur de sa dette de façon à lui permettre de continuer à emprunter. Le 15, le Conseil des ministres des Finances des pays membres de l'Eurogroupe, sous la pression de l'Allemagne et de la B.C. […] Lire la suite

1er-31 octobre 2008 Crise économique mondiale. Réponses à la crise financière

Le 8 également, les banques centrales des États-Unis, de l'Union européenne, du Royaume-Uni, de la Suède, de la Suisse et du Canada annoncent une baisse concertée d'un demi-point de leurs taux directeurs respectifs. La B.C.E., dont le président exhorte les acteurs financiers à « reprendre leurs esprits », réduit ainsi le sien de 4,25 p. 100 à 3,75 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie DIATKINE, « BANQUES CENTRALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/banques-centrales/