RICARDO DAVID (1772-1823)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

David Ricardo

David Ricardo
Crédits : AKG

photographie

Formation de la rente

Formation de la rente
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Accumulation du capital

Accumulation du capital
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


Le système ricardien

Ricardo distingue deux grandes catégories économiques : les biens produits, qui constituent l'objet de l'activité productive, et les revenus, dont la répartition en classes détermine la production.

Les produits

L'auteur limite son investigation aux biens reproductibles, c'est-à-dire à ceux dont la quantité est augmentée par la seule adjonction d'une quantité de travail supplémentaire. De plus, chaque produit ainsi défini par rapport au travail doit être en même temps un moyen de production. Tel est le cas des biens de subsistance, comme le blé, qui assurent l'entretien des travailleurs et, par conséquent, sont tenus pour des moyens de production indirects ; tel est également celui des machines et des produits intermédiaires, qui sont directement utilisés dans la production. Tout produit, issu de la combinaison productive d'autres produits, sert à son tour de moyen de production, de sorte que la production dans son ensemble forme un circuit fermé, d'où se trouvent explicitement exclus tous les biens de luxe dont la consommation n'est pas productive.

Pour qu'un système de production ainsi défini puisse fonctionner, il est nécessaire que pour aucun bien les quantités produites ne soient inférieures aux quantités des moyens de production utilisées pour les produire. Mais comment comparer ces deux quantités ? Pour certains biens privilégiés, comme le blé, la solution est aisée, puisqu'on peut considérer que le produit est lui-même son propre moyen de production ; les quintaux de blé fournissent alors l'instrument de mesure. C'est pourquoi Ricardo fait d'abord l'analyse d'une économie à un seul bien : l'économie du blé. Pour la généraliser, Ricardo envisage dans un premier temps (édition de 1817 des Principes) de ramener l'ensemble des moyens de production à des quantités de travail, dont le coût de production est mesurable en quantités de blé nécessaires à la subsistance des travailleurs. Mais, si tout bien produit est en définitive le résultat exclusif d'un travail productif, la longueur du circuit de production varie nécessairement d'un produit à l'a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RICARDO DAVID (1772-1823)  » est également traité dans :

DES PRINCIPES DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE ET DE L'IMPÔT, David Ricardo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicolas CHAIGNEAU
  •  • 1 148 mots
  •  • 1 média

Père fondateur, au côté d'Adam Smith, de l'approche classique, David Ricardo (1772-1823) propose dans On the Principles of Political Economy and Taxation une analyse du capitalisme naissant qui a orienté l'ensemble de l'économie politique au xixe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/des-principes-de-l-economie-politique-et-de-l-impot/#i_2359

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 873 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La stabilité monétaire »  : […] Assurer la confiance dans la monnaie implique de veiller à la stabilité de son pouvoir d'achat sur le marché domestique (valeur interne de la monnaie). Cette mission est apparue relativement tôt dans l'évolution des banques centrales, notamment en ce qui concerne la Banque d'Angleterre, du fait de la centralisation des réserves. Durant la période d'inconvertibilité des billets de la Banque d'Angl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banques-centrales/#i_2359

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Les premières approches réelles du taux de change »  : […] Les deux principales théories traditionnelles de la détermination du taux de change sont la parité des pouvoirs d'achats et l'approche du taux de change par la balance des paiements. Elles ont en commun, outre leur développement déjà ancien, de reposer sur une approche réelle du taux de change, dans laquelle le marché des biens et services joue un rôle essentiel. La théorie selon laquelle le taux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-theories-du-change/#i_2359

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Un pays désavantagé dans toutes les activités peut exporter »  : […] Ricardo a résolu la difficulté, laissée en suspens par Smith, relative à la nécessité d'un avantage absolu de chaque pays pour au moins un bien. En montrant que même la participation d'un pays désavantagé dans tous les biens est à l'origine d'un gain net, ses Principes (1817) constituent le premier ouvrage scientifique d'économie internationale. Deux apports distincts doiven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-theories/#i_2359

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre « L'exemple de Ricardo »  : […] Dans le chapitre 7 Des principes de l'économie politique et de l'impôt (1817), David Ricardo présente une démonstration plus complète du principe des avantages comparatifs, adossée à un exemple numérique simple. L'exemple proposé considère deux pays, l'Angleterre et le Portugal, et deux biens, le vin et le drap. Dans chacun des pays, la production de chaque bien nécessite un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-avantages-comparatifs/#i_2359

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « L'élaboration du modèle de concurrence parfaite »  : […] Ce modèle ne s'est pas construit en un jour. Son élaboration, au fil du temps, doit beaucoup à Anne Robert Jacques Turgot (1757), Adam Smith (1776) et David Ricardo (1817), qui vantèrent les avantages de la libre concurrence. Antoine Augustin Cournot (1838) opposa le concept de monopole à celui de « concurrence illimitée », avant que le modèle ne trouve une forme plus achevée chez Léon Walras (18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-economie/#i_2359

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Les méthodes de la connaissance économique »  : […] Les trois thèmes qui viennent d'être évoqués, bien loin de se contredire, se complètent et s'enrichissent. Il reste à exposer comment ils ont été effectivement mis en œuvre. Sur le terrain des méthodes, deux grandes familles d'esprits se sont opposées et ne cesseront de s'opposer. Il y a ceux qui raisonnent et ceux qui observent, les « déducteurs » et les « inducteurs ». Connaissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_2359

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  Les réticences historiques de la France face à l'économie politique »  : […] L'économie n'a jamais vraiment connu en France le statut qu'elle a acquis dans le monde anglo-saxon, même si l'expression « économie politique » a reçu son sens moderne d'un Français, Antoine de Montchrestien. C'est, en effet, en intitulant en 1615 un texte adressé au roi Louis XIII « Traité d'économie politique » que ce gentilhomme normand à la vie tumultueuse a fait entrer l'expression dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_2359

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La politique monétaire »  : […] Sur la monnaie, les économistes classiques se partagent en deux camps. Tous sont hostiles au mercantilisme et développent l'idée selon laquelle la monnaie doit échapper au prince et obéir à des mécanismes de marché. Cependant les uns se méfient du pouvoir de création monétaire des banques, veulent soit l'interdire, soit le soumettre à des règles strictes, et développent la théorie quantitative de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_2359

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalisation des taux de profit »  : […] Cette critique est liée étroitement à une autre, plus fondamentale encore. Smith détermine les prix naturels en supposant donnés les taux de salaire, de profit et de rente, les salaires, les profits et les rentes étant les composantes du prix naturel. La théorie de la rente différentielle va cependant permettre d'exclure celle-ci des composantes des prix. En conséquence de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_2359

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Après les révolutions de 1848 en Europe, l'économie politique qualifiée de classique par Karl Marx, celle de l'Écossais Adam Smith et de l'Anglais David Ricardo, doit affronter une double contestation. Celle des milieux conservateurs d'abord qui accusent les théories de Ricardo, en ayant associé à chaque facteur de production une classe sociale – la terre à la noblesse, le capital à la bourgeoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_2359

ÉPARGNE

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 7 537 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'épargne selon les classiques »  : […] L'épargne des ménages a été, dès l'origine, au cœur de la pensée économique. Pour les auteurs classiques, l'acte d'épargne et celui de consommation sont dissociés. Pour Adam Smith comme pour David Ricardo, les profits des entrepreneurs sont essentiellement réinvestis dans l'accumulation du capital, tandis que les salaires suffisent tout juste à donner aux ouvriers « les moyens de subsister et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epargne/#i_2359

LIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Francis BALLE
  •  • 6 797 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le libéralisme économique »  : […] Moins qu'une doctrine au sens strict du mot, assurément plus que la justification a posteriori de certaines réalisations dans l'ordre économique, le libéralisme économique est aussi une logique d'action, fondée sur une éthique. Mais avant d'être l'objet d'une réflexion, le libéralisme économique s'est d'abord inscrit comme une réalité dans les événements de l'histoire. À l'origine, il fut une réa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberalisme/#i_2359

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Mathématiques et science économique »  : […] Au xviii e  siècle, et en partie au siècle précédent, la pensée économique empruntait le style qui avait si bien réussi aux sciences de la nature. Elle cherchait des propositions très générales, si possible sous la forme de lois universelles, étayées par des chiffres. Les mathématiques ne dominaient certes pas, mais les calculs du moins étaient le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_2359

PROTECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 6 508 mots

Dans le chapitre « Les avantages comparatifs »  : […] Les économistes de l'école classique, en particulier David Ricardo (1772-1823), rejettent la vision mercantiliste. Dans leur conception, la richesse d'une nation s'identifie non pas au stock d'or et d'argent détenu par l'État, mais à la masse des marchandises qu'elle peut consommer. Ricardo démontre que la suppression de tout obstacle à l'échange, en permettant à chaque pays de se spécialiser dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protectionnisme/#i_2359

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les « révolutions » économiques »  : […] L'héritage des mutations économiques décisives compte davantage que les luttes politiques. À la révolution commerciale qui se poursuit, gonflée par les succès coloniaux, s'en ajoutent d'autres. La révolution agricole, née dans le Norfolk des années 1730 et 1740, ne se limite pas aux enclosures accélérées et à l'adoption de multiples plantes nouvelles qui viennent diversifier les méthodes d'assol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_2359

UTILITÉ PRINCIPE D'

  • Écrit par 
  • Francisco VERGARA
  •  • 2 292 mots

Dans le chapitre « Le droit naturel, principale doctrine rivale »  : […] Le « bonheur », entendu comme une vie agréable, le plus possible remplie de joie, a été récusé comme bien suprême par les philosophes qui pensaient, comme Kant, que « notre existence a un but autre , et bien plus noble, que le bonheur » ( Fondements de la métaphysique des mœurs , 1785). D'autres notions telles que la « volonté de Dieu », la conformité a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-d-utilite/#i_2359

VALEUR, économie

  • Écrit par 
  • Nathalie BERTA
  •  • 1 271 mots

Dans le chapitre « La valeur-travail »  : […] La valeur est cette substance commune qui rend commensurables des biens physiquement et qualitativement hétérogènes. À la fin du xviii e  siècle et au début du xix e , les économistes classiques – Adam Smith ou David Ricardo – se sont interrogés sur le double problème de sa mesure et de son fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-economie/#i_2359

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian SCHMIDT, « RICARDO DAVID - (1772-1823) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-ricardo/