ZANUCK DARRYL F. (1902-1979)

Né à Wahoo, dans le Nebraska, Darryl Francis Zanuck fut un de ces « nababs » qui régnèrent sur l'industrie cinématographique américaine et firent de l'âge d'or hollywoodien une période d'une richesse artistique exceptionnelle. Comme Louis B. Mayer, Jack Warner, William Fox, Irving Thalberg et David Selznick, Darryl Zanuck est à l'origine de dizaines de chefs-d'œuvre dont les titres jalonnent l'histoire du cinéma.

Son père était un employé d'hôtel d'origine suisse et sa mère, de souche anglaise. Malgré son jeune âge, il participe à la Première Guerre mondiale sur le front français dans la 37e division de l'Ohio. Démobilisé, il tente de trouver du travail comme acteur, mais cette recherche se solde par un échec. Riveur de gratte-ciel, démarcheur, boxeur, publiciste, Zanuck écrit enfin des sujets pour le cinéma et des pièces de théâtre. Il devient gagman de Charlie Chaplin, puis scénariste. En 1924, il écrit notamment des scénarios pour le chien vedette Rin Tin Tin. Sous contrat à la Warner Bros., il devient l'un des collaborateurs préférés de Jack Warner qui dira de lui : « Il pouvait écrire dix fois plus vite que n'importe quel autre homme » et utilise trois pseudonymes : Melville Crossman, Gregory Rogers et Mark Canfield. En 1929, Jack Warner le place à la tête de la production de la compagnie. Le jeune Zanuck – il n'a que vingt-sept ans – témoigne aussitôt d'un sens artistique fulgurant et il développe notamment le style qui allait devenir le plus célèbre de la Warner Bros., celui de films réalistes et souvent policiers profondément ancrés dans la réalité américaine de l'époque.

Le chômage, la crise économique, le gangstérisme, la prohibition et les injustices sociales forment la toile de fond de ces chefs-d'œuvre que seront Little Caesar (1931) et Je suis un évadé (1932) de Mervyn LeRoy et L'Ennemi public (1931) de William Wellman. C'est à lui que l'on doit également Quarante-Deuxième Rue de Lloyd Bacon et Busby Berkeley (1933), qui apporte un sang nouveau au film musical.

En 1933, Zanuck quitte la Warner e [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : historien du cinéma, responsable du département cinéma de France 3

Classification


Autres références

«  ZANUCK DARRYL F. (1902-1979)  » est également traité dans :

PREMINGER OTTO (1906-1986)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Vienne à Hollywood »  : […] l'étrange relation personnelle et professionnelle entre le cinéaste et son producteur, Darryl F. Zanuck, le « mogul » de la Twentieth Century-Fox. Toujours en pointe dans le domaine de la recherche de talents, celui-ci décèle très vite chez le metteur en scène viennois une carrure de cinéaste. Mais ce que d'aucuns appellent le mauvais caractère de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-preminger/#i_99491

Pour citer l’article

Patrick BRION, « ZANUCK DARRYL F. - (1902-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/darryl-f-zanuck/