WARNER BROS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Warner Bros est une des plus célèbres majors hollywoodiennes, une des plus représentatives aussi par ses origines, son évolution et son intégration à l'ère de la télévision et d'Internet. Elle est née sous la forme d'une petite affaire familiale, réunissant quatre frères issus de l'immigration juive d'Europe centrale : Harry (1881-1958) et Albert (1882-1967), nés en Pologne, dirigeront les secteurs financiers et commerciaux jusqu'en 1956 ; Sam (1888-1927), le plus technicien, et Jack (1892-1978), nés au Canada, ont été les premiers à s'enthousiasmer pour l'aventure cinématographique. Jack régnera sur le studio de production, puis sur l'ensemble de la société jusqu'en 1967.

C'est l'expérience de projectionniste de Sam Warner qui entraîne la famille dans la nouvelle activité, alors en pleine expansion. Aux premiers gains, facilement acquis par l'exploitation d'une salle de cinéma (Nickel Odeon), puis dans une petite entreprise régionale de distribution de films, succéderont de cuisants échecs dans la production. En 1917, année de l'entrée en guerre des États-Unis, les Warner mettent en chantier un film de propagande antiallemand, My Four Years in Germany, tiré des Mémoires d'un ambassadeur américain dont Harry avait acheté les droits. C'est un grand succès, ce qui leur permet de construire un studio à Hollywood, la toute nouvelle capitale du cinéma : première marche de la destinée d'une des plus grandes compagnies cinématographiques américaines et mondiales.

Au temps du muet, c'est le chien Rin Tin Tin (Find your man, 1924) qui est la première star de la Warner Bros, société par actions créée en 1923 et qui bénéficie sans tarder de l'aide d'une importante banque de Wall Street, Goldman Sachs. Le studio reçoit le concours de Darryl Zanuck, scénariste – et plus tard superviseur de la production –, des acteurs John Barrymore et Adolphe Menjou, des réalisateurs Ernst Lubitsch, Michael Curtiz, Lewis Milestone. Sam Warner, qui s'est intéres [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WARNER BROS  » est également traité dans :

BOGART HUMPHREY (1899-1957)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 493 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un aventurier sentimental »  : […] Profitant du passage au cinéma parlant qui valut à plusieurs acteurs de théâtre, familiers de la diction, d'être engagés à Hollywood, Humphrey Bogart part pour la Californie où la Fox lui fait tourner cinq films (dont un avec John Ford). Le fils de grand bourgeois est déjà le mauvais garçon patibulaire, à la démarche nerveuse et au débit de mitraillette, mais il n'impressionne guère et revient à B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humphrey-bogart/#i_82303

CAGNEY JAMES (1899-1986)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 979 mots

On réduit trop souvent James Cagney à l'image du gangster paranoïaque, au débit rageur et saccadé, ou du « paumé » que l'Amérique désemparée des années 1930 n'a pas réussi à inclure dans son échelle de valeurs. Il serait toutefois bien injuste de ne garder de lui que le souvenir de ces personnages un peu névrosés, alors qu'il obtint son premier oscar, en 1942, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-cagney/#i_82303

CASABLANCA, film de Michael Curtiz

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un film prototype »  : […] Avec Casablanca , il s'agissait surtout pour les studios de la Warner Bros de faire une réplique du mélodrame à succès Algiers (1938) de John Cromwell, qui avait permis de renflouer les fonds du studio concurrent, les Artistes Associés. Les droits de la pièce initiale, Everybody Comes to Rick's, sont rachetés pour la modique somme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casablanca-michael-curtiz/#i_82303

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le règne des « producers » »  : […] Le cinéma muet avait su compenser son infirmité foncière par un surcroît de sensibilité et d'invention. Mais il ne pouvait se passer plus longtemps de la parole et du son. La mise au point technique du parlant ne fut pas déterminante, puisque les premiers essais concluants du synchronisme entre l'image et le son avaient été réalisés en 1919. À l'époque, les producteurs et les distributeurs d'un c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_82303

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_82303

CURTIZ MICHAEL (1888-1962)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 726 mots
  •  • 2 médias

Metteur en scène de cinéma américain, de son vrai nom Michaly Kertesz, né à Budapest. Sa carrière a couvert, et au-delà, les deuxième (débuts du parlant) et troisième (relance d'après 1950) « âges d'or » de Hollywood, où il laissa le souvenir d'un gentleman original, lisant les scénarios qu'on lui apportait jusque sous sa douche et, sans doute en raison de sa connaissance imparfaite de l'anglais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-curtiz/#i_82303

DE HAVILLAND OLIVIA (1916- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 457 mots

Actrice américaine d'origine britannique, née le 1 er  juillet 1916 à Tōkyō, au Japon. Fille d'un avocat britannique spécialisé dans les affaires liées à la propriété intellectuelle, Olivia Mary de Havilland et sa sœur cadette, Joan Fontaine, quittent le Japon en 1919 pour s'installer en Californie avec leur mère, qui est actrice. Pendant ses études universitaires, la jeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivia-de-havilland/#i_82303

KUBRICK STANLEY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 132 mots

26 juillet 1928 Naissance de Stanley Kubrick à Manhattan, New York, d'une famille juive originaire d'Europe centrale. 1934-1940 Études primaires dans le Bronx où son père, médecin, lui donne le goût des échecs. Septembre 1941 Son père lui offre un appareil photo Graflex : Kubrick se prend de passion pour la photogr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kubrick-reperes-chronologiques/#i_82303

LEROY MERVYN (1900-1987)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 686 mots

Au début des années 1930, prenant en considération les nouveaux paramètres sociaux-économiques, les frères Warner axent la politique de leur studio sur deux pôles bien précis : la comédie musicale et le film social, qui dénonce les tares d'un système réputé infaillible. Deux films illustrent cette dernière conception : Little Caesar avec Edward G. Robinson (1931) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mervyn-leroy/#i_82303

NAISSANCE DU CINÉMA PARLANT

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 234 mots
  •  • 1 média

Inventeur du phonographe en 1877, Thomas Edison tenta, dès 1894, de l'associer avec son Kinétoscope. Lors de l'Exposition universelle de 1900, Léon Gaumont montrait de courtes scènes enregistrées, couplant électriquement phonographe et projecteur. En 1904, le Français Eugène Lauste enregistre le son à même la pellicule. Mais ces divers procédés ne connaissent qu'un succès de curiosité. En plein dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-du-cinema-parlant/#i_82303

WOOD NATALIE (1938-1981)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 676 mots
  •  • 1 média

Les acteurs de Hollywood, dans les années 1940, prétendaient avec ironie qu'il fallait s'abstenir de jouer avec « un chien ou un enfant » ! Orson Welles en fit l'expérience dans un film intitulé Demain viendra toujours d'Irving Pichel (1946), car sa petite partenaire avait selon lui « un talent terrifiant ». La très jeune Natalie Wood ne resta pas sur ce coup d'essai et fit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natalie-wood/#i_82303

ZANUCK DARRYL F. (1902-1979)

  • Écrit par 
  • Patrick BRION
  •  • 929 mots

Né à Wahoo, dans le Nebraska, Darryl Francis Zanuck fut un de ces « nababs » qui régnèrent sur l'industrie cinématographique américaine et firent de l'âge d'or hollywoodien une période d'une richesse artistique exceptionnelle. Comme Louis B. Mayer, Jack Warner, William Fox, Irving Thalberg et David Selznick, Darryl Zanuck est à l'origine de dizaines de chefs-d'œuvre dont les titres jalonnent l'hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darryl-f-zanuck/#i_82303

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « WARNER BROS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/warner-bros/