GABLE CLARK (1901-1960)

C'est la publicité de la Metro Goldwyn Mayer, vite relayée par la presse, qui, en 1938, attribua à Clark Gable le surnom de « King of Hollywood », à la suite d'un incident purement fortuit. Ce slogan peu original convenait pourtant parfaitement à la popularité du charmeur qui séduisait davantage dans sa vie publique qu'à travers ses rôles, souvent de qualité mais trop interchangeables. Bientôt, il régna sur tous les cœurs en incarnant Rhett Butler, le « héros » du film-culte Gone With the Wind (Autant en emporte le vent, 1939), aux amours passionnées et tumultueuses avec Scarlett O'Hara (Vivien Leigh). Sa carrière dépasse pourtant largement ce titre, aussi mythique soit-il.

Un charme facétieux et viril

William Clark Gable naît le 1er février 1901 à Cadiz (Ohio). Il est âgé d'à peine sept mois lorsque sa mère meurt. Sa tante et son oncle maternels, en Pennsylvanie, l'élèvent, jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de deux ans. Il rejoint ensuite son père, fermier puis chercheur de pétrole, à Cadiz. À seize ans, il quitte le lycée, travaille en usine, et décide de devenir acteur après avoir vu L'Oiseau de Paradis, pièce écrite en 1911 par Richard Walton Tully, dont King Vidor donnera la première version cinématographique en 1932. Il participe d'abord à des tournées itinérantes. L'organisatrice d'une troupe de théâtre de Portland, Josephine Dillon, l'épouse et le conduit à Hollywood en 1924. Cependant, Clark Gable ne se voit pratiquement proposer que de la figuration. Revenu au théâtre, après avoir subi plusieurs refus à l'issue de screen tests – entre autres avec le producteur Darryl F. Zanuck –, il signe tout de même un contrat avec Irving Thalberg en 1930. Mais la M.G.M. le cantonne alors dans des rôles stéréotypés de « méchant dur » : on le trouve en fait peu séduisant et dépourvu d'humour ! Heureusement, de grandes actrices l'apprécient, entre autres Joan Crawford, qui le demande comme partenaire dans Dance, Fools, Dance (La Pente, de Harry Beaumont, 1931), même si le rôle est encore celui d'un « mauvais garçon ».

La carrière de star de Clark Gable commence réellement avec I [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  GABLE CLARK (1901-1960)  » est également traité dans :

AUTANT EN EMPORTE LE VENT, film de Victor Fleming

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 951 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des personnages forts »  : […] Star masculine des débuts du parlant, et « sex symbol » depuis New York-Miami (It Happened One Night, 1934, de Frank Capra) Clark Gable avait déjà joué les mufles et les machistes séduisants, mais c'est en Rhett Butler, personnage taillé pour lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autant-en-emporte-le-vent/#i_91328

LES DÉSAXÉS, film de John Huston

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 909 mots

de succès à l'époque, est aujourd'hui connu pour des raisons qui tiennent moins à son contenu qu'à la vie de ses interprètes. Clark Gable mourra d'un infarctus quelques semaines après la fin du tournage, et Monroe ne terminera jamais son film suivant, au titre désormais prophétique, Something's Got to Give (« Quelque chose doit céder », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-desaxes/#i_91328

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 603 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Essai de définition »  : […] Davis, Joan Crawford, Gary Cooper, Clark Gable, par exemple) et de nouvelles stars plus ou moins fugitives apparaîtront. C'est l'époque, d'ailleurs, où se forgera en France le mot « starlette » pour désigner ironiquement une jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_91328

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « GABLE CLARK - (1901-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clark-gable/