MARCH FREDRIC (1897-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur de théâtre et de cinéma aux talents variés, l'Américain Frederic March incarna aussi bien des héros romantiques que des rôles de composition complexes.

Né le 31 août 1897 à Racine, dans le Wisconsin, Fredric March (de son vrai nom Frederick Ernest McIntyre Bickel) commence à s'intéresser à l'art dramatique alors qu'il étudie à l'université de son État natal. Diplômé en 1920, il part s'installer à New York pour travailler dans une banque, mais se lance bientôt dans une carrière de comédien. Le jeune March accepte de nombreux petits rôles au cinéma et au théâtre six années durant avant d'obtenir son premier grand rôle à Broadway dans The Devil in the Cheese (1926). Alors qu'il joue avec une troupe de répertoire, il rencontre l'actrice Florence Eldridge, qu'il épouse en 1927. Dans les décennies qui suivent, tous deux forment un admirable duo à la scène.

Grâce à la parodie que March réalise de John Barrymore dans le spectacle itinérant The Royal Family (1928), il décroche un contrat de cinq ans avec Paramount Pictures. Il obtient par ailleurs sa première nomination aux oscars pour le rôle de Barrymore dans l'adaptation de cette œuvre à l'écran, sous le titre The Royal Family of Broadway (1930). La performance cinématographique la plus connue de son début de carrière demeure le double rôle qu'il interprète dans le film de George Cukor Dr Jekyll and Mr Hyde (1931, Docteur Jekyll et Mr Hyde), de Robert Mamoulian, qui lui vaudra un premier oscar.

Son contrat avec la Paramount, qui expire en 1933, est le seul de longue durée qu'il signera avec un studio ; durant le reste de sa carrière, Frederic March travaillera de façon indépendante, chose rare à l'époque du studio system hollywoodien. Pendant la décennie qui suit, il va créer des rôles mémorables dans des films réalisés par diverses sociétés de production, notamment The Barretts of Wimpole Street (1934), Death Takes a Holiday (1934, Trois Jours chez les vivants), Les Misérables (1935), Anna Karénine (1935), Anthony Adverse (1936), Nothing Sacred (1937, La Joyeuse Suicidée), The Buccaneer (1938, Les Flibustiers), Bedtime Story (1941, J'épouse ma femme), I married a witch (1942, Ma femme est une sorcière) et The Adventures of Mark Twain (1944, Les Aventures de Mark Twain).

En 1942, March retourne à Broadway dans The Skin of Our Teeth de Thornton Wilder ; jusqu'à la fin de sa carrière, il partagera son temps entre les studios hollywoodiens et la scène new-yorkaise. L'acteur n'a guère besoin de formation pour adapter ses talents à l'une ou l'autre forme de spectacle, sachant adapter gestes et expressions aux exigences de l'écran ou de la scène. March refuse les principes de l'intériorisation en art dramatique issus de Stanislavski et divulguée par la suite par l'Actor's studio. Lorsqu'il accepte un scénario, il apprend ses répliques rapidement pour avoir le temps d'intégrer les nuances de chaque mot. Cette méthode plus cérébrale se révèle parfois peu convaincante sur le plan émotionnel, mais produit bien plus souvent des interprétations d'une complexité fascinante.

March, devenu un homme d'âge mûr, s'épanouit dans les rôles de composition qui lui sont proposés par la suite. Deux des spectacles dans lesquels il joue à Broadway sont vivement applaudis par la critique : A Bell for Adano (1944) et Years Ago (1947), cette dernière prestation étant récompensée par un Tony Award. Entre ces deux apparitions à la scène, il remporte un deuxième oscar pour un rôle qui demeure peut-être le plus connu à l'écran, celui d'un vétéran de la Seconde Guerre mondiale refoulant ses émotions dans The Best Years of Our Lives (1946, Les Plus Belles Années de notre vie) de William Wyler. March voit sa carrière ralentir dans les années 1950-1960, mais cette période reste illuminée par diverses œuvres majeures telles que Death of a Salesman (1951, La Mort d'un commis voyageur), de Lazlo Benedek, salué par une nomination aux oscars, The Desperate Hours (1955, La Maison des otages), de William Wyler, dans lequel il interprète un propriétaire de banlieue terrorisé par un groupe de voyous, Inherit the Wind (1960, Procès de singe), de Stanley Dramer, où il incarne un candidat démocrate-populiste William Jennings Bryan, Seven Days in May (1964, Sept Jo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Pour citer l’article

« MARCH FREDRIC - (1897-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fredric-march/