CONSTANTIN LE GRAND (285 env.-337)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Défense et organisation de l'Empire

Jusqu'en 300, l'armée resta ce qu'elle était au temps de Gallien. Puis Dioclétien et Constantin la réorganisèrent en recrutant des paysans, des barbares et des fils d'anciens soldats, et en portant de 34 à 68 le nombre des légions, dont l'effectif fut réduit à 1 000 hommes. Constantin rendit définitive une disposition tactique déjà envisagée par son prédécesseur : les frontières furent couvertes par des limitanei, de valeur médiocre, tandis qu'une forte armée d'intervention était composée des meilleures troupes, comitatenses et palatini, à la disposition immédiate du prince. Les premiers furent commandés par les gouverneurs des provinces frontières (praesides), ou des chefs de secteurs (duces) ; les comitatenses par des généraux d'infanterie et de cavalerie (magistri peditum et equitum). Constantin renforça la défense des frontières (limes), notamment dans la Dobroudja, et introduisit dans l'Empire des barbares, mercenaires, colons dotés de terres, « fédérés » avec leurs chefs propres. Pour affaiblir la poussée des envahisseurs et remettre en culture des terres désertes, il osa même établir à l'intérieur de l'Empire des peuples entiers, tels les Sarmates, installés en 334, au nombre de 300 000, en Thrace, Macédoine, Italie du Nord et Gaule. Il y avait là un danger qui se révéla sous des empereurs plus faibles.

Le fils de Constance fut un guerrier et un grand entraîneur d'hommes, populaire auprès des troupes, les Gaulois surtout. Comme Constance, Constantin et son fils Crispus se consacrèrent successivement, de 293 à 321, à la défense de la Gaule contre les Francs et les Alamans. Trèves fut ainsi pendant longtemps la résidence de l'empereur, qui s'acquit par ses victoires la reconnaissance des Gaules. Sur le Danube, il lutta, à partir de 316, contre les Sarmates, pratiquement éliminés en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Constantin

Constantin
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Arc de Galère, Thessalonique

Arc de Galère, Thessalonique
Crédits : Anastasios71/ Shutterstock

photographie

Concile de Nicée

Concile de Nicée
Crédits : AKG

photographie





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification


Autres références

«  CONSTANTIN LE GRAND (285 env.-337)  » est également traité dans :

ASCENSION DE CONSTANTIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 200 mots

305 Abdication de Dioclétien, fondateur de la tétrarchie.306 Constantin acclamé César en Bretagne ; Maxence prend le titre de princeps à Rome.307 Maxence bat Sévère envoyé pour le comba […] Lire la suite

TÊTE DE LA STATUE COLOSSALE DE CONSTANTIN (Rome)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 217 mots
  •  • 1 média

La basilique construite par Maxence sur la Velia, à proximité du forum, a été dotée par son successeur Constantin d'une statue colossale en marbre pour les parties visibles – tête, mains, pieds – le représentant selon le type du Jupiter assis. La tradition de placer les statues impériales dans les basiliques remontait à Auguste, car la justice se rendait au nom de l'empereur. La tête du colosse de […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 294 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Institutions et société »  : […] L'Empire, sans connaître de mutation brutale, se transforme à partir du iii e  siècle. Certes, l'unité du « monde romain » ( orbis romanus ) subsiste en principe jusqu'à l'époque de Justinien, au vi e siècle (les Byzantins garderont toujours le nom de Romaioi ), mais, en pratique, l'Empire connaît des divisions, dues soit à des usurpations (cas des Empires « gaulois » et « palmyrénien » au iii e […] Lire la suite

CATACOMBES

  • Écrit par 
  • Philippe PERGOLA
  •  • 2 046 mots

Dans le chapitre « De l'empereur Constantin au pape Damase (306-384) »  : […] C'est avec la « paix de l'Église », la reconnaissance officielle du christianisme par l'empereur Constantin et la conversion en masse des habitants de la ville que les catacombes chrétiennes vont connaître un développement étonnant. Avec la paix de l'Église s'est également développé le culte des martyrs, lié surtout aux deux dernières persécutions (celle de Dèce et Valérien, au milieu du iii e  si […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 419 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'héritage de l'Empire romain et l' « éducation » des peuples barbares »  : […] La conversion de l'empereur Constantin, en 313, est un événement d'immense conséquence. Hier étrangère à la société, voici que l'Église en devient une des forces vives, lui communiquant ses espérances et transformant ses mœurs. Elle demeure force d'éducation et d'unité lorsque les structures de l'Empire se disloquent sous les poussées successives des peuples barbares. […] Lire la suite

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 396 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Empire chrétien de Constantin à Théodose (312-395) »  : […] Le conflit entre le totalitarisme du régime de la Tétrarchie et les chrétiens (304-312) fut de courte durée, bien que les persécutions, surtout en Orient, aient été violentes. Après une tolérance de fait, très vite, par la volonté de Constantin, une série de mesures accordèrent à l'Église chrétienne une situation privilégiée. L'empereur, seul maître du monde romain après sa victoire sur Licinius […] Lire la suite

CONCILE DE NICÉE, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 204 mots
  •  • 1 média

Le premier concile œcuménique (universel) convoqué à Nicée en Bithynie par l'empereur Constantin veut donner une solution à la controverse née des opinions du prêtre Arius d'Alexandrie, condamnées en 318. Celui-ci, voulant sauvegarder le monothéisme biblique, affirme que le Père est le seul à être sans commencement et que le Fils, le Verbe engendré dans le temps, n'est pas de même nature que le Pè […] Lire la suite

DE LA TÉTRARCHIE DE DIOCLÉTIEN À LA MONARCHIE DE CONSTANTIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 445 mots

284 Avènement de Dioclétien qui est un officier de l'empereur Carin mort assassiné. La multiplication des fronts l'oblige à prendre comme collègue l'un de ses généraux, Maximien, envoyé en Gaule contre les bagaudes (paysans révoltés). 286 Usurpation en Bretagne de Carausius, lieutenant de Maximien. Dioclétien fait de son collègue Maximien, alors simple césar, un empereur à part entière. 293 Le […] Lire la suite

ÉGLISE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Église triomphante et l'architecture aulique »  : […] Il est difficile de porter un jugement sur les lieux où les premiers chrétiens se réunissaient pour célébrer l'Eucharistie. Les témoignages, rares, ne sont pas suffisamment évocateurs pour affirmer l'existence d'une architecture chrétienne. Le culte était célébré dans des maisons individuelles pour échapper aux regards indiscrets et éviter toute difficulté. Les découvertes de Doura Europos, en Syr […] Lire la suite

EUSÈBE DE CÉSARÉE (265 env.-av. 341)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 752 mots

Né probablement à Césarée de Palestine, Eusèbe restera fidèle à cette ville jusqu'à sa mort, d'abord comme collaborateur du prêtre Pamphile, qui avait recueilli et enrichi la bibliothèque léguée par Origène à Césarée, puis comme évêque de cette cité après la persécution déclenchée par Dioclétien. D'origine modeste, il doit à son immense érudition le succès d'une carrière qui l'a conduit à l'épisco […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les guerres civiles en Gaule »  : […] Les guerres civiles déclenchées après la mort de Commode (192) eurent en partie pour théâtre la Gaule, où Albinus avait soulevé les armées de Germanie, jointes à celles de Bretagne et d'Espagne. La fin de la guerre fut marquée, en 197, par une bataille livrée sous les murs de Lyon, à l'issue de laquelle Albinus, battu, se suicida. Le règne de Septime Sévère est caractérisé par un énergique redres […] Lire la suite

ISTANBUL

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 5 767 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « ville de Constantin » »  : […] Peu de souverains ont fait l'objet de discussions aussi passionnées que Constantin. La création de Constantinople n'a pas échappé à ces controverses : l'empereur a-t-il voulu remplacer Rome, ou la dédoubler, ou simplement laisser après lui une grande cité qui portât son nom ? La question n'est pas tranchée. Ce qui est certain, c'est que depuis le iii e  siècle les empereurs résidaient de moins en […] Lire la suite

LICINIUS (250 env.-325) empereur romain (307-323)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 366 mots

Empereur romain (308-324), né vers 250 en Illyrie, mort en 325 à Thessalonique. Fils de paysans, Valerius Licinianus Licinius gravit les échelons de la hiérarchie militaire avant d'être subitement élevé au rang d'auguste, en novembre 308, par son ami Galère, empereur romain depuis 305. Ce dernier espère ainsi lui confier le gouvernement de l'Occident mais l'Italie, l'Afrique et l'Espagne étant a […] Lire la suite

MAXIMIEN, lat. MARCUS AURELIUS VALERIUS MAXIMIAMUS (250 env.-310) empereur romain (286-305)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 388 mots

Soldat sorti du rang, Maximien est remarqué par Dioclétien pour ses capacités militaires. Il est associé à l'Empire en 286 et reçoit le gouvernement de l'Occident. Il réussit à écraser, non loin de Paris, les derniers survivants de la révolte paysanne des Bagaudes en 286. Puis il repousse les Francs, les Burgondes et les Germains au-delà des frontières des Gaules, au prix d'épuisantes et incessant […] Lire la suite

NICÉE (CONCILE DE)

  • Écrit par 
  • Henri Irénée MARROU
  •  • 1 690 mots
  •  • 1 média

Premier concile œcuménique, c'est-à-dire s'étendant à l'Église entière, le concile de Nicée (325) a été réuni par l'empereur Constantin, devenu maître de tout l'Empire, pour résoudre les problèmes qui divisaient alors les Églises d'Orient, problèmes disciplinaires et surtout problème dogmatique, celui de l'hérésie d' Arius. Sa décision la plus importante concerne la théologie trinitaire : le Fil […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Période byzantine (324-640) »  : […] Par sa victoire de 324, Constantin devient le maître de tout l'Empire romain. Faisant de Byzance sa capitale, il la transforme profondément, lui donnant, notamment, un caractère chrétien : sous le nom de Constantinople, la « nouvelle Rome » sera inaugurée en 330. Mais, sans attendre cette date, Constantin généralise et multiplie les mesures favorables aux Chrétiens, encourageant, notamment, ceux- […] Lire la suite

MILVIUS BATAILLE DU PONT (312)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 200 mots
  •  • 2 médias

Au début du iv e  siècle, quatre empereurs se partagent l'Empire, dont deux en Occident : Maxence en Italie et Constantin sur le Rhin. Ce dernier décide en 312 de partir dans la péninsule affronter son rival. Il engage la bataille décisive le 28 octobre, à quelques kilomètres au nord de Rome, près du pont Milvius , après avoir reçu en songe, selon certains auteurs, l'injonction du Christ d'inscrir […] Lire la suite

PROHIBITION DES CULTES PAÏENS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

En 313, l'édit de Milan de l'empereur Constantin avait accordé la liberté de culte à tous les habitants de l'Empire. Au fur et à mesure que le christianisme devient majoritaire dans les villes, la législation devient de plus en plus défavorable aux anciennes religions dont les tenants sont qualifiés de païens ( pagani , habitants des campagnes restés fidèles aux religions traditionnelles). Les emp […] Lire la suite

ROME

  • Écrit par 
  • Géraldine DJAMENT, 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 11 410 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Survivance de l'antique »  : […] Si l'exemple de l'art antique resta prééminent en Occident, ce fut en grande partie à cause du destin particulier de Rome. La ville survécut à sa déchéance (fondation, en 326, d'une nouvelle capitale de l'Empire romain sur le Bosphore, Constantinople). Pillée par les Barbares (en 410 par Alaric, en 455 par Genseric, en 472 par Ricimer, et encore en 1085 par le Normands de Robert Guiscard), elle ne […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul PETIT, « CONSTANTIN LE GRAND (285 env.-337) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-le-grand/