CAVALERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Bataille de Balaklava

Bataille de Balaklava
Crédits : Hulton Getty

photographie

Bataille de Reischoffen, A. Morot

Bataille de Reischoffen, A. Morot
Crédits : AKG

photographie

Cavaliers boers

Cavaliers boers
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Le terme « cavalerie », issu du mot italien cavalliera, désigne les troupes dont les déplacements, les évolutions et le combat s'exécutent à cheval.

La mobilité, la vitesse et la souplesse des allures, qui permettent la variation rapide des attitudes, la rusticité, enfin, constituent les qualités essentielles d'une bonne cavalerie. Durant trois mille ans, la cavalerie représente l'arme de l'exploration lointaine, de la manœuvre stratégique profonde. Elle permet la surprise, l'exploitation à outrance, l'invasion et la conquête. Elle transforme l'histoire, car elle provoque, par-delà les espaces vides, des conflits entre peuples qui s'ignorent ; elle exaspère leurs luttes par le dynamisme et la passion.

Les cavaleries antiques

Les sociétés anciennes chassent le cheval sauvage comme un gibier ; il demeure longtemps inconnu ou négligé au Proche-Orient. Mais il est déjà domestiqué par les nomades mongols et tibétains ; et les princes chinois l'utilisent vingt siècles avant notre ère. Depuis le Gobi, l'usage du cheval va s'infiltrer au fond des péninsules d'Asie et vers les plaines de l'Europe orientale. Cette pénétration sera marquée, du deuxième millénaire avant notre ère aux xiiie et xive siècles, par de grandes invasions cavalières. Déferlant des steppes marginales du Pamir, ou depuis les bords du Kéroulen, exceptionnellement d'Arabie ou du Maghreb, elles sont déclenchées par des peuples de dompteurs de chevaux ; ces sociétés errantes et primitives forment des armées tribales d'archers montés dont la simplicité met en défaut les civilisations plus évoluées qu'elles détruisent ou subjuguent.

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

Vidéo

Âge du bronze. Expansion de l'architecture collective. Apogée de l'Égypte.Au IIe millénaire s'épanouissent les grandes civilisations de l'Âge du bronze.En Mésopotamie d'abord, où rayonne brièvement le premier Empire babylonien, avec Hammourabi et son célèbre code juridique.L'Égypte... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Par réaction, les États sédentaires organiseront des cavaleries. L'ère commence des « grands empires mouvants ». Plutôt que le cavalier à califourchon, c'est le char attelé, plate-forme roulante d'archers, qui prédomine chez les Hittites, les Hourrites et les Égyptiens. La charrerie, caste de métier, compte trente à trois cents véhicules pour mille fantassins. Ramsès II, devant Kadesh (Homs), se [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : colonel, professeur honoraire à l'École supérieure de guerre

Classification


Autres références

«  CAVALERIE  » est également traité dans :

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Choc et mouvement »  : […] Il semble difficile de parler de doctrines militaires pour l'Antiquité grecque ou latine, a fortiori pour la période préhellénique. Les Grecs, si lettrés, n'ont laissé à la postérité que peu d'écrits théoriques sur l'art de la guerre. Perdus les traités de tactique dont les auteurs, au nom peu évocateur, sont salués par leurs émules du ii e  siècl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-doctrines-et-tactiques/#i_19711

BOMBARDES DE CRÉCY (histoire militaire)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 239 mots

À la bataille de Crécy, face à l'armée de Philippe VI de Valois, de près de 20 000 hommes, Edouard III d'Angleterre dispose d'environ 11 000 hommes et de trois bombardes , canons rustiques plus adaptés aux sièges mais employés pour la première fois, en pleine bataille, sur le sol français. Les bombardes, inconnues des Français, projettent au jugé quelques boulets de pierre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bombardes-de-crecy/#i_19711

CARABINIER

  • Écrit par 
  • André DAUBARD
  •  • 111 mots

Les carabiniers, d'abord tireurs d'élite des compagnies de garde et des régiments de cavalerie sous Louis XIV, furent regroupés en 1691 en « brigade des carabiniers ». Ces soldats, destinés au combat à pied et à cheval, étaient armés du sabre, du pistolet et de la carabine munie d'une baïonnette. Après 1788, les carabiniers furent constitués en régiments. Après la défaite de 1870, ils furent trans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carabinier/#i_19711

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Réorganisation politique et militaire »  : […] Les deux siècles et demi qui précèdent l'unification des pays chinois par le royaume de Qin, en 221 avant J.-C., sont connus dans l'histoire sous le nom de « période des Royaumes combattants » (Zhanguo) . Pour l'historiographie traditionnelle, cette période commence avec la division, en 453, du royaume de Jin, au Shānxi et dans le nord du Henan, en trois plus petits royaumes : Zhao au nord, bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_19711

CONNÉTABLE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 387 mots

Étymologiquement, comte de l'écurie ( comes stabuli ), officier domestique de la cour royale des Carolingiens. Placé, à l'origine, sous l'autorité du sénéchal, le connétable a charge de la cavalerie, dont l'importance ne cesse de croître à partir du milieu du viii e  siècle. Dans l'armée féodale ( ost ), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connetable/#i_19711

COSAQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 769 mots
  •  • 1 média

Nom donné aux populations semi-nomades formant des communautés militaires indépendantes dans les bassins du Don, du Terek et du Kouban. Le mot, d'origine turco-tatare, désigne tout homme libre, tout guerrier indépendant. Aux xiv e et xv e siècles, les services de ces Cosaques Tatars furent utili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cosaques/#i_19711

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-de-fer/#i_19711

CUIRASSIER

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 658 mots

À l'origine désigne un cavalier portant cuirasse. La première application officielle du nom de cuirassier dans l'armée française date de 1665 : création du régiment de cuirassiers du roi, « régiment n o 7 » de la cavalerie dite alors légère depuis la suppression de l'armure, remplacée par la cuirasse. Ce régiment devient, en 1791, le « numéro 8 » des régiments de grosse c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuirassier/#i_19711

DRAPEAUX DANS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 218 mots

La France utilisait de nombreux drapeaux avant 1789, mais il n'y en avait aucun sur les bâtiments publics et sur le château où résidait le souverain. La bannière de France n'était qu'une pièce d'étoffe, assez petite et incapable de flotter, de velours violet ou bleu, ornée de trois fleurs de lis d'or brodées de chaque côté. Cet emblème, qui date du xii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drapeaux-dans-l-ancien-regime/#i_19711

ÉTRIER

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 166 mots

Comme la domestication du cheval et le dressage du cheval de selle, l'étrier est d'origine asiatique ; mais il n'apparaît qu'à la fin du ~ I er millénaire. Les Xiongnu (Hiong-nou) semblent l'avoir employé dès le ~ iii e  siècle, peut-être même l'ont-ils introduit de Mongolie en Chine du Nord. Cependant, bien que l'armée c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etrier/#i_19711

EYLAU BATAILLE D' (7-8 févr. 1807)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Épisode marquant des campagnes de Napoléon contre la quatrième coalition, la bataille d'Eylau est aussi le premier échec important auquel celui-ci est confronté. Elle voit s'affronter 76 000 Russes et Prussiens, sous le commandement de Leonti Bennigsen, et 74 000 Français commandés par l'Empereur. Contre toute attente, les Russes ont lancé leur offensive en plein hiver. Le 7 février, un premier c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-d-eylau/#i_19711

HUSSARDS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 455 mots

Nom tiré d'un terme hongrois, huszar (vingtième), qui désignait une milice qu'on levait à raison d'un homme sur vingt, pour l'opposer aux incursions des Turcs. Les premiers hussards apparus dans les armées françaises sont des déserteurs des armées impériales accueillis par le maréchal de Luxembourg au cours des opérations de la fin du xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hussards/#i_19711

MÈDES

  • Écrit par 
  • Roman GHIRSHMAN
  •  • 4 000 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mèdes et Assyrie du IXe au VIIe siècle avant notre ère »  : […] Dès le ix e siècle avant notre ère, les Mèdes entrent dans la sphère des intérêts de l'Assyrie et pendant plus de deux siècles, c'est-à-dire jusqu'au moment de la destruction de celle-ci, leur sort restera étroitement lié à la politique expansionniste orientale des Assyriens. C'est aussi en fonction de cette pression de leur puissance voisine que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medes/#i_19711

ROCROI BATAILLE DE (1643)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 403 mots

Célèbre bataille opposant l'armée française, commandée par le jeune duc d'Enghien (le futur Grand Condé), à l'armée de don Francisco de Mello, en majorité espagnole mais comprenant des unités wallonnes, allemandes et italiennes. Les coalisés, qui mettent en ligne 17 000 fantassins et 8 000 cavaliers, assiègent Rocroi, place forte des Ardennes, que les Français, avec 15 000 fantassins et 6 000 cava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-rocroi/#i_19711

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les types d'unités »  : […] L'état d'élaboration assez poussée de cette armée se marque d'abord dans son organisation, tant du point de vue des types d'unités que de celui de la spécialisation des hommes. Ici aussi, comme souvent, il faut partir de l'organisation augustéenne. Le fondateur de l'Empire installa les troupes pour l'essentiel aux frontières, mais il ne négligea ni la sécurité de Rome ni, contrairement à ce qui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_19711

TECHNOLOGIE CULTURELLE

  • Écrit par 
  • Robert CRESSWELL
  •  • 7 888 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et culture »  : […] Il reste à déterminer le but même de la technologie culturelle, c'est-à-dire à préciser où mène ce type d'analyse. On dira schématiquement qu'existent deux domaines dans l'analyse des rapports entre phénomènes techniques et phénomènes culturels. Le premier pourrait être qualifié d'historique, que l'analyse porte sur une évolution générale ou sur un fait particulier. Par exemple, à Tehuacan, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technologie-culturelle/#i_19711

TROUSSEQUIN

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 117 mots

Dans la selle de cavalerie, l'arçon sert de base à la selle ; son extrémité postérieure, plus relevée que les autres parties de la selle, s'appelle le troussequin, ou arcade postérieure, dont la voûte a reçu le nom, évocateur, de liberté de garrot. Les troussequins sont plus ou moins surélevés selon les types de selle. Ils le sont particulièrement dans la selle turque. Les cuirassiers ont des sell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troussequin/#i_19711

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul DEVAUTOUR, « CAVALERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cavalerie/