Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMMERCE INTERNATIONAL Division internationale du travail

À l'image de la célèbre manufacture d'épingles dépeinte par Adam Smith (La Richesse des nations, 1776), dans laquelle chaque ouvrier se voyait affecté à une tâche précise participant à la production de l'atelier, la notion de division internationale du travail (D.I.T.) fait référence à la spécialisation des économies nationales dans des activités particulières, laquelle donne lieu à des échanges commerciaux. La participation à la D.I.T. implique, en effet, dans un pays, l'abandon (total ou partiel) des activités les moins efficaces économiquement, qui sont concurrencées par les importations, et l'affectation des ressources ainsi libérées (hommes, capitaux, ressources naturelles) aux activités les plus efficaces, dont le produit sera exporté. La variété des « Made in » indiqués sur les produits que nous consommons quotidiennement offre un raccourci saisissant de la très forte interdépendance des économies. Il est d'usage de parler de « nouvelle division internationale du travail », à propos des modalités actuelles de partage international des tâches, un phénomène qui a connu une accélération récente.

L'échange international porte également sur les services : ces échanges sont toutefois beaucoup moins libéralisés que ceux qui portent sur les biens et s'appuient pour l'essentiel sur la présence à l'étranger (une banque installe une filiale à l'étranger et distribue sur place des services financiers), ou a contrario sur le déplacement du consommateur (un cafetier parisien servant une eau gazeuse à un touriste étranger exporte un service). Il s'agit donc d'une logique très différente de la D.I.T. telle qu'elle est envisagée dans cet article.

Matières premières du Sud contre production industrielle du Nord

L'échange international apparaît dès les toutes premières civilisations, comme en témoigne la mise au jour de poteries ou de monnaies anciennes bien loin de leur lieu de production. C'est que l'échange, dont les économistes montrent le caractère mutuellement avantageux, est aussi ancien que l'industrie humaine. L'échange est la rencontre de deux raretés relatives : ce qui est plus rare dans un pays l'est moins dans un autre, et chaque pays est prêt à abandonner une certaine quantité de ce dont il dispose en abondance relative pour se procurer ce dont l'autre pays dispose abondamment. Les bases de la D.I.T. ne sont pas différentes aujourd'hui : les différences relatives de dotations en ressources et les écarts de productivité et de technologie entre les pays permettent effectivement de rendre compte du contenu du panier de biens importés et exportés par ces pays. Ce qui est nouveau, en revanche, a trait à l'étendue de cette D.I.T., aux formes qu'elle prend, et à la profonde interdépendance de nos économies.

La spécialisation des productions suppose des contacts réguliers, des moyens de transport efficaces, l'existence de marchés structurés, une ouverture des frontières (par la négociation ou le canon, selon les circonstances). À l'échelle historique, toutes ces conditions n'ont été vraiment réunies que très récemment. Les grandes plaines de la Russie déversent au xixe siècle leurs grains sur une Europe de l'Ouest qui développe alors des productions industrielles. L'Angleterre bloque le développement du textile-habillement dans sa grande colonie des Indes et exporte les « indiennes », tissées chez elle. L'Allemagne exporte des locomotives... Le « long xixe siècle », que les historiens économiques comme Eric Hobsbawm prolongent jusqu'à la Première Guerre mondiale, est caractérisé par un premier mouvement de mondialisation. Chemins de fer, bateaux à vapeur détrônant les clippers, câbles sous-marins transatlantiques pour le télégraphe, développement de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • INTERNATIONALISATION DES ÉCHANGES COMMERCIAUX - (repères chronologiques)

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 551 mots

    1947 Signature des accords du G.A.T.T. (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) dans le but de libéraliser les échanges commerciaux.

    1948 Application du plan Marshall et création de l'O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique).

    1957 Signature des traités...

  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Lesévolutions différentes de la consommation et de la production d'acier dans les différentes zones du monde ont entraîné par voie de conséquence des transformations importantes au niveau des traditionnels flux d'échanges de produits sidérurgiques. En 1985, les échanges mondiaux de produits sidérurgiques...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots

    « L'habitude s'est prise de désigner, sous le nom de révolution agricole, les grands bouleversements de la technique et des usages agraires qui, dans toute l'Europe, à des dates variables selon les pays, marquèrent l'avènement des pratiques de l'exploitation contemporaine » (Marc Bloch)....

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 9 998 mots
    • 2 médias
    Avec la baisse des coûts des transports et la libéralisation des politiques agricoles et du commerce international, les centaines de millions d'agriculteurs qui n'avaient pas adopté la deuxième révolution agricole ont progressivement subi la concurrence des denrées produites par les autres, situés dans...
  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias
    ... siècle, ces agriculteurs, disposant de beaucoup d'espace, ont rapidement adopté les nouvelles machines issues de l'industrie et ont produit des surplus croissants, à bas prix, qui ont pu être transportés par chemins de fer et par bateaux à vapeur jusqu'en Europe, le seul grand marché solvable...
  • Afficher les 185 références

Voir aussi