Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EDGEWORTH-KUIPER CEINTURE D'

En 1992, la découverte du premier objet transneptunien par les astronomes David C. Jewitt et Jane X. Luu a fait resurgir l'idée, avancée indépendamment par Kenneth E. Edgeworth en 1949 et Gerard P. Kuiper en 1951, de l'existence d'une ceinture de comètes évoluant sur des orbites quasi circulaires au-delà de l'orbite de Neptune. Depuis lors, les découvertes de tels petits corps se sont succédé : en 2007, plus d'un millier de ces objets avaient été répertoriés.

Cette confirmation de l'existence de la ceinture d’Edgeworth-Kuiper modifie radicalement notre conception de la structure du système solaire externe et entraîne de nombreuses conséquences sur la formation de celui-ci et sur l'origine des comètes dites de la famille de Jupiter. De plus, la découverte d'objets partageant les mêmes caractéristiques orbitales que Pluton – dont l'orbite recoupe celle de Neptune –, et appelés pour cette raison des « plutinos », a remis en cause le statut de Pluton, qui a été déchu de son rang de planète en 2006.

Découverte et structure observée de la ceinture d’Edgeworth-Kuiper

Contrairement au nuage de Oort, la ceinture d’Edgeworth-Kuiper était encore un édifice purement théorique à la fin des années 1980. En effet, bien que le nuage de Oort ne puisse pas être « vu » dans le sens usuel du terme, des comètes sont observées directement qui proviennent de ce nuage. Les modèles dynamiques montrent aussi qu'un nuage distant est la seule explication logique de l'origine de ces comètes. À l'inverse, de nombreux astronomes étaient bien plus réticents à l'idée de l'existence de la ceinture d’Edgeworth-Kuiper, qui reposait seulement sur une conjecture : pour eux, en effet, les comètes devaient alors évoluer de manière considérable pour atteindre le système solaire interne et devenir visibles.

Pourtant, l'idée d'une telle ceinture, d'abord proposée par Kenneth E. Edgeworth en 1949, avait ensuite été reprise par Gerard P. Kuiper en 1951. Elle lui fut d'ailleurs attribuée par la communauté astronomique, qui avait oublié l'article d’Edgeworth, et les objets constituant la ceinture conservent encore l'appellation d'objets de Kuiper. Le concept d'une population transneptunienne avait en fait été introduit pour combler le vide apparent dans le système solaire externe, Kuiper ne voyant aucune raison à un arrêt brutal de l'accrétion au-delà de l'orbite de Neptune. Selon sa conception, le système planétaire s'est formé par coagulation dans un disque de gaz et de poussière gravitant autour du Soleil. À proximité du bord externe du disque, le matériau poussiéreux et glacé s'est condensé en « planétésimaux » de taille cométaire qui se sont ensuite agglomérés pour former les cœurs des planètes externes. La formation des planètes se serait alors interrompue à la distance de Neptune parce qu'au-delà de celle-ci la faible densité du disque se combine à des périodes orbitales progressivement plus longues, ce qui empêche la formation de corps de taille planétaire sur une échelle de temps raisonnable, c'est-à-dire de quelques dizaines de millions d'années. Mais cela n'interdit pas l'existence d'un disque de planétésimaux glacés qui s'étendrait au-delà des planètes externes et qui pourrait encore subsister de nos jours. Ce disque de planétésimaux glacés et partiellement agglomérés, baptisé maintenant ceinture d’Edgeworth-Kuiper, était présumé s'étendre dans la région située entre 40 et 100 unités astronomiques (ua) du Soleil (distance moyenne Terre-Soleil = 1 ua), juste au-delà de Neptune. Kuiper estimait que son disque de corps glacés devait être d'une masse totale comparable à celle des cœurs de Neptune et d'Uranus, soit quelques dizaines de masses terrestres.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : astrophysicien, directeur de recherche au CNRS, responsable de l'équipe TOP (Théories et observations en planétologie) du laboratoire Lagrange de l'Observatoire de la Côte d'Azur, responsable scientifique de la mission Hera de l'ESA

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sedna - crédits : NASA

Sedna

Trajectoire apparente de Sedna - crédits : ESA and M. Brown (Caltech/ NASA)

Trajectoire apparente de Sedna

Autres références

  • COMÈTES

    • Écrit par Myriam DÉTRUY
    • 4 347 mots
    • 7 médias
    Les comètes que l’on connaît se sont formées en deux endroits situés aux confins du système solaire : la ceinture de Kuiper et le nuage de Oort. La première est un anneau situé au-delà de l'orbite de Neptune, qui s'étend sur 20 unités astronomiques. La ceinture de Kuiper est non seulement un...
  • NEUVIÈME PLANÈTE

    • Écrit par Jacques LASKAR
    • 1 535 mots
    • 3 médias
    ...planète, et de forte excentricité (orbite très elliptique), avec un demi-grand axe de l’ordre de 700 ua pourrait expliquer la distribution singulière des objets de Kuiper lointains. Selon leur hypothèse, après la phase de formation initiale du système solaire, il subsisterait un ensemble d’objets de Kuiper...
  • NEW HORIZONS, mission

    • Écrit par Bernard SCHMITT
    • 2 761 mots
    • 5 médias

    New Horizons est une sonde spatiale d’exploration du système plutonien (Pluton et ses satellites) ainsi que d’un ou plusieurs autres objets de la ceinture de Kuiper (région située au-delà de l'orbite de Neptune et qui contient des dizaines de milliers de corps glacés). Elle a été lancée en 2006...

  • SYSTÈME SOLAIRE

    • Écrit par Arnaud CASSAN
    • 8 101 mots
    • 8 médias
    Au-delà de l’orbite de Neptune existe une importante population de plus petits corps dits objets « transneptuniens » ou « objets de Kuiper », composant la ceinture d’Edgeworth-Kuiper. Cette dernière contient un grand nombre d’objets, dont Pluton, historiquement le premier représentant de...

Voir aussi