EASTWOOD CLINT (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La guerre-spectacle

Peintre de l’Amérique, de sa culture musicale (Bird ; Jersey Boys, 2014), de ses mythes et de son histoire (J. Edgar, 2011, sur le directeur du FBI J. Edgar Hoover), Clint Eastwood ne pouvait contourner un genre où s’affrontent à la fois la violence individuelle et l’établissement de la loi, avec leurs justifications respectives : le film de guerre, un des genres majeurs du cinéma hollywoodien. Il l’aborde en 1986 avec Heartbreak Ridge (Le Maître de guerre) alors que règne la mauvaise conscience américaine à l’égard du Vietnam. Il le fait dans l’esprit d’un Raoul Walsh ou d’un Samuel Fuller autrefois. Son héros est un vétéran, Tom Highway, ivrogne et déchu, amené à entraîner un commando de marines. Il s’agit essentiellement pour lui de leur inculquer ses propres principes : « Improviser, s’adapter, se surpasser ». Car chacun, dit-il, est capable d’héroïsme, même le plus froussard. Le commando s’illustrera dans la prise de l’île de la Grenade. Mais s’il s’agit d’abord de libérer des otages américains, en arrière-plan le film ne cache pas le caractère douteux de cet épisode guerrier, rappelant l’inutilité de la guerre de Corée et l’échec de celle du Vietnam. Lorsque, à la fin du Maître de guerre, les survivants du commando sont accueillis en héros par leur famille, Eastwood utilise à la fois des images d’archives et filme parfois en caméra portée, rappelant combien le genre du film de guerre est un produit de propagande où le spectacle se substitue à la réalité des combats.

Ce sera le thème même du diptyque (produit avec Steven Spielberg) que propose Eastwood en 2006 et 2007 avec Flags of Our Fathers (Mémoires de nos pères) et Letters from Iwo Jima (Lettres d’Iwo Jima). Le premier, où l’on suit les soldats américains lors de la prise de l’île d’Iwo Jima qui marqua en 1945 la fin de la guerre du Pacifique, a pour élément central l’utilisation d’une photographie célèbre de Joe Rosenthal. On sait aujourd’hui que le geste triomphal des soldats hissant le drapeau américain au sommet de l’île a été mis en scène pour la photo. Eastwood ne cherche pas à dénoncer une supercherie. Il met en évidence la nécessité de cette propagande commémorative, avec ce qu’elle entraîne de mauvaise conscience chez ceux qui y ont participé. Leurs souvenirs renvoient à ce que fut vraiment la guerre de chacun. Mémoires de nos pères décrit la fabrication du héros, et celle de « mémoires » qui ne sont justement pas celles de « nos pères ».

Si ce premier volet a été apprécié, le second, Lettres d’Iwo Jima, filmé du côté des Japonais, a semblé à beaucoup aussi peu spectaculaire que nécessaire, puisqu’on n’y trouvait pas de correspondances évidentes avec ce que montrait le premier film. Pourtant, la pauvreté des moyens du second volet propose une première correspondance capitale : la « victoire » d’Iwo Jima apparaît comme une imposture dès que l’on prend en compte la faiblesse des moyens militaires des Japonais face à la puissance en matériel et en hommes des Américains. De cette différence de moyens financiers entre les deux films découle leur dissemblance esthétique… Autre opposition : si c’est la société du spectacle qui fabrique indirectement des héros du côté américain, c’est la puissance d’une structure sociale et religieuse qui exige de l’autre d’inutiles sacrifices.

Quelques années plus tard, American Sniper (2014) apparaît comme un retour à la thématique traditionnelle : ici, les exploits d’un tireur d’élite, Chris Kyle, surnommé « The Legend » en raison de l’efficacité quasi absolue de ses tirs. Mais le contexte n’est plus celui du Maître de guerre : l’action se déroule lors de la seconde guerre d’Irak et le héros est étroitement inspiré du vrai Chris Kyle. Après les attentats du 11 septembre 2001 et la « mondialisation » du terrorisme, le spectateur est acquis à l’action « salutaire » du sniper. Celui-ci a appris de son père à protéger les faibles, la vie étant le bien le plus précieux. Volontairement engagé dans les troupes d’élite, Kyle, pourtant, se montre de plus en plus traumatisé par ses missions, la violence, la perte de ses amis. Il retrouve équilibre et famille dans son Texas natal en aidant d’autres soldats perturbés, jusqu’à sa fin brutale.

Le film a provoqué de violentes polémiques aux États-Unis et dans le monde, beaucoup n’y voyant que l’éloge d’une machine à tuer des ennemis ciblés, préc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Impitoyable, C. Eastwood.

Impitoyable, C. Eastwood.
Crédits : Everett Collection/ Bridgeman Images

photographie

Million Dollar Baby, de Clint Eastwood

Million Dollar Baby, de Clint Eastwood
Crédits : W. Wallace, Merie/ Warner Bros./ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Magnum Force, T. Post

Magnum Force, T. Post
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  EASTWOOD CLINT (1930- )  » est également traité dans :

GRAN TORINO (C. Eastwood)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 989 mots

Clint Eastwood a assigné une place particulière à Gran Torino (2008). Il a annoncé que ce serait, irrévocablement, sa dernière prestation en tant qu'acteur. Par ailleurs, le film paraît reprendre la thématique de la justice expéditive telle qu'elle s'exprimait dans L'Inspecteur Harry (1970, Don Siegel), à l'origine de l […] Lire la suite

MÉMOIRES DE NOS PÈRES et LETTRES D'IWO JIMA (C. Eastwood)

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 1 191 mots

À compter du 19 février 1945, une bataille de trente-quatre jours opposa dans l'île d'Iwo Jima trois divisions de marines à des soldats japonais cinq fois moins nombreux. Les deux parties en présence savaient que l'île, située à quelque 1 200 kilomètres au sud de Tōkyō, constituerait la base idéale pour des raids de bombardement au cœur du territoire japonais, et les pertes furent énormes. […] Lire la suite

MILLION DOLLAR BABY (C. Eastwood)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 952 mots
  •  • 1 média

Clint Eastwood a eu soixante-quinze ans en 2005, quelques mois après avoir reçu à Hollywood, pour Million Dollar Baby, les deux oscars les plus prestigieux, ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur. Acteur depuis les années 1950, aux États-Unis puis en Italie où on l'avait remarqué dans les […] Lire la suite

MILLION DOLLAR BABY (C. Eastwood), en bref

  • Écrit par 
  • Arnaud BALVAY
  •  • 276 mots

Million Dollar Baby est un film réalisé par Clint Eastwood. Clint Eastwood s'est d'abord fait connaître en tant qu'acteur (à partir de 1954), notamment pour ses nombreux rôles de cow-boy solitaire (Le Bon, la Brute et le Truand, Pour une poignée de dollars […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le passage du western au fantastique et à la science-fiction »  : […] Fait capital, le western, qu'André Bazin qualifiait de « cinéma américain par excellence », tend à disparaître comme genre de référence. Les westerns des années 1970 et 1980 sont d'abord marqués par la mauvaise conscience américaine – liée à l'échec au Vietnam, qu'illustrent des films tels qu' Apocalypse Now (1979) de Coppola ou The Deer Hunter (1978) de Michael Cimino  – et sont centrés sur l […] Lire la suite

HAGGARD MERLE (1937-2016)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 825 mots

Merle Haggard fut une des dernières superstars incontestées de la country music. Et ses innombrables disques d'or ne l'ont jamais empêché de dire sans détour ce qu'il pensait. Ses critiques acerbes du Nashville sound – le « son de Nashville », système de production tirant la country vers des variétés affectées et sirupeuses – et des vedettes aseptisées que le système a engendrées n'ont fait que r […] Lire la suite

Les derniers événements

10-20 septembre 1987 Vatican – États-Unis. Visite du pape Jean-Paul II aux États-Unis

) où il est accueilli par l'acteur Clint Eastwood, Jean-Paul II termine, le 18, à San Francisco (Calif.) son séjour sur la côte ouest. Marquée par quelques manifestations hostiles de la communauté homosexuelle, importante dans cette ville, cette étape lui donne l'occasion d'évoquer le S.I.D.A. : le pape prend dans ses bras, berce et embrasse un garçonnet atteint de la maladie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « EASTWOOD CLINT (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clint-eastwood/