EASTWOOD CLINT (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un goût pour les marginaux

Non dénué d’une dimension élégiaque, le cinéma de Clint Eastwood ne vise pas à ressusciter un Hollywood et une Amérique historiquement dépassés, pas plus qu’un genre épuisé, mais à en retrouver l’esprit mythique fondateur. De là d’autres thèmes, déclinés sur divers modes : le vieillissement et la mort (Honkytonk Man, 1982 ; The Bridges of Madison County [Sur la route de Madison], 1995 ; Space Cowboys), la transmission d’un art de vivre et d’une morale de la part d’un adulte sur le déclin à une personnalité en formation (Honkytonk Man ; A Perfect World [Un monde parfait], 1993), ou sa négation, par exemple à travers la pédophilie (Mystic River, 2003), la transmission de la vie à travers la mort (l’euthanasie dans Million Dollar Baby, 2004)ou encore l’affirmation des valeurs traditionnelles et humanistes face à une société en déliquescence (Absolute Power [Les Pleins Pouvoirs], 1997 ; True Crime [Jugé coupable], 1999).

Million Dollar Baby, de Clint Eastwood

Photographie : Million Dollar Baby, de Clint Eastwood

Comment transmettre des valeurs dans un monde en déliquescence ? Cette question traverse comme un fil rouge une bonne part de l'œuvre de Clint Eastwood. Ici, le cinéaste et acteur avec Hilary Swank dans Million Dollar Baby. 

Crédits : W. Wallace, Merie/ Warner Bros./ The Kobal Collection/ Picture Desk

Afficher

À partir de 1971, d’abord sous la direction de Don Siegel, Clint Eastwood, interprétera cinq fois le personnage de Harry Callahan, qui incarne certaines tendances contradictoires de la société américaine. En France, dès Dirty Harry (L’Inspecteur Harry, Don Siegel, 1971), puis avec des films tels que Magnum Force (Ted Post, 1973), The Enforcer (L’inspecteur ne renonce jamais, James Fargo, 1976), The Dead Pool (La Dernière Cible, Buddy Van Horn, 1988), l’acteur, mais aussi le réalisateur de Sudden Impact (Le Retour de l’inspecteur Harry, 1983), est accusé de machisme et qualifié de « brute fascisante ». Face à l’incurie ou à la corruption, Harry, en effet, agit seul, en marge de la loi, selon un principe qu’il énonce dans Magnum Force : « C’est très bien de tirer quand c’est sur ceux qu’il faut. » En liaison avec l’explosion de la criminalité dans la décennie précédente, le genre fleurit. Mais Harry se montre bien plus complexe que le héros de l’autodéfense qu’incarne par exemple Charles Bronson dans la série Death Wish (Un justicier dans la ville, 1974-1987). Eastwood transpose dans la ville moderne un élément central du western : la violence justifiée, fondatrice de la loi, contre la règle sauvage du plus fort ou du tireur le plus rapide. Il remet ainsi en cause l’idéologie contestataire des années 1960, faisant dire à Harry Callahan : « Si quelqu’un est contre le système, c’est bien moi. Mais tant qu’on n’en trouvera pas de meilleur, je le défendrai. » Politiquement, Eastwood peut être considéré alors comme un républicain aux idées libérales. Proche de Ronald Reagan, il fut maire sans étiquette de la ville de Carmel (Californie) de 1986 à 1988.

Magnum Force, T. Post

Photographie : Magnum Force, T. Post

L'acteur américain Clint Eastwood interprète l'inspecteur Harry Callahan dans le film Magnum Force de Ted Post (1973). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Dès son premier film personnel, Play Misty for Me (Un frisson dans la nuit, 1971) – un échec commercial –, Eastwood attaque l’Amérique, conformiste ou moderniste, là où le bât blesse, par exemple dans les rapports entre homme (nécessairement viril) et femme (évidemment « libérée ») : pour avoir accepté les avances d’une groupie quelque peu névrosée, un disc-jockey que le réalisateur interprète lui-même se voit harcelé, pris entre castration symbolique et masochisme... Ses films les plus personnels le portent vers des personnages marginaux, des parias animés d’une volonté d’individualisme exacerbé, ancrée au plus profond du mythe américain, capable de mener à une forme de folie : Bronco Billy, le Red Stovall de Honkytonk Man, le John Wilson de White Hunter, Black Heart (Chasseur blanc, cœur noir, 1990), qui renvoie précisément au réalisateur John Huston sur le tournage de The African Queen, de John Huston... Le jazz, autre univers apprécié d’Eastwood, tout autant pleinement américain que marginal, lui inspirera Bird (1988), film hors normes, biographie réaliste et romancée de Charlie Parker, caractéristique de son style, entre le classicisme de John Ford et la modernité de Sergio Leone.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Impitoyable, C. Eastwood.

Impitoyable, C. Eastwood.
Crédits : Everett Collection/ Bridgeman Images

photographie

Million Dollar Baby, de Clint Eastwood

Million Dollar Baby, de Clint Eastwood
Crédits : W. Wallace, Merie/ Warner Bros./ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Magnum Force, T. Post

Magnum Force, T. Post
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  EASTWOOD CLINT (1930- )  » est également traité dans :

GRAN TORINO (C. Eastwood)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 989 mots

Clint Eastwood a assigné une place particulière à Gran Torino (2008). Il a annoncé que ce serait, irrévocablement, sa dernière prestation en tant qu'acteur. Par ailleurs, le film paraît reprendre la thématique de la justice expéditive telle qu'elle s'exprimait dans L'Inspecteur Harry (1970, Don Siegel), à l'origine de l […] Lire la suite

MÉMOIRES DE NOS PÈRES et LETTRES D'IWO JIMA (C. Eastwood)

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 1 191 mots

À compter du 19 février 1945, une bataille de trente-quatre jours opposa dans l'île d'Iwo Jima trois divisions de marines à des soldats japonais cinq fois moins nombreux. Les deux parties en présence savaient que l'île, située à quelque 1 200 kilomètres au sud de Tōkyō, constituerait la base idéale pour des raids de bombardement au cœur du territoire japonais, et les pertes furent énormes. […] Lire la suite

MILLION DOLLAR BABY (C. Eastwood)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 952 mots
  •  • 1 média

Clint Eastwood a eu soixante-quinze ans en 2005, quelques mois après avoir reçu à Hollywood, pour Million Dollar Baby, les deux oscars les plus prestigieux, ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur. Acteur depuis les années 1950, aux États-Unis puis en Italie où on l'avait remarqué dans les […] Lire la suite

MILLION DOLLAR BABY (C. Eastwood), en bref

  • Écrit par 
  • Arnaud BALVAY
  •  • 276 mots

Million Dollar Baby est un film réalisé par Clint Eastwood. Clint Eastwood s'est d'abord fait connaître en tant qu'acteur (à partir de 1954), notamment pour ses nombreux rôles de cow-boy solitaire (Le Bon, la Brute et le Truand, Pour une poignée de dollars […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le passage du western au fantastique et à la science-fiction »  : […] Fait capital, le western, qu'André Bazin qualifiait de « cinéma américain par excellence », tend à disparaître comme genre de référence. Les westerns des années 1970 et 1980 sont d'abord marqués par la mauvaise conscience américaine – liée à l'échec au Vietnam, qu'illustrent des films tels qu' Apocalypse Now (1979) de Coppola ou The Deer Hunter (1978) de Michael Cimino  – et sont centrés sur l […] Lire la suite

HAGGARD MERLE (1937-2016)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 825 mots

Merle Haggard fut une des dernières superstars incontestées de la country music. Et ses innombrables disques d'or ne l'ont jamais empêché de dire sans détour ce qu'il pensait. Ses critiques acerbes du Nashville sound – le « son de Nashville », système de production tirant la country vers des variétés affectées et sirupeuses – et des vedettes aseptisées que le système a engendrées n'ont fait que r […] Lire la suite

Les derniers événements

10-20 septembre 1987 Vatican – États-Unis. Visite du pape Jean-Paul II aux États-Unis

) où il est accueilli par l'acteur Clint Eastwood, Jean-Paul II termine, le 18, à San Francisco (Calif.) son séjour sur la côte ouest. Marquée par quelques manifestations hostiles de la communauté homosexuelle, importante dans cette ville, cette étape lui donne l'occasion d'évoquer le S.I.D.A. : le pape prend dans ses bras, berce et embrasse un garçonnet atteint de la maladie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « EASTWOOD CLINT (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clint-eastwood/