SÉCESSION (GUERRE DE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression « guerre de Sécession » est celle que les Français emploient pour désigner la guerre civile qui mit aux prises, aux États-Unis, les nordistes et les sudistes, de 1861 à 1865. Dans tous les autres pays, on parle simplement de guerre civile. Cette lutte fratricide s'insère entre deux épisodes bien précis, la prise du fort Sumter, dans la baie de Charleston, par les confédérés, le 14 avril 1861, et la reddition du général Lee, commandant en chef des armées confédérées, à Appomattox, le 9 avril 1865, cinq jours avant l'assassinat de Lincoln. Ces quatre années sont occupées par une lutte très dure, sanglante, annonçant à tous les égards les guerres du vingtième siècle.

1850 à 1914. L'Europe émigre

Vidéo : 1850 à 1914. L'Europe émigre

Expansion mondiale des Blancs. Ère victorienne. Unité de l'Allemagne et de l'Italie.Les empires coloniaux atteignent leur apogée à la charnière des XIXe et XXe siècles. L'ensemble de l'Afrique ainsi qu'une grande partie de l'Asie sont alors sous la domination d'une Europe triomphante et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Origines et causes de la sécession

L'origine immédiate de la lutte fut l'élection à la présidence des États-Unis du candidat républicain Abraham Lincoln, en novembre 1860. Exceptionnellement, quatre candidats s'étaient présentés : Lincoln, Stephen A. Douglas (« le petit géant », démocrate), John C. Breckinridge (démocrate « sudiste ») et John Bell (« Union constitutionnelle »). Lincoln l'avait emporté avec 1 866 000 voix, représentant 39,8 p. 100 des suffrages et 180 mandats électoraux, devant Douglas qui avait obtenu 1 382 000 voix et seulement 12 mandats électoraux. Breckinridge, avec 848 000 voix et 72 mandats, avait entraîné les États du Deep South, tandis que Bell, avec 592 000 voix et 39 mandats, était vainqueur dans les Border States du Tennessee, du Kentucky, de la Virginie. Jamais élection n'avait été aussi disputée, n'avait montré une telle division de l'opinion, et Lincoln n'avait pas obtenu la majorité absolue.

Les États du Sud considérèrent l'élection de Lincoln comme une menace directe. D'une part, le Parti républicain, fondé en 1854, avait adopté depuis ses débuts une plate-forme nettement antiesclavagiste ; d'autre part, Lincoln avait pris position sur cette question au moment des fameux débats qui l'avaient opposé, aux élections sénatoriales de l'Illinois, en 1858, à Douglas. Il avait alors prononcé la phrase célèbre : « Une maison divisée contre elle-même ne peut pas rester debout », dans laquelle les gens du Sud avaient vu une menace voilée. En 1860, ils interprétèrent donc l'élection de Lincoln comme une remise en question de l'esclavage, base de toute leur vie, politique, économique, sociale, et même culturelle. Ils s'estimèrent dès lors en droit de quitter l'Union, de faire sécession.

Ce droit, le possédaient-ils réellement ? La question a donné lieu à de longues discussions. Elle s'était déjà posée au moins une fois, en 1832, lorsque la Caroline du Sud avait « nullifié » un nouveau tarif douanier voté par le Congrès. La riposte du président Jackson avait été foudroyante : il avait obtenu du Congrès le droit d'employer la force contre l'État récalcitrant ; mais la crise s'était terminée par un compromis qui avait évité la violence. En 1860, ce fut de nouveau la Caroline du Sud qui prit l'initiative, en décidant le 20 décembre 1860 de se retirer de l'Union, avant même l'entrée en fonctions de Lincoln. Six autres États suivirent l'exemple en janvier 1861 : le Mississippi, la Floride, l'Alabama, la Georgie, le Texas et la Louisiane. Les délégués de ces sept États convoquèrent à Montgomery (Alabama), le 8 février 1861, une Convention qui décida de créer un État nouveau, appelé les États confédérés d'Amérique, et de lui donner une constitution ; elle élut un président (Jefferson Davis) et un vice-président (Alex Stephens, de Georgie), et incita les autres États du Sud à quitter l'Union. Deux tentatives de conciliation, l'une suscitée par le sénateur John J. Crittenden, l'autre par l'État de Virginie, échouèrent successivement, lorsque Lincoln prêta serment, le 4 mars 1861.

Abraham Lincoln

Photographie : Abraham Lincoln

Investiture du président des États-Unis, Abraham Lincoln (1809-1865), le 4 mars 1861. 

Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Afficher

Sans faire montre d'aucune agressivité à l'égard des États sécessionnistes, son discours d'inauguration fut très ferme : « L'Union des États est perpétuelle [...] Aucun État ne peut de lui-même se retirer de l'Union... » Mais, de part et d'autre, la tension avait monté. Les sudistes avaient assiégé deux forts fédéraux dans le Sud, ceux de Sumter à Charleston (Caroline du Sud) et de Pickens à Pensacola (Floride). Après de longues hésitations, Lincoln décida de les ravitailler, mais Sumter, bombardé par les forces sudistes avant l'arrivée des renforts, se rendit le 13 avril 1861. Aussitôt, le Nord prit des mesures militaires : mobilisation de 75 000 volontaires (15 avril), mise en état de blocus des côtes du Sud (19 avril). La guerre avait éclaté.

Chacun des camps s'organisa en vue de la lutte. Aux sept États sécessionnistes se joignirent la Virginie, le Tennessee, l'Arkansas et la Caroline du Nord. Par contre, le Maryland, le Kentucky, le Missouri, bien que Border States esclavagistes, demeurèrent dans l'Union. En 1863, la partie occidentale de la Virginie, qui avait refusé de suivre l'État en 1861, fut érigée en un État séparé. Les confédérés avaient réussi à entraîner onze États, l'Union à en retenir vingt-trois. D'un côté, 9 millions d'habitants, dont 3,5 millions d'esclaves, de l'autre 22 millions, dont 300 000 esclaves. En dépit de cette disproportion, la guerre dura quatre longues années.

États-Unis, guerre de Sécession

Dessin : États-Unis, guerre de Sécession

La guerre de Sécession, 1861-1865 : les avancées des armées de l'Union et les principales batailles entre l'Union et les confédérés. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'élection de Lincoln ne fut que le prétexte de cette guerre ; en réalité, la tension n'avait cessé de monter entre les deux parties de l'Union depuis une génération, et les historiens discutent encore pour savoir quelles sont les véritables causes de la sécession. Jusqu'aux environs de 1910-1920, ils ont pensé que c'était réellement l'esclavage, et que le Sud avait quitté l'Union par crainte de voir supprimer cette institution sans laquelle il pensait ne pouvoir survivre. Cette interprétation a été remise en cause par l'historien Charles Beard, qui considère cette guerre comme la « seconde révolution américaine » (la première étant la guerre d'Indépendance, 1776-1783), comme un affrontement, comparable à la Révolution française, entre les forces terriennes et conservatrices du Sud, et les éléments industriels et commerçants du Nord, les uns tournés vers le passé, les autres vers l'avenir. À cette thèse se sont opposés J. G. Randall et A. O. Craven, qui insistent sur la tension émotionnelle provoquée dans le Nord depuis 1830 par les progrès de l'abolitionnisme, et sur les réactions affectives du Sud ; de part et d'autre se sont développés le fanatisme et l'incompréhension, qui ont conduit à la rupture de 1861. Dans un ouvrage de synthèse sur les origines de la guerre, Allan Nevins a montré que tous ces facteurs ont joué simultanément et que la guerre est le résultat d'un long divorce résultant à la fois de différences économiques, d'oppositions s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

1850 à 1914. L'Europe émigre

1850 à 1914. L'Europe émigre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Abraham Lincoln

Abraham Lincoln
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

États-Unis, guerre de Sécession

États-Unis, guerre de Sécession
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Armée du Potomac

Armée du Potomac
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  SÉCESSION GUERRE DE  » est également traité dans :

GUERRE DE SÉCESSION, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

Durant quatre ans, une guerre civile oppose les États-Unis d'Amérique (l'Union) à onze États sécessionnistes du Sud (la Confédération). Ce conflit trouve son origine dans le système de l'esclavage, sur lequel repose toute l'économie agricole du Sud, mais qui se trouve contesté par l'essor du mouvement abolitionniste. […] Lire la suite

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 929 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La guerre de Sécession »  : […] En Amérique du Nord, un conflit riche d'enseignements n'a pas été analysé de manière approfondie, à l'époque, par les stratèges européens : c'est la guerre de Sécession. Elle fut conduite à l'origine dans les deux partis avec des troupes à base de milices indisciplinées, comparables ensuite par l'aguerrissement réciproque, après quatre ans de lutte (1861-1865), à des unités de métier. Les effectif […] Lire la suite

ATLANTA

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Symbole de l’affirmation économique des villes du sud des États-Unis, Atlanta est passée en quarante ans du rang de ville moyenne à celui de métropole internationale. Alors que l’agglomération comptait 2 millions d’habitants en 1980, elle en compte 5,9 millions en 2017, dont 420 000 dans la commune d’Atlanta, et se place ainsi au neuvième rang des agglomérations américaines. La capitale de la Geo […] Lire la suite

BATAILLES NAVALES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michèle BATTESTI
  •  • 848 mots

17 octobre 1855 Bombardement de Kinburn, durant la guerre de Crimée. La forteresse russe sur la mer Noire est détruite par trois « batteries flottantes » françaises, armées de canons rayés tirant des obus explosifs, protégées par un blindage, préfiguration des bâtiments cuirassés. 9 mars 1862 Combat de Hampton Roads durant la guerre de Sécession (embouchure de la James, Virginie). Duel d'artille […] Lire la suite

BLOCUS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COT
  •  • 3 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le déclin du blocus »  : […] La notion de blocus doit sa dégradation à des causes d'ordre technique et d'ordre politique. Les causes techniques découlent directement des progrès de la science. L'avènement de la propulsion à vapeur et de la navigation sous-marine remet en question les règles du blocus. Maintenir une escadre au large d'un lieu bloqué, c'est décider sa perte. L'éloigner du littoral, c'est lui interdire le contrô […] Lire la suite

BRADY MATHEW B. (1823 env.-1896)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 564 mots

Photographe américain célèbre pour ses portraits d'hommes politiques du xix e  siècle et ses reportages photographiques sur la guerre de Sécession. Né vers 1823 près de Lake George, dans l'État de New York, Mathew Brady se forme auprès du peintre William Page (1811-1885) et de l'artiste et inventeur Samuel F. B. Morse (1791-1872). Il fabrique des boîtiers et des cadres de daguerréotypes, avant d' […] Lire la suite

CHATTANOOGA BATAILLE DE (23-25 nov. 1863)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 237 mots
  •  • 1 média

Livrée sur les bords du fleuve Tennessee à la fin de novembre 1863, la bataille de Chattanooga est un tournant de la guerre de Sécession, annonciateur de la victoire finale des nordistes. En tant que nœud ferroviaire, la petite ville de Chattanooga a une importance stratégique pour la Confédération. En septembre 1863, une armée de l'Union, commandée par le général William S. Rosecrans, y est assi […] Lire la suite

DAVIS JEFFERSON (1808-1889)

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 631 mots
  •  • 1 média

Né dans le Kentucky, mais installé très tôt dans le Mississippi, Jefferson Davis fréquente l'école militaire de Westpoint. Après une carrière dans l'armée au cours de laquelle il participe aux guerres indiennes contre Faucon noir, en même temps que Abraham Lincoln, il se consacre de 1835 à 1845 au défrichement et à la gestion d'une plantation que son frère l'a aidé à acquérir dans le Mississippi. […] Lire la suite

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 211 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les greenbacks (1862-1879) »  : […] La guerre civile conduit à attribuer pour la première fois au gouvernement fédéral le droit d'émettre directement sa propre monnaie. Bien que l'étalon monétaire soit encore légalement bimétallique, le système de fait est dominé par un papier-monnaie à cours légal et forcé. En 1862, la plupart des banques ont perdu leurs réserves et suspendu les remboursements en espèces. Pour financer la guerre, l […] Lire la suite

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 800 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La guerre de Sécession »  : […] Il est aujourd'hui classique de dire de la guerre de Sécession qu'elle a fait s'affronter deux systèmes économiques aux structures opposées. Dans le Sud s'était constituée une économie agricole très semblable à celle des pays d'Amérique latine, fondée sur la production de produits tropicaux. Une société colonialiste s'y était formée, plus proche, au fond, de celle des Antilles ou du Brésil que de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-18 août 2017 États-Unis. Controverse sur la réaction du président Donald Trump au drame de Charlottesville.

guerre de Sécession, les militants extrémistes s’étaient réunis à Charlottesville pour « unir la droite ». Le président Donald Trump dénonce « cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties », semblant ainsi renvoyer dos à dos les extrémistes de droite et les antiracistes. Le 13, une déclaration de la Maison-Blanche […] Lire la suite

17-26 juin 2015 États-Unis. Tuerie dans une église noire de Charleston.

guerre de Sécession et symbole raciste arboré par Dylann Roof. Le 26, Barack Obama prononce l’éloge funèbre du pasteur Clementa Pinckney à Charleston, dénonçant l’« oppression systémique » des Afro-Américains.  […] Lire la suite

13-29 décembre 2009 Soudan. Adoption d'une loi pour organiser le référendum d'autodétermination du Sud-Soudan

guerre civile de vingt-deux ans dont l'enjeu était essentiellement le partage des ressources pétrolières. Le 29, le Parlement adopte une loi autorisant l'organisation du référendum qui décidera de l'éventuelle sécession du Sud, une région semi-autonome riche en pétrole, à majorité chrétienne et animiste où s'affrontent violemment diverses tribus. Une […] Lire la suite

26-28 mai 2004 Soudan. Accords entre le gouvernement et les rébellions du Sud et du Darfour

sécession du Sud. Le partage du pouvoir et des ressources est précisé. La charia doit s'appliquer à Khartoum, alors que les sudistes, en majorité chrétiens ou animistes, y étaient opposés, en échange de « garanties » pour les non-musulmans. Le 28, le gouvernement et les deux groupes rebelles en guerre depuis quinze mois au Darfour, dans l'ouest du  […] Lire la suite

6-30 juin 1991 Yougoslavie. Sécession de la Slovénie et de la Croatie

Le 6, les présidents des six républiques yougoslaves se réunissent à Sarajevo pour essayer de trouver un compromis entre les tenants du maintien de la fédération actuelle, menés par la Serbie, et les partisans d'une confédération de républiques souveraines, souhaitée par la Slovénie et la Croatie. Une solution semble se dessiner avec la proposition […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude FOHLEN, « SÉCESSION (GUERRE DE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/secession-guerre-de/