CHLOROPHYLLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Excitation photochimique des chlorophylles et photosynthèse

La photosynthèse se caractérise matériellement par un transfert d'électrons et de protons de l'eau au bioxyde de carbone qui se trouve réduit avec formation de glucides. Cette opération requiert de l'énergie et, dans les meilleures conditions, il faut 8 photons-grammes (8 einsteins) par molécule-gramme de bioxyde de carbone réduit, soit l'équivalent d'environ 1 460 à 2 300 kilojoules, selon la longueur d'onde de la lumière.

Chloroplastes et photosynthèse

Vidéo : Chloroplastes et photosynthèse

Comment les végétaux chlorophylliens utilisent la lumière pour assimiler le gaz carbonique et produire des glucides, tout en libérant de l'oxygène.La photosynthèse est le processus par lequel les végétaux chlorophylliens utilisent la lumière, l'eau et le dioxyde de carbone pour obtenir... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

L'excitation des molécules de chlorophylle par les photons peut provoquer plusieurs phénomènes selon la stabilité des électrons concernés et la longueur d'onde de la lumière absorbée. Seuls les électrons π, faiblement liés au squelette moléculaire, sont excités par les radiations visibles.

Différents états ou niveaux énergétiques de la chlorophylle, ou excitons, ont pu être caractérisés, soit dans les organismes eux-mêmes, soit dans des cristaux de chlorophylle, par l'étude des spectres à basse température, de la polarisation, de la fluorescence, du spectre de diffusion Raman de résonance des différentes formes pigmentaires. Leur formation et leurs transformations sont extrêmement rapides. Ainsi un électron peut être expulsé de son orbite, la molécule ayant subi une transition entre son état électronique fondamental stable et un état excité. Pour la chlorophylle, il existe deux niveaux énergétiques correspondant à l'absorption de photons dans le bleu-violet, d'une part, et deux correspondant à l'absorption dans le rouge, d'autre part. Chaque transition électronique est caractérisée par son énergie E, fonction de la fréquence ν de la radiation d'excitation (E = hν ;  : constante de Planck, et ν = c/λ ;  : vitesse de la lumière ; λ : longueur d'onde).

Le passage de la molécule de son état stable à l'état excité C* est réalisé dans un temps très court, correspondant à la période de vibration de la lumière, soit de 10-14 à 10-15 seconde. Or un électron appartient toujours à une paire ; les moments angulaires de spin des deux électrons d'une paire peuvent rester antiparallèles, ce qui définit l'état singulet. La durée de vie d'une molécule excitée par des photons violets qui, dans le visible, permettent d'atteindre l'état énergétique le plus élevé, est inférieure à 5 . 10-12 seconde. Dans le cas d'excitation par la lumière rouge, moins énergétique, l'état atteint a une durée de vie plus longue, de 1 à 5 . 10-9 seconde. La molécule à l'état singulet le plus élevé peut se convertir en l'état le plus bas en 10-15 seconde, avec émission de chaleur : C*→ C*r + chaleur. L'état énergétique le plus bas C*r peut retourner à l'état fondamental, avec émission de lumière rouge, origine de la fluorescence rouge de la chlorophylle in vivo et in vitro, et de chaleur.

Les états excités peuvent aussi transférer leur énergie à des molécules voisines, soit par collision, soit par résonance. Ces transferts ne sont efficaces que si les molécules sont très rapprochées les unes des autres, comme c'est le cas in vivo où les molécules de chlorophylle sont concentrées dans les membranes des chloroplastes. Enfin, ces états excités singulets peuvent se transformer en un autre état énergétique, l'état triplet, pour lequel les moments angulaires de spin sont parallèles. L'état triplet a une durée de vie beaucoup plus longue, de l'ordre de 1 . 10-3 seconde. On le dit métastable. À partir de cet état, le retour à l'état fondamental peut s'effectuer avec dégagement de chaleur ou par transfert d'énergie à une autre molécule pigmentée.

Un autre type de transformation possible a été également mis en évidence. Il s'agit d'une oxydo-réduction dans laquelle intervient une séparation de charge, un électron quittant la molécule de chlorophylle qui se trouve alors ionisée, chargée positivement. Elle peut ainsi intervenir dans une série de transferts d'électrons entre un donneur, l'acide ascorbique par exemple, et un accepteur, une quinone, selon la séquence :

Ainsi, la réduction de la quinone par l'ascorbate, qui n'aurait pas lieu spontanément en raison de son besoin énergétique, se trouve-t-elle sensibilisée à l'énergie lumineuse par la chlorophylle excitée, « pont » électronique entre l'énergie électromagnétique de la lumière et l'énergie chimique. D'autres donneurs d'électrons et d'autres accepteurs peuvent être ainsi mis en relation et ce modèle simple constitue une image schématique du processus d'oxydo-réduction des transporteurs d'électr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Chlorophylle a : molécule

Chlorophylle a : molécule
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Spectres d'absorption dans le méthanol

Spectres d'absorption dans le méthanol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Biosynthèse du noyau pyrole

Biosynthèse du noyau pyrole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chloroplastes et photosynthèse

Chloroplastes et photosynthèse
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-Sud, correspondant de l'Académie des sciences

Classification

Autres références

«  CHLOROPHYLLES  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Conséquence de cette nature chimérique sur la définition des algues »  : […] Si les algues ne constituent pas un taxon, elles ont malgré tout une caractéristique commune : ce sont soit des cyanobactéries, soit des organismes contenant des cyanobactéries endosymbiotiques. En effet, dans le second cas, leur plaste est soit dérivé d'une cyanobactérie, soit dérivé d'une algue eucaryotique unicellulaire dont le plaste est lui-même d'origine cyanobactérienne. La photosynthèse pr […] Lire la suite

AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 502 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les différents types trophiques »  : […] Pour les plantes chlorophylliennes, les aliments minéraux sont puisés dans l'air, l'eau et le sol. La lumière leur apporte l'énergie nécessaire. Aussi peut-on imaginer que leur vie est complètement indépendante des autres organismes au point de vue nutritif. La conception de cette indépendance s'est dégagée depuis la fin du xviii e siècle, par les observations de Priestley (1772-1779), Sénebier ( […] Lire la suite

CHLOROPLASTES

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 875 mots

Dans les cellules chlorophylliennes des végétaux supérieurs, il existe deux modes de fixation du gaz carbonique (CO 2 ou dioxyde de carbone)  : le type de fixation en C 3 et le type en C 4 ainsi désignés en fonction du nombre d'atomes de carbone de la molécule photosynthétisée (voir plus loin). À chaque type métabolique correspondent des organites chlorophylliens (chloroplastes) structurale […] Lire la suite

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 355 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux domaines d'application »  : […] L'intérêt suscité par la chimie des complexes provient de la diversité de leurs très nombreuses applications qui ne cessent de se développer dans tous les domaines de la chimie, débordant même sur la physique, la métallurgie, la chimie bio-inorganique. L' importance industrielle réside tout d'abord dans la catalyse homogène où l'utilisation de catalyseurs organométalliques (composés à liaison(s) […] Lire la suite

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 506 mots

1652 J. B. van Helmont, observant que la masse d'une plante augmente sans que celle du sol qui la porte diminue, met en question la théorie selon laquelle la matière végétale provient de l'incorporation de « l'humus » du sol (l'eau d'arrosage pourrait participer à 1'augmentation du poids des plantes). 1727 S. Hales établit que les plantes, comme les animaux, sont le siège d'échanges gazeux ; « l […] Lire la suite

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 243 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Évolution et classification des Embryophytes »  : […] Les analyses phylogénétiques suggèrent fortement l’enracinement des Embryophytes dans les algues vertes avec lesquelles elles forment le clade – groupe monophylétique – des Chlorobiontes (« végétaux verts »). Les Chlorobiontes sont caractérisés par la présence d’amidon (produit par la photosynthèse) stocké dans les chloroplastes – chez les algues rouges, les sucres sont stockés dans le cytoplasme […] Lire la suite

MODÉLISATION ET PRÉVISION OCÉANOGRAPHIQUES

  • Écrit par 
  • Pascale DELECLUSE, 
  • Claire LÉVY
  •  • 7 850 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Vers l’océan « bleu-blanc-vert », du large jusqu’au littoral »  : […] L’océanographie est une discipline très ancienne, qui a commencé par répondre aux besoins de la navigation maritime, dès le début de l’histoire de l’humanité. Elle a pris son essor au fur et à mesure des développements technologiques permettant d’effectuer des mesures dans l’océan, et en particulier en profondeur. Le xx e  siècle a vu une accélération considérable des connaissances avec l’arrivée […] Lire la suite

PHOTOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean LAVOREL, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 10 341 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'unité photosynthétique : antenne et centre »  : […] On doit à deux chercheurs américains (R. Emerson et W. Arnold) la notion d'unité photosynthétique qui a joué un rôle fondamental dans la manière dont se comprend la relation structure- fonction dans l'appareil photosynthétique. Leurs travaux dans les années 1930-1940 ont révélé que, sous l'effet d'éclairs brefs et saturants (quelques microsecondes, quelques 10 —2  joule/cm 2 ), l'acte photochimiq […] Lire la suite

PHOTOSYNTHÈSE ET ÉNERGIE LUMINEUSE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 534 mots

1845 J. R. Mayer, ayant formulé la loi de conservation de l'énergie, suggère que les plantes transforment 1'énergie solaire en énergie chimique. 1905 F. F. Blackman, en étudiant l'étude des facteurs limitants de la photosynthèse, notamment la température, est le premier à suggérer que celle-ci comporterait deux phases : l'une (chimique), sensible à la température ; l'autre (photochimique), insen […] Lire la suite

PIGMENTS

  • Écrit par 
  • Michel BARBIER
  •  • 5 366 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Rôle biologique »  : […] La signification biologique des caroténoïdes, ailleurs que dans la vision, est souvent mal connue. Chez les végétaux , carotènes et xanthophylles accompagnent la chlorophylle dans les chloroplastes ; la molécule chlorophyllienne renferme du phytol, alcool à 20 atomes de carbone (C 20) ayant d'étroits rapports avec les carotènes. Outre leur rôle dans la photosynthèse – intermédiaires dans le trans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexis MOYSE, « CHLOROPHYLLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chlorophylles/