Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHIMIE Histoire

Le développement de la chimie au XXe siècle

Au cours du xxe siècle, la chimie a connu un développement tout à fait remarquable, à la fois quantitatif et qualitatif, qui l'a profondément transformée.

Au début du siècle, des procédés de synthèse des grands intermédiaires, tels que l'ammoniac, l'acide nitrique, le méthanol, ont été portés à l'échelle industrielle (aux alentours de 1913). Par la suite, on a vu naître et se développer de nombreux produits nouveaux : les engrais synthétiques, qui sont apparus à la fin de la Première Guerre mondiale, ou encore les matières plastiques et les produits de la chimie thérapeutique, qui ont connu un essor considérable à partir des années 1940. Dans le domaine des métaux, le développement de la métallurgie classique s'est poursuivi, mais parallèlement ont été élaborés de nouveaux alliages, et certains métaux dits « exotiques » (titane, zirconium, hafnium...) ont été de plus en plus utilisés. C'est également au cours de la seconde moitié du xxe siècle qu'ont été mises au point les différentes méthodes de traitement de produits pétroliers, méthodes qui ont bouleversé toute la chimie industrielle classique.

Ces divers produits et procédés n'ont pu voir le jour que grâce à l'amélioration des connaissances fondamentales de la matière et de ses transformations. L'originalité de la chimie moderne tient en effet aux fortes relations qui existent entre les progrès de la science chimique et ceux de ses applications.

La chimie a longtemps été scindée en chimie générale, chimie minérale et chimie organique. Si cette division a un intérêt historique certain, elle recouvrait difficilement la réalité à la fin du xxe siècle. Au fur et à mesure qu'elle se généralise, la chimie devient plus complexe : il apparaît des interactions et des recoupements entre les disciplines énumérées ci-dessus. Aussi, préférons-nous, pour le xxe siècle, adopter une classification regroupant les différents travaux en fonction des concepts et des méthodes d'investigation auxquels ils font appel, et s'articulant en quatre principaux chapitres : chimie moléculaire et biologique, chimie des matériaux, chimie des interfaces, outils et méthodes pour la chimie ; et ce, sans oublier les interactions avec les secteurs socio-économiques.

La chimie moléculaire et la biochimie

Structure d'un cluster moléculaire

Structure d'un cluster moléculaire

La chimie organique traditionnelle s'est fortement élargie et s'étend aussi bien aux molécules biologiques complexes qu'aux molécules inorganiques ou aux macromolécules. Elle crée des édifices plus ou moins complexes et explique leurs propriétés. Outre les composés organiques classiques, on prépare et on étudie des molécules dans lesquelles le squelette organique est lié à des atomes métalliques (tels que les composés organométalliques), des molécules formées d'associations entre un ligand organique et des cations métalliques (complexes de coordination), ainsi que des édifices totalement inorganiques comme de petits agrégats d'atomes métalliques ou clusters (fig. 1). On s'oriente aussi vers l'élaboration d'une chimie supramoléculaire, fondée non plus sur des liaisons covalentes classiques, mais sur des interactions diverses entre molécules ; c'est ainsi qu'ont été créées des structures tridimensionnelles préconçues pour fonctionner comme des récepteurs capables de reconnaître et d'emboîter un substrat donné : les cryptates (photo).

Au début du xxe siècle, la chimie organique industrielle utilisait le charbon comme source de matières premières carbonées. Tout a changé avec l'essor de l'exploitation pétrolière qui a donné naissance à la pétroléochimie. Des molécules de base, telles que le méthane, l'éthylène, le propylène, le benzène, etc., sont issues de fractions pétrolières et[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Robert Boyle

Robert Boyle

Laboratoire de chimie au XVIII<sup>e</sup> siècle

Laboratoire de chimie au XVIIIe siècle

John Dalton

John Dalton

Autres références

  • ACIDES & BASES

    • Écrit par Yves GAUTIER, Pierre SOUCHAY
    • 12 364 mots
    • 7 médias

    Un acide est un corps capable de céder un ou des protons (une particule fondamentale chargée d'électricité positive) et une base est un corps capable de capter un ou des protons. Chacun a ses caractéristiques. Les acides ont une saveur aigre (l'adjectif latin acidus signifie « aigre...

  • AIR, élément

    • Écrit par Georges KAYAS
    • 719 mots
    • 1 média

    Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air (pneuma) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont...

  • ANALYSE ET SYNTHÈSE, chimie

    • Écrit par Pierre LASZLO
    • 1 526 mots
    • 1 média

    Ces deux notions, en principe complémentaires et réciproques, ne le sont pas en fait. Certes, les deux tendances à l'analyse et à la synthèse s'opposent, la première visant à couper les entités chimiques en petits morceaux et la seconde se donnant pour objectif la reconstruction des ensembles mis à...

  • ANALYTIQUE CHIMIE

    • Écrit par Alain BERTHOD, Jérôme RANDON
    • 8 885 mots
    • 4 médias

    « C'est dans les cas situés au-delà de la règle que le talent de l'analyste se manifeste. L'important, le principal est de savoir ce qu'il faut observer. » Edgar Allan Poe (Histoires extraordinaires, 1844)

    La chimie analytique est la branche de la chimie qui a pour but l'identification,...

  • Afficher les 81 références

Voir aussi