CHIMIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Première théorisation cohérente : le phlogistique

Cette théorie s'est imposée pendant tout le xviiie siècle à la suite de Stahl qui a diffusé et développé une conception de Becher. Dans sa Physica subterranea (1667), celui-ci avait imaginé que l'élément terrestre se subdivise en trois espèces, dont l'une, la terra pinguis, serait caractéristique des corps inflammables. Dans cette vue imaginaire, la flamme est considérée comme un phénomène de portée essentielle dont l'évidence immédiate masque la réalité substantielle. À la suite de Becher, Stahl postule l'existence, dans tout corps combustible, d'un principe, le phlogiston, qui serait libéré avec la flamme. Les corps, tel le charbon de bois, qui brûlent sans laisser de résidu appréciable, étaient supposés les plus riches en phlogistique, contrairement aux corps comme les métaux dont la calcination abandonne un important résidu de chaux. L'expérience attestait qu'on pouvait reformer les métaux par chauffage de leur chaux intimement mêlée à du charbon de bois ; la chaux étant ainsi convertie, on trouvait dans ce fait un fondement expérimental à la théorie qui assignait une circulation du principe de l'inflammabilité dans l'ensemble des substances. Cette théorie demeura d'abord confinée dans les cercles germaniques. Longtemps on en fit peu de cas en Grande-Bretagne et elle ne pénétra que tardivement en France, où les chimistes de l'Académie s'obstinaient à l'analyse des cendres végétales ou à spéculer sur l'affinité. Ce n'est qu'après 1742 que la théorie sera popularisée par les conférences de Rouelle au Jardin royal des plantes, à Paris, où elle ne tardera pas à être renversée par la « chimie française ».

L'une des grandes difficultés que rencontrait la théorie du phlogistique consistait dans l'interprétation d'un phénomène constant anciennement remarqué, l'augmentation du poids des métaux par calcination. Jean Rey avait déjà proposé des explications de ce fait dans ses Essays de 1630. Pour rendre compte du phénomène, on alla par la suite ju [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages



Médias de l’article

Robert Boyle

Robert Boyle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Laboratoire de chimie au XVIIIe siècle

Laboratoire de chimie au XVIIIe siècle
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

John Dalton

John Dalton
Crédits : Hulton Getty

photographie

Jöns Jacob Berzelius

Jöns Jacob Berzelius
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHIMIE  » est également traité dans :

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

En tant que discipline, la chimie est demeurée attachée à ses traditions, à des subdivisions établies depuis le xixe siècle pour la plupart, qui conservent une surprenante vitalité. Elles sont regroupées sous le titre Voies classiques. Mais toute présentation de la chimie contemporaine, et de ses avancées les plus prometteuses, doi […] Lire la suite

CHIMIE - Chimie durable

  • Écrit par 
  • Hagop DEMIRDJIAN
  •  • 2 940 mots
  •  • 3 médias

La plupart des produits que nous consommons ou utilisons ont, à l'une ou l'autre des étapes de leur fabrication, subi une transformation ou un traitement reposant sur des procédés chimiques. Mais le grand public n'en est pas toujours conscient, et l'image de la chimie au sein de la société est entachée du souvenir de catastrophes aux conséquences humain […] Lire la suite

CHIMIE - La nomenclature chimique

  • Écrit par 
  • Nicole J. MOREAU
  •  • 5 112 mots
  •  • 9 médias

L'objet de la nomenclature chimique est la dénomination des atomes, molécules et autres constituants de la matière vivante et inanimée. Ce sont aussi les représentations symboliques permettant d'écrire des « formules chimiques », les unités, et les termes utilisés par les nombreuses techniques de la chimie, qui ne cessent d'évoluer. L'Union internationale de chimie pure et appliquée (International […] Lire la suite

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Un acide est un corps capable de céder un ou des protons (une particule fondamentale chargée d'électricité positive) et une base est un corps capable de capter un ou des protons. Chacun a ses caractéristiques. Les acides ont une saveur aigre (l'adjectif latin acidus signifie « aigre », « acide »), et les bases une saveur particulière comme celle de la lessive (le terme d'alcali, nom générique de […] Lire la suite

AIR, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 720 mots

Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air ( pneuma ) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont comprimés. Une compression plus forte de l'eau transforme celle-ci en terre, dont la forme la plus condensée est la […] Lire la suite

ANALYSE ET SYNTHÈSE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 522 mots
  •  • 1 média

Ces deux notions, en principe complémentaires et réciproques, ne le sont pas en fait. Certes, les deux tendances à l'analyse et à la synthèse s'opposent, la première visant à couper les entités chimiques en petits morceaux et la seconde se donnant pour objectif la reconstruction des ensembles mis à mal par l'analyse. Mais il faut examiner les deux ensembles de pratiques qu'elles recouvrent. Les a […] Lire la suite

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

« C'est dans les cas situés au-delà de la règle que le talent de l'analyste se manifeste. L'important, le principal est de savoir ce qu'il faut observer. » Edgar Allan Poe ( Histoires extraordinaires , 1844) La chimie analytique est la branche de la chimie qui a pour but l'identification, la caractérisation et la quantification des substances chimiques ainsi que le développement des méthodes néce […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Chimie

  • Écrit par 
  • Marcel NICOLET
  •  • 3 572 mots
  •  • 5 médias

Le point de départ obligé de la chimie de l'atmosphère terrestre est la dissociation de la molécule d'oxygène, par absorption de la radiation ultraviolette du Soleil, suivie de la formation immédiate de la molécule d'ozone, dans l'air pur et sec constitué essentiellement de 78 p. 100 d' azote, 21 p. 100 d'oxygène et 1 p. 100 d'argon. La chimie atmosphérique présente cependant des aspects différe […] Lire la suite

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et chimie »  : […] Ce n'est que deux mille ans après ces énoncés qu'une théorie atomique fut scientifiquement formulée. La théorie atomique moderne est née des efforts de Dalton au début du xix e  siècle pour interpréter les phénomènes quantitatifs de la chimie. Les notions d'atomes et de molécules se sont imposées pour réunir en une théorie cohérente plusieurs lois expérimentales : loi de la conservation de la mas […] Lire la suite

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La structure dite « grossière ». Le tableau périodique »  : […] Le premier problème auquel ont été confrontés les physiciens atomistes a été de chercher à résoudre l'équation de Schrödinger pour un système formé de N électrons soumis à la force coulombienne attractive du noyau et à la force coulombienne répulsive qui s'exerce entre chaque paire d'électrons. Il n'existe pas de solution exacte à un aussi formidable problème, et toute l'intelligence des physici […] Lire la suite

ATOMIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 433 mots

La théorie atomique, formulée par l'Anglais John Dalton (1766-1844) au tout début du xix e  siècle, consiste en une série de conjectures qui s'avérèrent justes et pénétrantes. Mais il fallut parfois des décennies pour les étayer par des faits expérimentaux indiscutables. […] Lire la suite

CATALYSE

  • Écrit par 
  • Henri Jean-Marie DOU, 
  • Jean-Eugène GERMAIN
  •  • 8 404 mots
  •  • 8 médias

Le terme catalyse a été forgé par Berzelius en 1835 pour désigner l'ensemble des effets chimiques produits par les catalyseurs. On appelle catalyseur « toute substance qui altère la vitesse d'une réaction chimique sans apparaître dans les produits finaux » (Ostwald, 1902). La catalyse est donc une branche de la cinétique chimique qui, de façon plus générale, étudie l'influence de tous les facte […] Lire la suite

CHIMIE COMBINATOIRE

  • Écrit par 
  • Rebecca POULAIN, 
  • André TARTAR
  •  • 1 773 mots
  •  • 3 médias

La première étape de la découverte d'un médicament consiste souvent à tester systématiquement de grandes collections de composés chimiques différents. Afin de pouvoir alimenter en molécules les robots de criblage biologique de plus en plus performants, les chimistes ont imaginé de préparer systématiquement toutes les combinaisons possibles de séries de réactifs (10 réactifs de type A réagissant av […] Lire la suite

CHIMIE THÉORIQUE

  • Écrit par 
  • Lionel SALEM, 
  • François VOLATRON
  •  • 4 284 mots
  •  • 10 médias

La chimie théorique est une discipline neuve, apparue vers 1930. Se développant lentement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, puis plus rapidement dans les années cinquante, elle a connu un essor important depuis 1960 grâce au progrès des ordinateurs. Ainsi, dans de nombreuses universités scientifiques françaises et étrangères, cette discipline a acquis droit de cité au même titre que celles bea […] Lire la suite

CHIRALITÉ, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 342 mots

Un objet est chiral s'il n'est pas superposable à son image dans un miroir, ou image spéculaire. Nos mains appartiennent à cette classe des objets chiraux, d'où leur nom, dérivé du grec kheir , « main ». Nos mains, gauche et droite, sont l'image spéculaire l'une de l'autre. De la même manière, les autres objets chiraux suivent la même dichotomie et sont soit de type gauche, soit de type droit. En […] Lire la suite

CINÉTIQUE CHIMIQUE

  • Écrit par 
  • Lucien SAJUS
  •  • 9 661 mots
  •  • 6 médias

Étant donné un système chimique comprenant des composés chimiques, dans un état physique quelconque et répartis selon une localisation quelconque, on dira que ce système est chimiquement inerte si aucun des composés présents ne se transforme dans sa nature chimique. Dans le cas contraire, on est en présence d'un système réactionnel qui subit une transformation chimique. Si les composés se transf […] Lire la suite

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 353 mots
  •  • 5 médias

On appelle « complexe » tout édifice chimique formé par l'association de deux ou plusieurs entités chimiques indépendantes, ions ou molécules. C'est l'application à la chimie du concept selon lequel on désigne par « complexe » tout ce qui réunit plusieurs éléments différents. La chimie supramoléculaire en fournit de nombreux exemples en étudiant les phénomènes d'association et de reconnaissance […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classification des sciences »  : […] L'évolution n'est pas terminée, ce qui supprimerait la question, et, d'ailleurs, elle s'opère de manière discontinue, les sciences accédant à l'état positif les unes après les autres. Cela détermine un plan, un ordre qui va donner naissance à une classification : « Les différentes branches de nos connaissances n'ont pas dû parcourir d'une vitesse égale les trois grandes phases de leur développemen […] Lire la suite

CONFORMATIONS, chimie

  • Écrit par 
  • Jacques GORÉ
  •  • 3 339 mots
  •  • 5 médias

Quels que soient la composition élémentaire d'une molécule organique et l'arrangement de ses divers atomes, formant des chaînes linéaires ou ramifiées aussi bien que des systèmes comprenant un ou plusieurs cycles, plusieurs impératifs doivent être satisfaits : les longueurs des liaisons et les angles que font ces liaisons entre elles sont, en effet, immuables et ne dépendent nullement des condit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Élisabeth GORDON, Jacques GUILLERME, Raymond MAUREL, « CHIMIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/