MOREAU GUSTAVE (1826-1898)

Médias de l’article

Sappho, G. Moreau

Sappho, G. Moreau
Crédits : De Agostini

photographie

Dalila, G. Moreau

Dalila, G. Moreau
Crédits : AKG

photographie


L'histoire de l'art n'a longtemps reconnu à Gustave Moreau que le mérite d'avoir été le professeur de Rouault, de Matisse, de Marquet. Quant au peintre, une boutade de Degas tenait lieu de jugement : « Il met des chaînes de montre aux dieux de l'Olympe. » Seuls des surréalistes comme André Breton ou Salvador Dalí, fascinés par ses évocations troublantes, fréquentaient au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, à Paris, « son musée immense et vide, aux cadres trop dorés et trop datés, qui prolonge par-delà sa mort l'exil où il se voulut claustré, comme l'Enchanteur enchanté dans son tombeau de Brocéliande » (André Breton).

Depuis 1960, on a redécouvert la peinture de Gustave Moreau et les audaces coloristes qu'elle contenait, à la lumière des expériences récentes de l'art contemporain. Ce faisant, il s'est produit comme une transmutation de l'œuvre, maintenant appréciée pour de tout autres raisons qu'à l'époque où elle vit le jour.

Un jeune peintre romantique

Fils d'un architecte de la Ville de Paris, Gustave Moreau, voué à la peinture dès son plus jeune âge et encouragé par ses parents, entra à l'École royale des beaux-arts en 1846, dans l'atelier du peintre académique François Picot. Il quitta l'École en 1849, après un échec au concours pour le grand prix de Rome de peinture.

S'il reçut une formation toute classique, Moreau fut en même temps attiré par Eugène Delacroix et surtout par Théodore Chassériau, élève préféré d'Ingres passé au romantisme, dont il fréquenta assidûment l'atelier à partir de 1850. Son premier envoi au Salon, en 1852, fut une Pietà qui s'inspire très visiblement du style de Chassériau. Les œuvres suivantes, Le Cantique des Cantiques (1853, musée de Dijon), Athéniens livrés au Minotaure (1855, musée de Bourg-en-Bresse) et maintes compositions tirées de Shakespeare ou représentant des cavaliers portent la marque des maîtres de l'école romantique.

Peu après la mort de Chassériau, en 1856, il alla en Italie parfaire son éducation artistique, s'arrêtant successivement, au cours d'un séjour de deux ans (1857-1859), à Rome, à Sienne, à Florence, à Milan, à Venise, à Naples, à Pompéi.

Il en rapporta plusieurs centaines de copies faites d'après les grands maîtres de la Renaissance, avec une prédilection pour les Vénitiens, comme Carpaccio ou Titien, et les artistes du Quattrocento. De cette époque datent également des pastels et des aquarelles (musée Gustave-Moreau) représentant des vues de la campagne romaine au crépuscule qui font irrésistiblement penser à Corot.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : docteur en droit, licencié ès lettres, P.E.S. d'histoire, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, membre de la Société de l'histoire de l'art français

Classification


Autres références

«  MOREAU GUSTAVE (1826-1898)  » est également traité dans :

SYMBOLISME - Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 741 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un ensemble de refus appuyé sur des références culturelles »  : […] Italie en 1847 et 1848 et son admiration non dissimulée pour les fresquistes florentins. Dans l'étude qu'il consacre en 1895 à Moreau, Gustave Larroumet ne manque pas de souligner l'importance du séjour en Italie (de 1857 à 1859), insistant à juste titre sur l'originalité des admirations du peintre : « Raphaël et Michel-Ange étaient les dieux de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-arts/#i_13873

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources du fauvisme »  : […] En ce qui concerne G. Moreau, plusieurs historiens – et C. Chassé principalement – ont voulu contester son rôle. Le passage d'une grande partie des peintres fauves dans son atelier et le bénéfice de son enseignement intelligent et libéral ne suffisent certes pas à expliquer son influence ; mais, comme elle se retrouve même chez ceux qui n'ont pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_13873

POMPIER, art

  • Écrit par 
  • Jacques THUILLIER
  •  • 4 038 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La remise en cause »  : […] livre de Ragnar von Holten, L'Art fantastique de Gustave Moreau (Paris, 1960), premier essai pour réhabiliter ce peintre longtemps regardé comme le type même du pompier, et revenu en peu d'années au rang de l'un des génies du siècle (PierreLouis Mathieu, Gustave Moreau, Paris, 1976). De son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompier-art/#i_13873

ROUAULT GEORGES (1871-1958)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 670 mots

Dans le chapitre « Style et technique »  : […] De l'enseignement de Gustave Moreau se dégageaient deux grands principes : sincérité de l'expression – contre les poncifs de l'art académique –, « richesse nécessaire » de la couleur et de la matière. Le premier était, pour ainsi dire, inhérent à la personnalité de Rouault qui le prouva dès l'École des beaux-arts (et l'on sait la douleur que lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-rouault/#i_13873

DEGAS EDGAR (1834-1917)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 816 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] auprès desquels s'étaient formées, et se formaient encore, des générations d'artistes. Mais il va, paradoxalement, y trouver tout autre chose, grâce à la rencontre, en 1858, de Gustave Moreau. Ce dernier, au cours de longues discussions, à Rome ou à Florence, va lui ouvrir de nouveaux horizons : découverte et réappréciation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-degas/#i_13873

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art surréaliste est-il possible ? »  : […] de l'hostie, dont le titre joue pour beaucoup dans son admiration). Quant à Gustave Moreau, le fondateur du surréalisme a raconté lui-même comment sa conception de la femme avait été entièrement modelée, dans son adolescence, par les visites qu'il fit au musée de la rue La Rochefoucauld, ouvert en 1904. C'est déjà signaler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_13873

LÉDA, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 181 mots
  •  • 1 média

Dans la Bibliothèque d'Apollodore d'Athènes (~ 180), dans l'Hélène d'Euripide, les Fables d'Hygin et les Dialogues de Lucien, on trouve plusieurs versions de la légende des amours de Zeus déguisé en cygne et de Léda, épouse du roi Tyndare de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leda-iconographie/#i_13873

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Louis MATHIEU, « MOREAU GUSTAVE - (1826-1898) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-moreau/