DELLUC LOUIS (1890-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Essayiste, romancier, dramaturge, cinéaste, Louis Delluc fut l'un des pionniers de la première avant-garde cinématographique française des années vingt. On opposait alors communément — et non sans quelque goût de polémique — cinéma d'avant-garde, cinéma pour l'élite, à cinéma « populaire », de consommation courante. Face à la seconde tendance, représentée par Louis Feuillade et Henri Fescourt, Delluc se posa en champion de la première, aux côtés d'Abel Gance et de Germaine Dulac. Il reprenait et illustrait les théories de Ricciotto Canudo, lequel visait à imposer l'autonomie de l'art du film où il voyait une synthèse des « arts de l'espace » (architecture, peinture, sculpture) et des « arts du temps » (musique, danse).

Delluc sut imposer auprès des intellectuels, par ses écrits plus encore que par ses films, le goût et peut-être même le snobisme de ce que Canudo avait proposé d'appeler le « septième art ». Les Allemands avaient l'expressionnisme ; Delluc lança l'idée d'un mouvement parallèle dit impressionniste. L'attention est portée moins au fond qu'à la forme, moins à la valeur de l'intrigue qu'à la façon de dépeindre plastiquement le désarroi des personnages. On tente de rendre tangibles sur l'écran le souvenir, le rêve, la pensée... L'irruption du passé dans le présent, le mélange des temps, les retours en arrière, le symbolisme visuel (un peu schématique, compte tenu des moyens de l'époque) caractériseront ses films, peu nombreux : Le Silence (1920), Fièvre (1921), La Femme de nulle part (1922), L'Inondation (1923).

Convenons que tout cela a bien vieilli, bien plus, en tout cas, que les films de Feuillade dont Delluc stigmatisait dans ses articles les « abominations feuilletonesques ». Fièvre reste néanmoins visible par un certain sens du décor, de l'atmosphère portuaire, d'une poésie inspirée de Griffith. Surtout, restent les écrits de Louis Delluc qui marquèrent une génération : Cinéma et Cie (1919), Photogénie (1920), La Jungle du cinéma (1921). Un prix décerné chaque année au meilleur film français par un aréopage de critiques porte son nom.

—  Claude BEYLIE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification


Autres références

«  DELLUC LOUIS (1890-1924)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La France, de la Belle Époque aux années folles : l'avant-garde »  : […] On peut s'étonner en constatant que ce n'est ni à Rome, ni à Londres, ni à New York, ni à Stockholm, ni à Moscou, mais à Paris que s'est formé, entre 1909 et 1919, l'« art des temps modernes ». Il est surprenant que ces années où la France est plongée dans la plus terrible des guerres voient fleurir un art nouveau, complètement étranger au grand ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17166

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

Dans le chapitre « La critique cinématographique »  : […] Le plus célèbre défenseur du cinéma populaire est sans conteste Louis Delluc (1890-1924), cinéaste, critique et, à bien des égards, beaucoup plus digne de porter le titre de « premier cinéphile » que Ricciotto Canudo : comme l'écrit Alexandre Arnoux, Delluc a su écrire « les premières pages sur le cinéma que l'on puisse retenir ». Inventeur des mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-la-cinephilie/#i_17166

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Photogénie, drame visuel et pensée (l'avant-garde française) »  : […] La première question, pour ceux qui se sentent encore obligés de défendre le cinéma, c'est de montrer que c'est un art avec des buts spécifiques. Ils ne manqueront pas de prétendre que cet art dépasse tous les autres ! Le cinéma, pour eux, sera la religion de l'avenir, la nouvelle cathédrale de l'humanité sortie de l'individualisme, et le « temps d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-theories-du-cinema/#i_17166

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Le cinéma d'art » »  : […] Il ne manque alors à la critique cinématographique que la régularité, l'indépendance, et une philosophie. Dans un article du Petit Bleu , en 1911, Lucien Wahl suggérait « des premières de films [où] des aristarques analyseraient, discuteraient, soupèseraient ». Ce n'est qu'à partir de 1916 que des rubriques régulières sont tenues par Émile Vuiller […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-de-cinema/#i_17166

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 179 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts d'une industrie »  : […] En 1907, un « coup d'état » de Charles Pathé met fin au commerce du film vendu au mètre. Désormais, les films seront loués aux exploitants par l'intermédiaire de concessionnaires. Cette mesure, liée à la sédentarisation progressive des lieux de projection au cœur des villes, définit la structure ternaire – qui reste celle de la profession – en ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_17166

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « DELLUC LOUIS - (1890-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-delluc/