MADERNO CARLO (1556-1629)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Neveu de Domenico Fontana, Carlo Maderno arrive en 1588 à Rome, appelé par son oncle qui l'utilise comme stucateur et décorateur dans les travaux que lui a confiés Sixte Quint. Carlo Maderno organise les décors de la fête du Corpus Domini et des funérailles de Sixte Quint. Il s'initie à l'architecture au contact des œuvres de Domineco Fontana et de Giacomo della Porta. Après quelques travaux d'importance secondaire comme la fontaine de Lorette, en collaboration avec Giovanni Fontana, la fontaine de la villa Torlonia, à Frascati, et l'Acqua Paola (1612), il atteint à un style personnel, est nommé architecte de Paul V et réalise de nombreux ouvrages : achèvement du chœur et de la coupole de Saint-Jean-des-Florentins, de la façade de Saint-Jacques-des-Incurables au Corso, du palais Aldobrandini, du palais Lancellotti ai Coronari (1600). La façade de Sainte-Suzanne (1597-1603) constitue sa première œuvre entièrement personnelle ; c'est une composition expressive aux lignes architectoniques très fermes. Dans le palais Mattei (1606-1616), Maderno associe dans la décoration les stucs de son invention et les pièces antiques, introduisant ainsi dans l'architecture maniériste romaine les premières manifestations baroques. Il participe à la construction du palais Rospigliosi (1603), commence l'église de Santa Maria della Vittoria, et San Domenico de Pérouse, qui sera achevée après sa mort. En 1602, il succède à Giacomo della Porta comme architecte de Saint-Pierre. Il en dirigera les travaux jusqu'à sa mort. C'est lui qui allonge la nef de deux travées et qui construit la façade (1606-1619). Pour cette dernière, il crée une sorte d'édifice indépendant adossé à la nef, conservant l'idée générale du pronaos de Michel-Ange, mais supprimant les colonnes libres du portique de manière à aménager dans la partie haute une grande salle pour les bénédictions papales. Enfin, il élargit la façade de manière que les clochers prévus (mais réalisés seulement par Bernin) n'entravent pas la vue de la coupole. Les éléments de gigantisme et de théâtralité caractéristiques du style baroque sont bien dus ici à Carlo Maderno.

Jardin de la villa Aldobrandini, Frascati

Jardin de la villa Aldobrandini, Frascati

photographie

Jardin de la villa Aldobrandini, Frascati (environs de Rome), nymphée semi-circulaire décoré de statues et de fontaines. Architectes : Giacomo della Porta puis Giovanni Fontana et Carlo Maderno. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Renée PLOUIN

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  MADERNO CARLO (1556-1629)  » est également traité dans :

BORROMINI (1599-1667)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un Lombard à Rome »  : […] François Castelli, dit Borromino ou Borromini (d'après le second nom de son père Brumino), est né le 27 septembre 1599 dans le village de Bissone (Suisse), au bord du lac de Lugano, dans l'ancien diocèse de Côme, pays « tout de maçons », qui émigrent à Vienne, Prague, Palerme ou Rome. Sa mère, Anastasia Garovo, et son père Giovanni Domenico Castelli Brumino, qui devient architecte au service des V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/borromini/#i_7908

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_7908

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « MADERNO CARLO - (1556-1629) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-maderno/